28/08/2009

On va vraiement savoir qui défend les familles et les chômeurs âgés

Le conseil d’Etat vient de mettre en consultation deux projets de loi pour améliorer la situation d’une part des familles (souvent monoparentales) pauvres ou menacées de pauvreté, d’autre part celle des chômeurs âgés. Il s’agit, à l’instar de ce qui se pratique depuis plusieurs années au Tessin, d’introduire des prestations complémentaires pour familles avec enfants de moins de 16 ans qui ont une activité lucrative mais dont les revenus sont très bas, pour éviter que ces dernières ne se retrouvent à l’aide sociale. Ainsi, la situation de nombreux travailleurs pauvres (working poors) et de leurs familles pourrait être améliorée. L’autre projet est une rente-pont destinée aux chômeurs de plus de 63 ans (62 ans pour les chômeuses), afin de les faire bénéficier d’une retraite anticipée plutôt que de les pousser vers l’assistance publique. Ces propositions, élaborées par le conseiller d’Etat socialiste Pierre-Yves Maillard permettront de réduire nettement deux risques importants de pauvreté. On sait en effet qu’avoir des enfants est aujourd’hui un risque de pauvreté. Ce risque est aggravé pour les familles monoparentales, dont une sur quatre (!) dépend de l’aide sociale. Quant aux difficultés des chômeurs âgés à retrouver un emploi (souvent, l’assurance-chômage leur refuse même «l’aptitude au placement», les excluant ainsi de ses prestations), elles sont de notoriété publique.

Ces nouvelles prestations seront financées par une cotisation patronale de 0,16% prélevée sur la masse salariale.  Mode de financement n’a pas tardé à faire hurler les milieux patronaux, ce qui n’est guère étonnant, vu leur assiduité à combattre la récente augmentation des allocations familiales (acceptée par 70% des vaudois-e-s lors du vote populaire) ou leur extension aux indépendants. Si l’on peut à première vue comprendre le scepticisme des organisations patronales face à un nouveau prélèvement obligatoire, il faut relever que ces dernières auraient toutes les cartes en mains pour éviter de nouvelles charges dues à l’augmentation du nombre de familles et de travailleurs âgés pauvres, mais qu’elles n’en font pas usage. Elles pourraient par exemple augmenter les salaires, notamment ceux des femmes (surreprésentées au sein des familles monoparentales pauvres et qui souffrent toujours de discrimination salariale), cesser de vouloir flexibiliser le travail à tout va, diminuer la part de travail sur appel ou de travail temporaire, cesser de se séparer systématiquement des travailleurs âgés ou encore rendre la formation continue accessible à tous. En outre, les organisations patronales, d’habitude si promptes à exiger des réductions des dépenses publiques, devraient peut-être considérer que l’adoption du projet freinerait l’augmentation des dépenses d’aide sociale. Augmentation que la crise rend malheureusement inéluctable.


Les débats sur ce projet seront à n’en pas douter intéressants. Ils permettront en tout cas de voir qui défend réellement les familles dans notre canton. Ils permettront aussi de mettre en évidence ceux qui, parmi les organisations et partis qui prétendent les défendre, se contentent de cadeaux fiscaux réservés aux hauts revenus et ceux qui au contraire proposent des mesures efficaces pour renforcer le pouvoir d’achat des familles qui en ont le plus besoin.

20/08/2009

Il paraît que qui paie commande...

Ça devient une manie. Investir des milliards de fonds publics pour sauver une entreprise privée de la débâcle où l’avait plongé la seule incompétence de ses managers néolibéraux, puis s’en désengager le plus rapidement possible. Sans avoir ne serait-ce que tenté d’exercer la moindre once d’influence, ni fait usage des droits que pourtant chaque investisseur mettant de telles sommes sur la table n’aurait de cesse d’exiger (en appliquant, lui, le slogan «qui paie commande»).

Il y a d’abord eu Swissair, dont le sauvetage – ou plutôt l’atterrissage un peu moins brutal que si on avait laissé faire le marché – a coûté 2 milliards de francs. Socialisation des pertes. L’on s’est ensuite empressé de céder à bas prix la compagnie qui lui a succédé à Lufthansa, pour que ce soit cette dernière qui encaisse les premiers profits. Privatisation des bénéfices.

Et voilà que ça recommence avec UBS. Plusieurs dizaines de milliards dépensés en quelques heures, pas le moindre début d’une volonté de veiller à ce que la banque utilise à bon escient l’argent public en ne retombant pas dans ses travers de course effrénée aux risques et aux boni, puis revente la plus rapide possible, avec pour seul argument que l’Etat n’a pas à détenir des participations dans le secteur privé. La revente dégage cette fois un petit bénéfice, certes, mais sans garantie qu’une nouvelle intervention publique au secours de la banque ne sera pas nécessaire d’ici quelques mois (intervention dont la probabilité sera d’autant plus élevée si – hors de tout contrôle public – UBS recommence à jouer au casino). Comme si l’idéologie néolibérale n’avait pas fait assez de dégâts ces derniers temps…