09/01/2008

Pas de congé paternité pour le personnel de l’Etat de Vaud: dommage!

Le grand conseil a malheureusement jeté hier aux oubliettes une motion de l’ancienne députée PS Mariella Muri-Guirales qui proposait d’introduire un modeste congé paternité d’un mois (dont dix jours payés) pour le personnel de l’Etat. Pourtant, le congé paternité, soutenu par une part de plus en plus importante de la population, est l’expression de l’évolution de notre société et du marché du travail. Le partage des rôles dit traditionnel (maman aux fourneaux, papa au boulot) appartient au millénaire précédent et l’heure est tant une participation égale des pères à l’éducation des enfants et aux tâches ménagères qu’à l’intégration des mères sur le marché du travail. Le congé parental est aussi un moyen d’augmenter le taux de natalité.


Les employeurs sont de plus en plus nombreux à faire bénéficier leurs employés d’un congé paternité, même s’il est vrai que ces progrès sont encore très modestes. Notre canton a raté hier une belle occasion de prendre le train en marche avant qu’il ne soit trop tard. La pénurie de main d’œuvre qualifiée qui sévit dans plusieurs branches menace en effet de s’étendre. Pour recruter du personnel, l’Etat se doit d’être un employeur attrayant et offrir un congé paternité fait désormais partie des conditions pour être un tel employeur.


Cela dit, bien des membres des partis bourgeois n’ont visiblement pas encore compris ou voulu comprendre l’évolution de la société. Tel ce député radical qui préconise que les pères prennent leur congé paternité sur leurs vacances (mais peut-être oublie-t-il que, selon l’art 329c al. 2 du code des obligation, c’est l’employeur qui fixe les dates des vacances et que celles-ci doivent être consacrées au repos…). Telle cette députée UDC, qui prétend que le père n’a pas à s’occuper de ses enfants, surtout pas jusqu’après la naissance, et que c’est à la seule mère que revient cette tâche…


Les adversaires du PS l’accusent souvent de conservatisme. L’exemple du congé paternité montre une fois de plus non seulement que c’est totalement erroné, mais aussi où se trouvent les véritables conservateurs.

09:58 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Bonne décision, pourquoi le personnel de l'état de vaud serait une fois de plus privilégié par rapport aux employés du privé. Il faut que la gauche comprenne une fois pour tout que l'économie privée, si elle doit financer tous les caprices de la fonction publique, ne pourra en aucun cas rester (s'il elle est encore) compétitive et offrir des conditions de travail décents à son personnel.

Écrit par : Paul | 23/01/2008

Dommage mauvaise décision, pourquoi l’Etat de Vaud n’innoverait-il pas et ne donnerait-il pas l’exemple à suivre aux entreprises privées. Combien de génération devront passés avant que ces vielles mentalités ne changent. Il y a des questions de société qui ne sont n’y pour la gauche n’y pour la droite, trop divisé pour avancer ensemble.
Un petit mois pour accueillir un nouveau né dans son foyer et une des mesures à prendre pour favoriser les familles. Les nouvelles générations changent, observez Mesdames et Messieurs afin d’anticiper les besoins de la population vaudoise. Une fois de plus une caste vaudoise assombri le potentiel du magnifique pays de Vaud. A bon espoir, Salut !

Écrit par : Alex | 31/08/2011

Merci pour votre commentaire, Alex. Il montre bien quelles sont les réalités qu'une partie de l'échiquier politique refuse malheureusement de prendre en compte. Mais je suis persuadé que nous finirons par y arriver: le congé-maternité, aujourd'hui normal et incontesté, aura aussi nécessité un combat de longue haleine. Mais les syndicats et le PS ont fini par l'emporter, dans l'intérêt de toute la population.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 31/08/2011

Les commentaires sont fermés.