28/08/2009

On va vraiement savoir qui défend les familles et les chômeurs âgés

Le conseil d’Etat vient de mettre en consultation deux projets de loi pour améliorer la situation d’une part des familles (souvent monoparentales) pauvres ou menacées de pauvreté, d’autre part celle des chômeurs âgés. Il s’agit, à l’instar de ce qui se pratique depuis plusieurs années au Tessin, d’introduire des prestations complémentaires pour familles avec enfants de moins de 16 ans qui ont une activité lucrative mais dont les revenus sont très bas, pour éviter que ces dernières ne se retrouvent à l’aide sociale. Ainsi, la situation de nombreux travailleurs pauvres (working poors) et de leurs familles pourrait être améliorée. L’autre projet est une rente-pont destinée aux chômeurs de plus de 63 ans (62 ans pour les chômeuses), afin de les faire bénéficier d’une retraite anticipée plutôt que de les pousser vers l’assistance publique. Ces propositions, élaborées par le conseiller d’Etat socialiste Pierre-Yves Maillard permettront de réduire nettement deux risques importants de pauvreté. On sait en effet qu’avoir des enfants est aujourd’hui un risque de pauvreté. Ce risque est aggravé pour les familles monoparentales, dont une sur quatre (!) dépend de l’aide sociale. Quant aux difficultés des chômeurs âgés à retrouver un emploi (souvent, l’assurance-chômage leur refuse même «l’aptitude au placement», les excluant ainsi de ses prestations), elles sont de notoriété publique.

Ces nouvelles prestations seront financées par une cotisation patronale de 0,16% prélevée sur la masse salariale.  Mode de financement n’a pas tardé à faire hurler les milieux patronaux, ce qui n’est guère étonnant, vu leur assiduité à combattre la récente augmentation des allocations familiales (acceptée par 70% des vaudois-e-s lors du vote populaire) ou leur extension aux indépendants. Si l’on peut à première vue comprendre le scepticisme des organisations patronales face à un nouveau prélèvement obligatoire, il faut relever que ces dernières auraient toutes les cartes en mains pour éviter de nouvelles charges dues à l’augmentation du nombre de familles et de travailleurs âgés pauvres, mais qu’elles n’en font pas usage. Elles pourraient par exemple augmenter les salaires, notamment ceux des femmes (surreprésentées au sein des familles monoparentales pauvres et qui souffrent toujours de discrimination salariale), cesser de vouloir flexibiliser le travail à tout va, diminuer la part de travail sur appel ou de travail temporaire, cesser de se séparer systématiquement des travailleurs âgés ou encore rendre la formation continue accessible à tous. En outre, les organisations patronales, d’habitude si promptes à exiger des réductions des dépenses publiques, devraient peut-être considérer que l’adoption du projet freinerait l’augmentation des dépenses d’aide sociale. Augmentation que la crise rend malheureusement inéluctable.


Les débats sur ce projet seront à n’en pas douter intéressants. Ils permettront en tout cas de voir qui défend réellement les familles dans notre canton. Ils permettront aussi de mettre en évidence ceux qui, parmi les organisations et partis qui prétendent les défendre, se contentent de cadeaux fiscaux réservés aux hauts revenus et ceux qui au contraire proposent des mesures efficaces pour renforcer le pouvoir d’achat des familles qui en ont le plus besoin.

Commentaires

Le meilleurs remèdes pour combattre la précarité des travailleurs pauvres et la formation professionnel et en amont d'une bonne éducation scolaires.Oui à des prestations complémentaires mais de façon transitoire et non de façon indéterminé,comme semble être la proposition de Maillard.

D'autant que la formation professionel est importante au fait que sans formations apprentissage etc...risque de pénaliser la personne en cas de salaire minimum que veut inclure la gauche.Ce salaire minimum est aventageux pour celui qui bosse et non pour celui qui cherche du travaille sans qualification.

Il est vrai,que celà devient différent pour les familles monoparentales.Mais là aussi ce là doit ce faire de façon transitoire,puisque les chances de trouver un nouveau partenaire est réel.Il ne faudrait pas que celà amène à des abus,ou des personnes dépendant de prestations sociales,se dore la pilule aux antipodes de la planète parce que le nouveau partenaire a des revenus aisés.

D.J

Écrit par : D.J | 28/08/2009

Une personne de 50 ans, père de famille, deux enfants, divorcé avec un CFC c'est vu proposer un salaire de 3200 brut! dans sa branche avec 30 années d'expérience!
Et DJ ose écrire que se sont les personnes sans qualifications qui sont touchées par les bas salaires

SVP, revenez sur terre et voyez la réalité d'embauches!

Il est simplement inadmissible qu'un patron d'une grande entreprise en bénéfice record, paye si peu son personnel. De plus ce "bon" patron" ose menacé sont futur employé de dénonciation au chômage en cas de refus!

C'est à cause de ces personne que des lois protectrices des revenus doivent être crée.
Si ces patrons "voyoux" offriraient un salaire décent, il n'y aurait pas besoin d'une telle loi, ne de l'aide sociale!

Rappelons tout de même que le minimum vital de ce chercheur d'emploi et fixé 3100 francs et bien entendu les les pensions alimentaires ne sont pas prises en compte par la loi de l'aide sociale vaudoise. Donc ce Monsieur se retrouvera avec des menace de condamnation pour défaut d'entretient! De plus le Tribunal Cantonal a refuser de baisser les 1900 francs des pensions alimentaires sous prétexte que la situation devrait bientôt changé et cela fait bientôt 2 ans que cela dure.

Avouez qu'il y a un problème sérieux et c'est là, que l'Etat devrait venir en aide à cette personne, mais que nenni! Ce Monsieur s'endette jour après jour, sans oublier les conflits familiaux à cause d'une pension q'il ne PEUT pas payer!
ABE

Écrit par : Patrice Rochat | 30/08/2009

"Une personne de 50 ans, père de famille, deux enfants, divorcé avec un CFC c'est vu proposer un salaire de 3200 brut! dans sa branche avec 30 années d'expérience!
Et DJ ose écrire que se sont les personnes sans qualifications qui sont touchées par les bas salaires"

Je parle d'une manière général.Je n'est jamais prétendu que celà n'arrive jamais à des salarié qualifiers.

C'est quoi un salaire décent? C'est l'employé qui est mal payé? Ou c'est les charges sociales et les impôts que paie en l'employé qui sont trop élevés?

Moi je pense plutôt sur le second.

D.J

Écrit par : D.J | 30/08/2009

Les commentaires sont fermés.