07/09/2008

Militantisme à deux balles (la signature)

Ces derniers jours, j’ai été plusieurs fois abordé à la gare de Lausanne par des étudiant-e-s qui tentaient de faire adhérer les passantes et passants à moult œuvres dites de bienfaisance pour le compte d’une entreprise spécialisée dans le démarchage «jeune et sympa», genre corris. On y entend de tout. De l’obséquieux «bonjour, jeune homme» au faussement familier «salut chef!». Ces récolteurs de fonds sont bien gentils, bien rodés et ont réponse à tout. A ma question «êtes-vous membre de l’association à laquelle vous voulez me faire adhérer», la réponse fuse sans hésitation: «bien sûr, depuis trois ans». Vu l’âge de celle qui me répondait, j’ai eu un peu de peine à le croire. Mais bon, après tout, pourquoi pas. En tout cas, j’ignorai que «save the children» (ou quelque chose comme ça), une association dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, avait autant de militant-e-s. D’ailleurs, les récolteurs semblent aussi s’étonner d’apprendre que les organisations pour lesquelles ils recrutent ont déjà des membres. Ainsi, lorsqu’on me demande un autre jour «tu es déjà membre d’amnesty international?» (le tutoiement semble de rigueur) et que je réponds «oui» (même si amnesty ne paraissait pas enchantée que je le fasse savoir), on me rétorque «vraiment?» d’un ton incrédule et sur l’air du «c’est ce qu’ils répondent tous». Et le récolteur de fonds d’insister pour me faire remplir un bulletin. Heureusement, à la gare, la bonne excuse du train à prendre marche à tous les coups.

Ces méthodes de pseudo-militantisme sont agaçantes. Et elles se répandent de plus en plus, même pour l’exercice des droits populaires. Ainsi, on apprenait récemment («24heures» du 4 août, l'article n'est plus en ligne) que les opposants à un nouveau musée des beaux-arts pour tous les vaudois ainsi que les partisans de l’initiative pour l’épargne-logement avaient rémunéré des «militants» à la signature. Si même les initiatives et référendums s’achètent… Et, à force, les organisations qui les emploient risquent de perdre toute crédibilité et surtout toute capacité d’action.Car la force d’une association, ce sont d’abord ses militant-e-s qui portent son message et ses valeurs. Les remplacer par des donateurs recrutés à la sauvette remplira peut-être leurs caisses, mais ne leur donnera aucun poids. 

Commentaires

"Maintenant, si cette indication a dérangé Amnesty International, je m’en excuse."

Faut les comprendre, ils essaient de faire croire qu'ils sont apolitiques, alors que l'immense majorité de leurs membres se positionnent à gauche et à l'extrême gauche.

Ils ne souhaitent donc pas que ça se remarque, et quand bien même eux aussi croquent au râtelier "progressiste"... C'est une attitude légitime, vous ne trouvez pas ?

Écrit par : Scipion | 07/09/2008

Je serais vous,j'éviterais dorénavant la gare de lausanne.

D.J

Écrit par : D.J | 07/09/2008

Pour moi, le fait que celui qui m'accoste soit payé ou non ne change rien à l'affaire!

Ils sont aussi agaçants les uns que les autres. Les premiers sont "endoctrinés" par des gars du "marketing", les autres par leurs mentors ou menteurs politiques... Et il est inutile de me tendre une rose, un tournesol, un ballon ou encore autre chose.

À la gare il est possible d'utiliser l'argument du train à prendre et sur les marchés, à Lausanne par exemple, il n'y a pas de trains, ils n'y a que des "locomotives" qui vendent des "billets pour voyager dans le bleu". Une de ces "locomotives" porte même une cravate avec chat et vend des leurres afin d'amadouer les vieilles dames qui achètent du mou pour les leurs.

Il est des initiatives et des référendum qui s'achètent! C'est possible! Mais en politique il y a surtout toute une série de vendus que rien ne peut racheter (aussi bien à gauche, au centre qu'à droite).

Écrit par : Père Siffleur | 07/09/2008

@Père Siffleur: Des noms! des noms!

@scipion: effectivement, à leur place, je ne souhaiterais pas non plus être catalogué à gauche ou à droite. Mais les électeurs ont droit à la transparence!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 07/09/2008

Il ne s'agit en effet pas de militantisme, mais de fundraising ("levée de fonds" pour les québecois).

J'ai entendu récemment de source fiable que la société que vous mentionnez garde environ 70% des "dons" la première année, puis 30% les suivantes. Les "dons" collectés par ce biais sont donc loin d'aller en totalité à la cause en question, mais bien-sûr, cet aspect n'est jamais abordé et même nié par les employés.

C'est quand même lamentable de devoir passer par de telles sociétés privées à but hautement lucratif pour recruter des membres et susciter des dons.

Charity-business, quand tu nous tiens..

Écrit par : Fufus | 07/09/2008

Monsieur Jean-Christophe Schwab,

Comment voulez-vous que je donne des noms! C'est tellement dangereux!
Voyez le cas de votre camarade de parti, Madame Calmy-Rey: Elle parle de Ben Laden, elle est mal comprise (je pense réellement qu'elle a été mal comprise), alors elle essaie de "flinguer" le journaliste qui n'a pas compris. Au nom de la liberté de la presse, probablement! La Dame, au lieu d'expliquer ce qu'elle a réellement voulu dire dans son discours où elle parlait également de "siècle des Lumières" (sic), essaie de "casser" du plumitif. Pas vraiment génial, non ?

... Et si vous n'avez pas voulu reconnaître le Syndic de Lausanne, Monsieur Brélaz, dans mon premier commentaire, alors vous pouvez ajouter votre propre nom à la liste, ce qui en ferait trois: Madame Calmy-Rey, Monsieur Brélaz et vous.

Est-ce suffisant, ou d'autres noms seront nécessaires pour que je sois "casser"? Car il est évident que j'ai de la réserve, bien que, comme Samuel Schmid, il est possible que j'oublie. Tiens!... ça fait déjà un troisième, ou même quatrième ! (trois ou quatre, ça ne dépend que de vous)

... Je persifle et signe.

Père Siffleur (ma vraie identité est disponible sur ce site)

Écrit par : Père Siffleur | 07/09/2008

Mr Jean-Jacques Schwaab, dans ce dossier concernant le militantisme à 2 balles, je vous donne entiérement raison et je trouve déplacé que l'on engage des étudiants souvent novices pour récolter de l'argent pour certaines institutions au fonctionnement souvent nébuleux !

Écrit par : Jean-François | 07/09/2008

Chère Père, la liste se précise. Mais, malgré les défauts évident des deux larrons et de la larrone que vous évoquez, peut-on vraiment parler de "vendus"?

@Jean-François, merci pour votre commentaire, mais ne vouliez-vous pas dire "jean christophe" au lieu de "jean jacques"???

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 08/09/2008

Oui, on peut vraiment!
Ils sont vendus à leur propre cause. la cause de l'argent flanquée d'un ego surdimensionné! (deux choses qui vont très souvent de pair)
Ils ont troqué l'éthique contre les trucs et les "TUC" (travaux d'utilité collective)contre les triques. Un exemple?... Madame MCR, à l'encontre de certains journalistes qui ne sont pas à sa botte. Dans ce cas les "Tuc" auraient été des explications claire de son discours, la trique, c'est sa réaction vis-à-vis du journaliste de l'AFP.

Écrit par : Père Siffleur | 08/09/2008

"Ils sont vendus à leur propre cause." Dans ce cas, on n'a pas dû les acheter très cher ;-)

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 08/09/2008

Désolé!... et avec toutes mes excuses.
L'expression "leur propre cause" était vraiment mal choisie (même si elle était suivie de "La cause de l'argent ...".
Il est évident que j'aurais dû écrire: "leurs propres intérêts" pour éviter toute interprétation qui puisse s'apparenter à "noble cause", "espèce" en voie d'extinction et même "dodo" en politique.

Écrit par : Père Siffleur | 09/09/2008

Je cite:

> Faut les comprendre, ils essaient de faire croire qu'ils sont apolitiques,
> alors que l'immense majorité de leurs membres se positionnent à gauche
> et à l'extrême gauche.


Aha, affirmation intéressante. Scipion, auriez-vous donc eu accès à la liste complète des membres de l'organisation, assortie de leur couleur politique, pour pouvoir affirmer ça avec tant d'assurance ?

Ou alors seriez-vous donc une taupe infiltrée dans cette organisation que vous dites par là si bien connaître ?
Si oui pour le compte de quelle multinationale ? et employé par quelle société de sécurité privée ?

Écrit par : Machin | 09/09/2008

Tout travail mérite salaire et je ne comprends pas l'allusion au fait que les initiatives et référendums sont "achetés". À ce que je sache, on paie ceux qui récoltent les signatures pas les signataires (bien heureusement) !
En plus, ça peut rapporter quelque sous à des étudiants, un de mes amis a récolté des signatures pour 2 initiatives de Franz Weber ou/et des Verts, sauf erreur il était payé à la signature.

Écrit par : Laurent | 09/09/2008

Monsieur Schwaab, d’après la photo sur votre blog, je ne vous donne pas plus de 20 ans. Apres des recherches, je constate que vous en avez 29. Je suis convaincu que je ne suis pas le seul à me tromper sur votre âge.

Par contre, je partage votre agacement sur ce harcèlement incessant et agaçant. Il en va de même au téléphone, particulièrement en ce moment ou, des bonnes âmes, s’inquiètent de nos finances et nous proposent de nous faire faire des économies avec l’assurance maladie. Deux mois plus tard, avec l’argent économisé avec des primes moins chers, il y a les achats pour Noël. Après les fêtes, évidement, des séjours de remise en forme afin de faire disparaitre ces poignées d’amour disgracieuses. Ensuite, juste avant les vacances d’été, des séances solarium pour ne pas faire trop touriste sur la plage.

Décidément, à part juillet août, ils ne chôment pas les téléphonistes.

Écrit par : cali | 25/09/2008

Bof, moi j'aime bien. Ceux qui téléphonent chez moi ne le font plus jamais...

Écrit par : Géo | 25/09/2008

Hello!

Je commente avec quelques mois de retard votre article, ainsi que les commentaires. Je suis personnellement membre de plusieurs de ces associations, auxquelles je me suis inscrite par le biais de ces "pseudo-militants" comme vous les appelez. De plus j'ai eu l'occasion de parler de leur travail avec plusieurs de ces personnes. J'ai d'abord été un peu déçue de constater qu'il s'agissait en réalité de personnes rémunérées pour ces campagnes, mais après réflexion, je suis arrivée à la conclusion qu'il était tout simplement triste que ce soit de cette manière que les organisations obtiennent la majorité de leur soutien. Dans l'idéal, ce travail serait effectué de manière bénévole par des personnes militantes. Mais en fin de compte, la réalité, et c'est triste à dire, ne le permet plus. Nous avons tous des factures à payer, et certains jeunes se retrouvent dans des situations embarrassantes. Et cette entreprise de fundraising leur permet non seulement d'être actifs mais de l'être pour une bonne cause, chacun bien sûr ayant des causes qui les touchent plus que d'autres. Ca leur permet également de travailler dans une ambiance sympa, où même une personnes sans CFC ou papier quelconque peut se trouver valorisé. De plus, il ne s'agit pas de peindre la girafe toute la journée, mais, soyons clairs, de se prendre des vents le 99% du temps, avec en plus des journées de près de 10h par jour parfois. Je ne suis pas en train de dire que ce sont tous des anges, loin de là! Mais la grande majorité de ceux que j'ai rencontré (et j'en rencontre très souvent, voyageant beaucoup) étaient toujours aimables et impliqués.

C'est sûr que ce n'est pas toujours agréable de se faire ainsi apostropher dans la rue, mais cela permet d'avoir en direct des informations sur une organisation. De mon point de vue, nous sommes si facilement embarqués par notre train train quotidien qu'il me paraît important d'avoir ces moments d'ouverture sur des problèmes dont nous ignorons souvent beaucoup, ou alors ne mesurons pas l'ampleur. Cela permet de prendre conscience de la réalité de ce que se passe dans le monde, et même dans notre propre pays!

Enfin, au sujet de la destination des dons, je me suis renseignée sur le label du Zewo, sur le site www.zewo.ch. Les conditions d'obtention de ce label de qualité sont extrêment strictes. La grande majorité des dons va donc bel et bien à la cause, ce qui est d'ailleurs rigoureusement contrôlé. Et pour le mot de la fin, si tant d'associations utilisent les campagnes de fundraising, c'est bien qu'elles y trouvent largement leur compte!

Voilà, je tenais simplement à vous faire partager mon avis sur la question!

Écrit par : Paroly | 28/03/2009

Les commentaires sont fermés.