21/11/2007

Les 8400

Non, ce n’est pas le titre d’une nouvelle série télévisée. 8400, c’est le nombre de contribuables qui profiteront de la «réforme de l’imposition des entreprises II», sur laquelle nous voterons en février prochain. Pourtant, les milieux économiques nous promettent  que «cette réforme est indispensable aux 300'000 PME de Suisse» et que «toutes les PME, donc l’emploi, donc tout le monde, en profiteront». Ces chères PME…

 

 

Malheureusement, ce cadeau fiscal (car c’est bien de cela qu’il s’agit) ne profitera pas aux PME, mais à une petite minorité de (très) gros actionnaires d’entreprises qui ne sont d’ailleurs pas des PME, parmi lesquels on compte les enfants de M. Blocher ou les héritiers de Roche.

 

 

Je m’explique. Le cadeau fiscal soumis au peuple en février baisse l’impôt sur les dividendes, lesquels ne seront plus imposés qu’à 60%. Ce qui est déjà choquant en soi, car les salariés continueront, eux, à payer des impôt sur le 100% de leur revenu. Pour bénéficier de cette réforme, une PME doit être organisée en société de capital (p. ex. SA ou SàRL). Or, moins de 45% le sont. Mais ce n’est pas tout. Pour profiter de ce rabais d’impôt, il faut posséder au moins 10% du capital de l’entreprise. Ce qui ramène le nombre de contribuables bénéficiaires à 60'000 seulement, ce qui n’est déjà pas beaucoup si l’on compare avec les 4,5 millions de contribuables suisses.

 

 

Et ce n’est toujours pas fini. Pour profiter réellement du cadeau fiscal, il faut un gain imposable. Or, à peine 14% des sociétés concernées font un bénéfice supérieur à 50'000.—Fr. Les autres ne font soit pas de bénéfice, soit un bénéfice trop marginal pour que la baisse d’impôt soit intéressante. Ce qui ne laisse que 8400 bénéficiaires.

 

 

Passons aux perdants: La réforme de l’imposition des entreprises II privera chaque année la Confédération et les cantons de 500 millions de francs et l’AVS de 150 millions. En effet, les chefs d’entreprises seront incité à se verser des dividendes (non soumis aux cotisation à l’AVS) plutôt qu’un salaire (soumis aux cotisations) pour bénéficier du rabais d’impôt. Bref, un cadeau fiscal qui vide les caisses de l’Etat et des assurances sociales au profit d’une infime minorité (moins de deux contribuables sur mille!) ne peut qu’être refusé.

11:58 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Vous êtes démasqué !
Vous avez laissé échapper deux indices sur lesquels les instructeurs de l'AGITPROP (отдел агитации и пропаганды) n'ont pas suffisamment attiré votre attention; puisqu'en effet, "gros actionnaires" et "Blocher" font partie du vocabulaire basique de l'apprenti-révolutionnaire helvético-romantique.
Tics de langage ou lieux communs, mon message a pour but de vous amener à vous corriger avant que le ridicule ne vous tue (a défaut du "grand capital", du "lobby des banques" ou de "la droite réactionnaire").
Bonjour à vos parents.

Écrit par : Rabbit | 21/11/2007

cher rabbit, ne pensez-vous pas qu'il faut appeler un chat un chat et que si cette réforme profite avant tout aux gros actionnaires (qui possède 10% du capital d'une entreprise n'est pas un petit porteur), il faut le dire?

Écrit par : roger | 22/11/2007

Oui Roger, c'est bien possible; mais c'est une vision statistique qui permet les interprétations les plus subjectives apparentées à la lutte des classes. Les clichés genre Loi de Pareto abondent dès que le besoin de créer des tensions entre les divers segments de la société se manifeste.
Si vous êtes vous-même petit porteur, c'est donc que vous ne faites pas partie des plus défavorisés et vous avouerez que l'aspect social de la question ne vaut pas le prétexte des accents révolutionnaires de Monsieur Schwaab.

Écrit par : Rabbit | 22/11/2007

Les commentaires sont fermés.