11/09/2009

TVA: Pas d'autre choix

web-iv-franz.jpgA gauche, augmenter la TVA ne passe pas comme un lettre à la poste. En effet, cet impôt est peu conforme au principe de l’imposition en fonction de la capacité économique, car il frappe de la même manière celui qui a un haut revenu et celui qui en a un plus modeste. C’est pour cela que les socialistes et les syndicats auraient très nettement préféré un assainissement de l’assurance-invalidité à coup de cotisation salariale. Cela aurait eu l’avantage d’impliquer un peu plus les entreprises dans l’assainissement de l’AI et de leur faire comprendre qu’à force de créer des invalides en augmentant la pression sur les salariés, en prônant la flexibilité du travail ou en excluant un grand nombre de plus de 55 ans du marché de l’emploi, elles génèrent des coûts qu’il faut bien payer.

Malheureusement, syndicats et socialistes n’ont pas été entendus au parlement et augmenter temporairement la TVA s’est avéré être le seul moyen politiquement faisable pour générer les ressources supplémentaires dont l’AI a un urgent besoin.

Car la situation de cette importante assurance sociale est dramatique. Chaque année, l’AI perd plus d’un milliard de francs. Déficit qui n’est pas dû aux «abus», car sinon, l’UDC ne proposerait son propre plan d’assainissement, p. ex. une réduction des rentes destinées aux enfants. Et ce n’est pas tout ; ce déficit s’en vient plomber le capital d’une autre assurance sociale, tout aussi importante: l’AVS. Sans financement additionnel, l’AI risque de se retrouver surendettée à un point tel que le versement des rentes AVS se trouverait lui aussi remis en question. La situation est trop critique pour que l’on tergiverse sur quelques ‰ de TVA, qui seront qui plus est automatiquement annulés en 2017, sauf vote contraire du peuple et des cantons.

En outre, la TVA, s’il est clair qu’elle ne saurait remplacer l’imposition directe ou les cotisations salariales, n’est pas totalement dénuée d’avantages. Tout d’abord, il est presque impossible de la frauder. Ensuite, personne n’y échappe, même les personnes qui ne paient pas d’autres impôts ou ne cotisent pas aux assurances sociales. Ces personnes ne sont donc pas des «citoyens gratuits» comme aiment à les appeler avec un certain mépris de nombreux élus bourgeois. Ainsi, les rentiers, en payant de la TVA sur ce qu’ils consomment, participent eux aussi à l’assainissement de l’AI.

L’urgence de la situation fait que les réticences face à ces quelques quelques ‰ de TVA temporaires doivent être surmontées. Pour la gauche, il ne s’agit pas de se rallier au remplacement de l’imposition directe par l’imposition indirecte, mais plutôt de voler au secours d’une assurance qui participe de manière déterminante à la paix sociale en Suisse.

 

Commentaires

Monsieur Schwab,

Vous dites,

"... cet impôt est peu conforme au principe de l’imposition en fonction de la capacité économique, car il frappe de la même manière celui qui a un haut revenu et celui qui en a un plus modeste"


Si vous calculez uniquement avec des pourcentages, votre assertion est "vraie", le haut revenu payera le même pourcentage que petit, mais si on calcule en francs, vos dires ne tiennent plus la route! Les gena avec un revenu plus élevé consomment plus et plus chers (les voitures par exemple).
De plus cet impôt ne permet pas de frauder: si tu achètes, tu payes l'impôt. Il est vrai aussi que plus les gens ont un haut revenu, plus ils ont de possibilités de détourner les règles, quelle qu'elles soient d'ailleurs!
Pourtant la TVA n'est pas si inique que cela, si elle n'est pas perçue sur les produits de première nécessité.

Écrit par : Père Siffleur | 11/09/2009

Salut Jean-Christophe,
Il ne faut pas mettre la poussière sous le tapis : le PSS est favorable à l'adhésion à l'UE et pour préparer l'adhésion il faut progressivement augmenter le taux de TVA à 15%. Donc une augmentation de la TVA va dans le bon sens.
Amitiés
AD

Écrit par : Alex | 11/09/2009

Bon peuple ne vois-tu rien venir?
C'est donc bien là que l'on constate que l'on manipule le peuple, que ceux qui ont manipulé pour viré Monsieur Blocher avait déjà tout un plan de concert pour "ouvrir" le chemin de l'adhésion, ça devait commencer par cette éviction!
Il faut donc conclure que ceux qui se mettent en place au CF ne sont pas "nets" dans leurs discours, et bizarrement on voit que c'est toujours la "clique" des Nullâtres-fraudeurs qui se met en place!!!!!!
Père Siffleur :"Pourtant la TVA n'est pas si inique que cela, si elle n'est pas perçue sur les produits de première nécessité".
Est-ce qu'il faut comprendre:......si elle n'était pas perçue.....?
En effet, comme l'ICHA précédemment!

Écrit par : Corélande | 11/09/2009

ce qu'il nous faut c'est beaucoup plus d'impôts directs, indirects, d'assurances obligatoires, c'est seulement comme celà que la Suisse pourra avancer

Écrit par : vazeloche | 11/09/2009

Vouloir augmenter les cotisations patronal pour renflouer l'AI ne ferait qu'augmenter encore un peu plus les coûts du travail.Ce qui augmente la pression sur les travailleurs pour rentabiliser l'entreprise.Ce qui est un peu cocasse par à port à vos arguments.Je veut bien admettre que bien des patrons voient dans l'AI un bon moyens de mettre à l'écart certains travailleurs en pas très bonne santé.Mais de là à leurs infilger une punition en leurs faisant porter le chapeau,n'est pas le meilleurs moyen de les rendres attentifs sur ce problème.

L'augmentation de la TVA est le moindre mal et c'est comme vous le dites,que c'est un impôt que tout le monde paient.Il est aussi inutile de suivre l'UDC sur cette question de l'AI et les abus.Laissons faire la 5ème révision faire ses preuves.

Pour ce qui est des abus,il y en existe deux sortes.La première,ce sont les tricheurs qui touchent des rentes sans problème de santé.C'est une minorité,mais elle existe.Il faut lutter contre,mais ce n'est pas la cause majeur des déficites.

La deuxième,vient de l'entourage du futur rentier,qui le pousse à bénéficier des prestations de l'AI,même si ce dernier qui y aurait droit veut s'en passer préfèrant rejoindre le monde du travail.

J'ai personnelement vécut celà,ou je me suis fait traîté de cons par des professionnels qui s'occupe d'handicapés,quand j'ai décidé suite à des problèmes de santé,de reprendre le travail tout en refusant de me mettre à l'AI.

Et ce sont ces même abrutis qui viennent ensuite pleurer,quand des Couchepins veulent serrer la vis sur l'octroit des rentes.C'est franchement pas responsable de leurs part.

D.J

Écrit par : D.J | 11/09/2009

DJ, il n'y a pas que la pression que de nombreux employeurs mettent sur leurs salariés. Il y a aussi le fait que de trop nombreuses entreprises n'engagent pas ou pas assez de personnes handicapées, alors que le slogan "la réinsertion avant la rente" est sur toutes les lèvres. Augmenter légèrement le coût du travail aurait donc certainement une vertu pédagogique sur de nombreux patrons. En effet, en engageant plus de personnes handicapées, ils auraient un moyen direct de faire baisser les coûts de l'AI... et ses besoins en ressources.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 11/09/2009

La TVA reste encore le seul "impôt" où vraiment tout le monde participe à hauteur qu'il peut. Sans trouver des pseudo excuses pour se déresponsabiliser en trouvant à faire payer les plus riche que soit.

Et pour ma part une assurance solidaire qui peut servir à tout le monde doit être payer par tous à hauteur de leur moyen. ET la TVA est la moins mauvaise solution.

Écrit par : DdDNews | 11/09/2009

"DJ, il n'y a pas que la pression que de nombreux employeurs mettent sur leurs salariés. Il y a aussi le fait que de trop nombreuses entreprises n'engagent pas ou pas assez de personnes handicapées..."

Vous avez raison et c'etait bien l'un des arguments de la 5ème rèvision de l'AI.Je crois que les organisation patronal comprennent assez bien celà.Mais les mentalités de l'ensemble des patrons rstent encore difficile à changer.

Faut-il relancer un vaste débat sur la question? Organiser une table ronde entre patronat,syndicat,politique et responsable de la caisse AI?Ou peut-être, faut-il laisser la gestion de l'AI à ces derniers?( c'est je crois un peu ce qu'on fait les Hollandais pour sauver leur assurance invalidité qui fut pire que la nôtre pour son déficit)

Moi je crois que oui! vouloir compter sur la TVA et sur les baisses de préstations pour freiner les coûts sont valables jusqu'à une certaine limite,après c'est du suicide politique et on avance pas.

D.J

Écrit par : D.J | 11/09/2009

@Vazeloch: oui, oui et surtout plus de fonctionnaires. Herr Dr. Jur. Gysi, le chef des LINKE allemands a dit qu'il avait la solution au chômage, super! Oui, il veut plus de fonctionnaires!! Et l'on sait ou cela mène, des fonctionnaires qui surveillent les fonctionnaires, cela nous rappel la STASI. Dr. Jur. Schwaab connait bien Dr. Jur Gysi, entre Genosse, c'est normal. Leurs principse est basé sur la méthode des Shaddoks: Pomper et pomper encore l'argent des citoyens pour le donner aux Genossen fonctionnaires. Le pire dans tout ça, c'est que c'est vrai!

Écrit par : Gibi | 12/09/2009

Les commentaires sont fermés.