27/11/2008

Chasse aux z'abus

S'il y a un argument qui marche à tous les coups, c'est bien celui des abus. Des abus commis par des étrangers. Aux dépens des nos assurances sociales. Les opposants à la retraite flexible pour toutes et tous ne dérogent pas à cette règle (il faut dire qu'ils ont remarqué que la base de l'UDC a plutôt tendance à soutenir l'initiative) et avertissent que "l'initiative encouragera les abus des retraités étrangers rentrés dans leur pays, qui toucheront une rente anticipée sans cesser de travailler". D'ailleurs, poursuivent-ils, "31% des rentes AVS sont versées à l'étranger" (même s'ils se gardent bien de dire que seuls 13% de la somme totale des rentes ne sont pas versés en Suisse). C'est bien la preuve que le potentiel d'abus est énorme. Et que les suisses et suissesses feraient mieux de refuser cette initiative, même si elle leur est favorable.

Mais, comme d'habitude, cet argument des abus est abusif. En effet, les risques d'abus ne sont pas plus élevés qu'avec la situation actuelle, pour deux raisons.

  • Il existe en effet déjà des mécanismes de contrôle pour s'assurer que les bénéficiaires d'une rente ou d'un capital du 2ème pilier résidant dans un autre pays ont bel et bien cessé toute activité rémunérée et ne cotisent plus à la prévoyance-vieillesse. Le système d'entraide administrative entre les pays de l'UE et de l'AELE (introduit dans le cadre des accords bilatéraux) fonctionne très bien et il pourrait sans problème être appliqué à l'AVS flexible. Il n'y aurait donc même pas besoin de mettre sur pied une bureaucratie compliquée, ni d'envoyer des contrôleurs à l'étranger pour vérifier que personne ne triche. 
  • Mais surtout, les pays voisins connaissent un chômage des seniors beaucoup plus élevé qu'en Suisse. Il est donc irréaliste de penser que des travailleurs étrangers demanderont à profiter de l'AVS flexible, puis rentreront dans leur pays d'origine pour y travailler. Car ils n'y trouveront pas de travail. Cet argument est aussi valable pour contrer les opposants qui annoncent une explosion du travail au noir en Suisse en cas de oui. Les difficultés des plus de 62 ans sur le marché du travail sont telles que la plupart des personnes qui profiteront de la retraite anticipée sont celles qui n'ont de toute façon aucune chance de retrouver un emploi. Déclaré ou au noir.

Le 30 novembre, ne laissons pas la peur des abus nous faire renoncer à une vraie retraite anticipée ouverte à toutes et tous. Oui à l'initiative pour un âge de l'AVS flexible!

22/11/2008

L'UBS et l'AVS

Avec un titre pareil, je vois déjà venir les critiques: «ça y est, il va encore nous ressortir le coup du «si on peut verser 68 milliards pour l’UBS, on peut bien mettre 800 millions pour l’AVS flexible»…». Encore que cet argument ne soit pas dénué de pertinence, ce n’est pas de ça que je veux parler dans ce billet. Je souhaite plutôt montrer cette publicité, découverte au détour du site internet de la grande banque sise aux îles Caïmans sur la Piratenplatz sur la Paradeplatz.
ubs retraite anticipée.jpg
Elle montre bien d’une part que la retraite anticipée est d’ors et déjà une réalité (ce qui ne choque pas les adversaires de l’initiative «pour un âge de l’AVS flexible», qui pourtant clament sur tous les toits que «la retraite anticipée menace la santé financière de l’AVS») et d’autre part que la retraite anticipée est un privilège. Un privilège réservé à ceux qui sont déjà privilégiés. Et que l’UBS accueille à bras ouverts.
Aujourd’hui, 4 salariés sur 10 ne sont plus actifs entre 60 et 64 ans. Dans les banques et les assurances par exemple, plus d’un salarié sur deux peut se permettre de partir à la retraite anticipée (contre moins de 15% dans l’hôtellerie ou la restauration…). Pour les uns, la retraite anticipée se passe dans de bonnes conditions (merci, «UBS comfort»!). Pour les autres, elle signifie diminution à vie de la rente AVS, recours aux prestations complémentaires, et restrictions drastiques de la qualité de vie. Et pour beaucoup d’autres, la retraite anticipée n’est qu’un rêve. Pour une AVS flexible enfin ouverte à tous, votons oui le 30 novembre!

Et à ceux qui doutent encore de la capacité du 1er pilier à affronter les changements démographiques, je conseille ce lien.

ubs-avs.jpg

14/11/2008

L'AVS ou la famine?

"Vous verrez, en 2020, l'AVS sera en déficit, car il n'y aura plus que deux actifs par retraité!" n'arrête-t-on pas de nous seriner. Il est vrai que l'évolution démographique et la croissance de l'espérance de vie font qu'il y aura toujours moins d'actifs pour toujours plus de retraités. Mais l'équilibre financier de nos retraites n'est pas pour autant en danger. Voici un petit exemple pour le démontrer.

En 1900, un paysan devait nourrir 4 personnes. En 1950: 10. Depuis, le nombre de paysans a diminué, de même que les surfaces cultivables. Pourtant nous ne sommes pas morts de faim pour autant. Car aujourd'hui, un paysan nourrit 130 personnes. La clef se situe dans l'augmentation de la productivité: le nombre de paysans et la surface cultivable ne jouent aucun rôle, seule compte la quantité de nourriture produite. Pour l'AVS, le même raisonnement s'applique: Pour financer les rentes des retraitées et retraités, les actifs doivent produire un certain nombre de richesses (actuellement 31 milliards de francs par an environ). L'important n'est pas de savoir combien d'actifs produisent cette richesse (même s'il est vrai qu'il est plus facile de la produire si le nombre d'actifs est plus élevé), mais qu'elle soit bel est bien produite, peu importe par qui. C'est la raison pour laquelle l'AVS fait toujours des bénéfices (contrairement à ce que pronostiquait le conseil fédéral...), même si la part des actifs par rapport aux retraités est passé de plus de 6 pour 1 en 1948 à un peu plus de 3 pour 1 aujourd'hui. Et passera à environ 2 pour 1 en 2020. La productivité du travail continuant à croître, toujours moins d'actifs pourront financer les retraites de toujours plus de retraités pendant toujours plus longtemps. D'ailleurs, dans ses prévisions à dessein alarmistes sur le financement à long terme de l'AVS, le conseil fédéral sous-estime systématiquement la croissance de la productivité. Voilà bien la preuve qu'il s'agit d'un indicateur important.

Cela ne veut cependant pas dire que l'AVS n'aura pas besoin de financement supplémentaires à moyen terme, car la croissance de la productivité et l'immigration ne suffiront pas à compenser totalement la démographie. Ainsi, l'USS estime qu'en 2020, 0.2 points de cotisations (ou de TVA) supplémentaires seront nécessaires, puis 1.1 en 2030 (le conseil fédéral, alarmiste comme à son habitude, pronostic 1.3 respectivement 3.5, ce qui fait une sacrée différence). Mais il ne s'agit que de besoins modérés en financement supplémentaire. Il faut noter que l'initiative pour un âge de l'AVS flexible ne requiert un financement supplémentaire de 0.24 points de cotisation seulement.  

Dans tous les cas, on est loin des visions catastrophistes des opposants à la retraite flexible, dont l'unique argument est la peur. Opposants, qui, s'il prétendent que l'AVS aura bientôt des problèmes financiers, ne se sont pourtant pas opposés à la réforme de l'imposition des entreprises II, qui coûtera 150 millions par an à l'AVS. Pas plus qu'ils ne sont choqués de voir que les hauts revenus peuvent aujourd'hui facilement se permettre de partir à la retraite anticipée, retraite anticipée que les opposants à l'initiative considèrent pourtant comme "mettant en danger l'avenir financier de l'AVS". Bref, les prévisions démographiques servent surtout à empêcher que la retraite flexible cesse d'être un privilège.

Le 30 novembre: oui à l'âge de l'AVS flexible!