23/06/2009

Les gendarmes doivent-ils servir et se taire?

Les syndicats de gendarmes vaudois n'ont pas fait que des heureux en lançant l'initiative dite «opération d'Artagnan» pour une police unifiée (que je soutiendrai à titre personnel). Vu l'ampleur d'une telle réforme et les changements en profondeur qu'elle implique, on peut sans problème l'imaginer. Ce qui est en revanche plus surprenant, c'est la façon qu'ont certains de se plaindre que les gendarmes participent ainsi au débat démocratique. Ainsi, on a pu lire et entendre de nombreux députés de tous bords (radicaux, UDC, socialistes) avant (voir cet article du Temps évoqué sur politis.ch - le blog de Lyonel Kaufmann) et pendant les débats parlementaires de déplorer que les gendarmes soient «allés trop loin», ou qu'ils aient carrément «outrepassé leur devoir de loyauté» en «développant une logique propre et indépendante» dans un contexte de manifestations, grève des amendes et de négociations salariales plutôt musclées. Et un député UDC de clamer aujourd’hui que les gendarmes auraient dû purement et simplement «se soumettre à leurs supérieurs et retirer leur initiative». Allons bon!

«D'Artagnan» a eu le mérite de débloquer plusieurs années d'atermoiement en matière de police. Alors que les cantons voisins ont su faire le choix de la police unifiée, la discussion vaudoise s'enlisait. Ce débat, ce sont les gendarmes qui l’ont provoqué. En cela, ils n’ont ni fait preuve de déloyauté, ni fait pression sur les élus, ni développés une logique propre. Ils ont tout simplement fait une proposition crédible (le fait que le Conseil d’Etat se soit senti obligé d’y opposer un contre-projet le prouve – quel que soit l’avis que l’on puisse avoir sur le fonds) sur un sujet qu’ils connaissent de près. Pour un syndicat, quoi de plus normal en effet que de participer au débat public en faisant usage des droits démocratiques? Cela ne les empêchera pas, quels que soient le déroulement de la campagne et le résultat de la votation, de faire preuve la loyauté envers le pouvoir politique qu’exigent les règles de l’Etat de droit.

Commentaires

Le devoir de réserve des forces de police est très particulier, du fait que l'Etat et les communes sont les seuls employeurs des policiers. Lorsqu'on parle de santé, il existe suffisamment de professionnels indépendants pour que le débat public puisse avoir lieu. Mais en matière de police, si les professionnels doivent se taire, il n'y a personne pour informer le public, faire part d'expériences pratiques, de situations vécues. Le débat politique a besoin, en toute matière "d'experts". S'agissant de la sécurité publique, les "experts" sont tous employés de l'Etat (actuels ou retraités). Le débat démocratique interdit de les contraindre au silence !

Écrit par : JAHaury | 23/06/2009

Cette fois -ci,j'adhère totalement sur ce billet.

Sauf sur la police unique,dont je n'est pas encore un avis définitif.

D.J

Écrit par : D.J | 23/06/2009

Le syndicat des gendarmes vaudois a eu raison de lancer l'opération "D'Artagnan", une police unifiée est la seule solution que les autres cantons romands ont adopté depuis belle lurette. Nos députés toujours à côté de la plaque continuent de débattre pour savoir quelle sera la meilleure solution, car chacun campe sur ses positions et l'esprit de clocher n'est pas prêt de disparaître au parlement cantonal. Cela ne fait plus rire du tout les gendarmes vaudois qui en ont marre d'attendre...

Écrit par : Jean-François | 23/06/2009

Darwin a écrit "le besoin créa l'organe", organe de police. Selon vous en politique, cela serait exactement l'inverse?
Concernant votre soutient, quoi de plus normal qu'un syndicaliste soutienne un syndicat! Selon vous, c'est bien les travailleurs qui choisiraient/éliraient leur patron (bien sur lui, haut dignitaire de syndicat).
By the way: vous nous avez appris il y a peu de votre départ de Riex pour Lausanne. En parcourant vos sites, on s'étonne qu'après près de 6 mois, vos différents sites n'ont pas été mis à jour. Pour plus de transparence mettez donc vos sites à jour, merci.

Écrit par : Darwin | 24/06/2009

Les commentaires sont fermés.