12/03/2008

Non à la privatisation de la police ferroviaire!

Longtemps, même les plus convaincus des ultralibéraux prétendaient que certaines tâches publiques, parmi elles la police ou l'armée, ne sauraient être privatisées. Oh, il y avait bien quelques tentatives de confier quelques mandats à des securitas, mais elles se limitaient en général à des tâches de la police qui ne relèvent pas directement de la sécurité publique, comme faire la circulation ou contrôler du stationnement. Ces tentatives étaient déjà inacceptables. Les vraies bases légales permettant une privatisation de larges pans des tâches des forces de l'ordre sont rares, mais existent, par exemple en Argovie. 

 

Cette époque est bel est bien révolue et, désormais, les partisans de la privatisation totale de la police avancent à visage découverts. Et donnent le ton. La majorité bourgeoise du conseil national vient de faire un pas de plus vers la police privée: La police ferroviaire pourra être totalement privatisée. Et il ne s'agira plus de banals securitas faisant "régner l'ordre" par leur seule présence. Il s'agira de vrais policiers. Ces agents privés pourront être armés, pourront contrôler des identités, fouiller, interroger, arrêter. Des pseudo agents, dont on ne pourra plus démocratiquement contrôler à qui ils obéissent, qui les paye, comment ils sont recrutés, formés et entraînés, si on peut les acheter, qui ils protègent en priorité, quelle est leur responsabilité en cas de bavure, etc. pourront, dans un arbitraire le plus complet, exercer des tâches qui relèvent uniquement de la puissance publique. Car seul l'Etat a le droit de définir, démocratiquement, ce qu'est l'ordre public. Et lui seul a le droit de le faire respecter, démocratiquement, là aussi.

 

Si le Conseil des Etats ne fait pas machine arrière, la question du référendum devra être sérieusement envisagée. Si cette privatisation passe la rampe, la boîte de Pandore sera ouverte. La sécurité publique ne sera plus un droit humain, mais une denrée achetable et soumise à l'arbitraire.

 

16:12 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (17)

Commentaires

Vous vous trompez: l'Etat n'a pas le droit de définir et faire respecter l'ordre public. L'Etat s'arroge le droit de le faire !
De plus vous laissez supposer qu'une entreprise privée va également définir les règles de l'ordre public alors que seul son application sera confiée à une entreprise publique. Ce n'est vraiment pas pareil.Enfin, je ne vois pas en quoi la responsabilité d'une entreprise privée serait moindre que celle de l'Etat. J'irai même jusqu'à dire que c'est l'inverse : l'Etat est à la fois juge et partie lorsqu'un de ses agents de l'ordre public commets une faute !

Écrit par : Laurent | 12/03/2008

Allez voager en Malaisie ou en Thailande. Le train est un régal et il est sûr.
Cette sécurité à un prix, une police ferroviaire!

Si l'Etat veut s'arroger le monopole du rail c'est à lui de trouver les solutions pour nous assurer de la sécurité à bord.

Le prix du train est scandaleux en Suisse et c'est dû à une gestion calamiteuse par des gens qui ne savent pas faire la part des choses et mettre les efforts là où ils doivent être mis.

Les députés fédéraux s'en foutent, ils ne paient rien, le bon peuple paie pour eux!

Tout est à revoir et le prix doivent être diminués de 30% et l'abonnement demi tarif remis à 100/an.

C'est aux CFF de former une police ferroviaire formée pour cette tâche spécifique.

La gauche qui se veut championne de tout ne sait rien faire, à commencer par faire régner l'ordre et le respect du bien public.

Écrit par : Pierre Kimous | 13/03/2008

Plus que l'éducation laisse à désirer, alors on va encore dépenser de l'argent public pour assurer une sécurité, qui cela soit dis en passant, les agents Securitas, sont tout à fait dignes de confiance, mais alors que la Police est Cantonale et non pas Fédérale.
A mon avis, plus d'éducation, moins de cannabis, plus de devoirs sont nécessaires...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 13/03/2008

Cher Laurent, l'Etat, c'est nous, ce sont les citoyennes et citoyens. A nous de définir démocratiquement quel ordre public nous voulons.
Pour vous rendre compte de la différence de responsabilité entre Etat et privés, voici un petit exemple. Suite à la bavure de l'agent de sécurité A, la société B qui l'emploie est condamnée à verser des dommages-intérêts aux vicitmes et une grosse amende. N'y pouvant faire face, elle se met en faillite. Si A était un agent de l'Etat, l'Etat ne pourrait pas se dérober à sa responsabilité en se mettant en cessation de paiements... Autre exemple: imaginons, toujours dans le même cas, que le supérieur de A, C, a manqué à ses devoirs ou doit, pour une raison ou une autre, porter une responsabilité à cause de la bavure de A. Rien n'interdit l'entreprise B de le garder, voire de lui accorder une promotion, etc. malgré cette affaire. En revanche, si C est un responsable politique, il peut être battu aux élections.

Cher Pierre Kimous,
Je ne pense pas que votre comparaison avec la Thailande soit pertinente. La Thailande a vécu ces derniers temps quelques affaires de corruption au plus haut niveau du pouvoir et subit un coup d'Etat.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 13/03/2008

Monsieur JCS,

Vous dites à Pierre Kimous que la comparaison avec la Thaïlande n'est pas pertinente !

Cela suffit déjà pour que je constate que vous êtes membre d'un parti qui, bien qu'il se dise de gauche, s'aligne (aligné couvert) sans vergogne derrière les partis de droite. Si vous avez raison de dire qu'en Suisse nous n'avons pas eu de coup d'État depuis un bon bout de temps (Est-ce un bien ? Vaste question!) - et bien que l'éviction de Blocher en ait été un pour certains - par contre, nous avons notre lot d'affaires de corruption ! Je n'en citerai deux: Swissair et la BCV. Si pour vous ce n'e sont pas deux types de corruption qui se sont faufilées jusqu'au niveau de la justice, alors qu'est ce ? La réponse d'un "homme du PS" m'intéresse vivement!
Mais faites attention à votre réponse, un "ouistiti" de haute volée et de votre parti est partie prenante dans l'affaire Swissair.
Je vous aide ?... À la "Soupe est Pleine", ils le font toujours dormir.

PS (pour post scriptum et non pour parti socialiste): J'ai utilisé le terme de ouistiti en référence aux fameux trois singes qui se cachent soit les yeux, les oreilles ou la bouche. Suivant votre réponse, je proposerai d'ailleurs ce nouveau logo pour votre parti.

PSS: Les aléas d'internet sont impénétrables. Si la première mouture de mon commentaire avait "passé la rampe", vous pouvez sans autre l'éliminer. Je ne vous taxerai pas - comme je le fais pour plusieurs autres blogueurs - de vilain censeur.

Écrit par : Père Siffleur | 14/03/2008

Père Siffleur, le PS a déjà son nouveau logo : Un brin de muguet car sur une seule branche, il y a plusieurs cloches ! L'ennui, avec le bruit des cloches, ça risque de réveiller Leuenberger !

Écrit par : Octave Vairgebel | 14/03/2008

"BCV. Si pour vous ce n'e sont pas deux types de corruption qui se sont faufilées jusqu'au niveau de la justice"
Heureusement que ces gens-là ne lisent pas les blogs, vous risqueriez de perdre votre chemise, Père Schizo.

Écrit par : Géo | 14/03/2008

Géo-Mancie,
Avec vos dons de divination, vous devriez le savoir: Ma chemise est déjà perdue, prise par des margoulins du même acabit que ceux mentionnés plus haut!

Écrit par : Père Siffleur | 15/03/2008

Père siffleur, puisque c'est de mon camarade Leuenberger que vous parlez, je suis d'accord avec vous. C'est un très mauvais conseiller fédéral et son action n'a pas grand'chose de socialiste. Vivement qu'il soit remplacé.
Cependant, les erreurs d'un élu ne sauraient justifier que "le PS s'aligne sans vergogne sur la droite". C'est faux. Le PS est , au contraire, le seul adversaire sérieux des partis bourgeois en Suisse. En témoigne notre quasi-victoire à 1 contre 20 lors de la dernière votations sur les cadeaux fiscaux aux actionnaires.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 15/03/2008

Lundi 22 septembre 08, la Chambre haute du Parlement va se pencher sur la question de la privatisation de la police ferroviaire.

les agents Securitas, sont tout à fait dignes de confiance certe mais ils ne peuvent prétendre à un titre d'agent de police. Pour rappel un policier passe une année de formation dans une des écoles de police suisse ou ils doivent passer avec succès des branches telle que :

- interventions policières
- Ethique policière (Ethique et Droits de l’Homme)
- Psychologie
ect

Je doute qu'un sécuritas peut prétendre à une même formation!!!!

Donner de telles compétences à des individus sans formation adéquate... Un seul mot me vient en tête. BAVURE...

De plus les futures sociétés de polices privées iront là ou il y aura de l'argent et non ou il y aura des problèmes.
Ils seront sûrement en nombre à se partager le "gâteau" dans les grandes lignes ferroviaires. Mais je doute fort qu'ils seront dans les petits trains régionnaux, vous savez, ces petits trains abandonnés des contrôleurs (pour des raisons financières)...

Écrit par : un visiteur | 17/09/2008

Cher visiteur, merci pour votre commentaire très pertinent!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 17/09/2008

Pour être franc j'ai plus souvent entendu parler de bavure policère que de bavure provenant des Sécuritas...

Écrit par : DdDNews | 17/09/2008

Un exemple de bavure récent et flagrant: le fichage et l'infiltration illégale de deux associations, pour le compte de Nestlé et d'un mandataire inconnu.

Mais ne nous égarons pas: c'est bien normal qu'il y ait, pour le moment, plus de bavure de la police que d'agent privés. Il y a tout simplement beaucoup plus de policiers que d'agents privés et ces derniers ne sont en général pas armés. Mais dès qu'ils le seront, les bavures vont certainement avoir lieu en masse, vu le faible niveau de formation.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 17/09/2008

Ca n'a rien à voir avec de la bavure lol

Il ne faut pas confondre vos états d'âmes pour une une bonté inverselle.
VOus avez raison de préciser qu'il ne faut pas s'égager parce que là franchement...
C'est comme si on disait que les politiciens faisaient quotidiennement des bavures contre la population parce que ceux-ci imposent leur vision...

J'aurai pas moins confiance en un policier qu'un sécuritas. Le sécuritas contrairement à la police a plus de possiblité de se faire licencier s'il commet une erreur contrairement à la police bien mieux défendue par les politiques.

Écrit par : DdDNews | 17/09/2008

Personnellement j'ai eu affaire souvent à la justice, étant délinquant. Jamais je n'ai eu à constater de bavure policière particulière, Mais ses pseudos flics qui traînent dans les trains sont les rois de la bavure et du harcèlement moral!!!!!
Alors les armé en plus, n'arrangera certainement pas leur complexe de sous flic

Écrit par : mimi | 24/09/2008

Je tiens à apporter quelques précisions sur ce sujet qui est encore d'actualité:

la police ferroviaire suisse privée et armée:

Actuellement,elle est composée d'une part d'agents en provenances de divers polices municipales et cantonales, la police ferrovaire forme aussi ses propores agents en les envoyant dans des académies de polices suisses leurs octroyants un brevet fédéral d'agent de police.
Le corps de police ferroviaire actuelle est dirigée à 49 % par sécuritrans (filiale sécuritas) et 51 % CFF ce qui lui donne une pseudo appartenance public.
Cette police se base au niveau légale sur
http://www.admin.ch/ch/f/rs/742_147_1/index.html
ce qui confère aux agents un statut d'agent de la police cantonale. Ils peuvent donc effectuer des tâches de police avec des compétences qui leurs sont attribuées selon les cantons.

Mais cette loi va être abrogée et remplacée par une loi qui apparement permetterait à des sociétés de sécurités totalement privées d'avoir des compétenses dites de police, d'être armé et, cerise sur le gâteau, sans se soucier d'une formation appropriée ni contrôlée.

Aberrant !

Je ne comprends pas pourquoi nous ne prenons pas exemple sur TOUT nos voisins européens? TOUS possèdent une police ferroviaire PUBLIQUE !?


En parlant de nos voisins et partenaires sécuritaires de première importance,(vu que nos frontières souvrent) voici un exemple de se que l'on peut lire sur nos brillantes idées sécuritaires :
http://www.eurocop-police.org/pressreleases/2008/08-04-28%20PRESS%20Switzerland_E.pdf

Je n'ai jamais été très actif au niveau politique, mais voir de pareilles absurdités.... Si référendum est lancé je serai un fervant partisant!

Écrit par : un simple citoyen | 02/11/2008

Cher simple citoyen, vous avez parfaitement raison. Un référendum est à mon avis nécessaire. L'opposition conjuguée des syndicats de policiers, d'amnesty international et du PS devrait inciter ces organisations à le lancer!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 02/11/2008

Les commentaires sont fermés.