16/09/2009

Le «libre choix» de l’école se prend une nouvelle claque

Le «lobby parent Vaud», suite à l’échec d’une proposition libérale au grand conseil, avait annoncé en grand pompe vouloir lancer une initiative populaire pour privatiser l’école grâce au «libre choix» et au «bon scolaire». Son cuisant échec lors d’un vote populaire (80% de non) à Bâle-Campagne l’avait un peu refroidi et poussé à se contenter d’une pétition. Pétition qui a été déposée hier avec… 1200 signatures à peine! Soit dix fois moins que ce qu’il aurait fallu pour une initiative. En encore, il est plus facile de récolter des signatures pour pétition, car il n’a y pas besoin d’avoir le droit de vote pour signer. En appliquant un taux de «déchet» de 15% (soit le taux habituel de signatures non valables lors d’une récolte pour une initiative ou un référendum), la pétition pour la privatisation de l’école compte à peine un millier de signatures.

Bref, le «libre choix de l’école» en terre vaudoise, c’est râpé. Une fois de plus. L’école publique et démocratique a heureusement encore de beaux jours devant elle.

Commentaires

Docteur Schwaab, quelle est votre position par rapport aux poux, qui fait se gratter la tête de votre camarade mais néanmoins cheffe de département? La parasitose du cuir chevelu qu'en pensez-vous?

Écrit par : bijou | 16/09/2009

"L’école publique et démocratique a heureusement encore de beaux jours devant elle."

Tien!Je croyais que "démocratique" voulait dire le droit de choisir.

D.J

Écrit par : D.J | 16/09/2009

@DJ

Certain on une notion particulière du "democratique". cf "RDA" charmante republique democratique allemande au sein de laquelle la stasi n'était bien entendu là que pour aider les enfants a traveser la route sur le chemin de l'ecole "publique et democratique"...

Écrit par : Eastwood | 16/09/2009

Cher Christophe Schwaab,

En effet, après avoir été défaits au Tessin en 2003, puis sérieusement à Bâle-Campagne, les dévôts de l'"école libre" (en fait, d'une subvention néolibérale à l'école privée appuyée par des groupes religieux archaïsants et des organisations genre OIDEL à Genève, en général liées comme par hasard aux écoles privées...) se sont pris la râclée qu'ils méritent copieusement.

Nous autres laïques, on travaillera encore pour que leurs gencives craignent un max. Ad aeternam.

Pour le reste, le reste, je veux dire ces volatiles qui voient dans toute défense de l'Etat un complot communiste, je pense que vous savez à quoi vous en tenir. Il n'y a plus de juifs en Pologne (hélas !), mais les antisémites y sont toujours. Il n'y a plus de communisme en Europe (heureusement !), mais certains continuent de le combattre... victorieusement.

Ils ont seulement un petit problème de concordance des temps.

Quant à Anne-Catherine Lyon, à qui on peut reprocher beaucoup de choses par ailleurs (son traitement autiste de l'initiative "école 2010", par exemple), qui peut prétendre qu'elle a une once de responsabilité dans les délires des partisans du "chèque scolaire" ?

Purement débile. Négligeable. Passons.

A vous bien solidairement.

Écrit par : yves scheller | 16/09/2009

"Il n'y a plus de communisme en Europe (heureusement !)"

Si on veut... ils ont simplement changé de nom, et au lieu de brandir un livre rouge, ils brandissent l'apocalypse climatique, mais fondametalement leur buts restes identiques.

Prenez vous donc la peine de d'analyser d'une part: A quel type de société aspire les verts. Et d'autre part quel sorte de dinosaurs on retrouve sous ce label parce que l'etiquette "communiste" n'est plus portable, ni porteuse en terme electoral.

CE

Écrit par : Eastwood | 16/09/2009

"En effet, après avoir été défaits au Tessin en 2003, puis sérieusement à Bâle-Campagne, les dévôts de l'"école libre" (en fait, d'une subvention néolibérale à l'école privée appuyée par des groupes religieux archaïsants et des organisations genre OIDEL à Genève, en général liées comme par hasard aux écoles privées...) se sont pris la râclée qu'ils méritent copieusement."

Celui qui s'est pris une raclée,c'est bien l'école public helvétique dans les études PISA.

Que vous ne voulez pas le chèque scolaire c'est une chose,mais arrêtez de dire n'importe quoi sur ce sujet.Où le chèque éducation est appliqué n'est pas une privatisation de l'école,mais c'est juste une subvention versé aux parents pour que ces derniers puissent choisir l'école de leurs choix,aussi bien dans le public que dans le privé.A Milwaukee aux USA ou ce systhème fut mis en place,l'école public n'a non seulement pas disparu,mais il est devenu plus efficace ou le niveau scolaire est monté en flèche,même chez les catégories pauvres qui sont généralement les victimes de la scolarisation public.

Et en plus de celà,je ne voit pas ce que vient faire la laïcité dans ce débat.

Mais je vois que les socialistes en Suisse préfère la médiocrité qu'à l'expérimentation.Il n'y a rien de pire que le statu quo.

D.J

D.J

Écrit par : D.J | 17/09/2009

Eastwood 5 sur 5: Il suffit de regarder d'un peu de plus près le pédigré des verts Suisse ou inversement ou ont passé les POCH zurichois, et autres LMR. Que du beau monde. Bien sure il a y a quelques green horns! Il y a aussi des extrêmes verts comme Andreas Gross et Zidiasys qui politisent sous pavillon de complaisance.

Écrit par : cinq/cinq | 17/09/2009

Cher Céeu,

Ainsi, les communistes se seraient métamorphosés en écolos (l'écologie ayant été, c'est connu, une spécialité effective des pays de l'EST...), les Rouges devenus Verts ?

On ne sait pas que répondre à ce genre de fantasmagorie. Vous avez décidément besoin d'avoir peur. Est-ce une pathologie de substitution ?

Comment savoir ?


Cher Diji,

En disant que l'école publique suisse a pris une râclée dans les études PISA, vous prêchez quelqu'un qui a failli être convaincu. En effet, quelques amis et moi nous sommes battus et continuons de nous battre contre les réformes scolaires à Genève. Et justement, les études PISA nous ont fait frétiller, à l'époque. Et puis, ensuite, nous y sommes allés voir. Donnez-vous la peine d'aller y voir vous aussi, vous parlerez en meilleure connaissance de cause : c'est assez obscur, on a l'impression de mélanger des réalités très différentes.

Je l'avoue, j'ignore tout du Milwaukee et de ses merveilles pédagogiques. Sans doute n'ont-elles pas été répertoriées par PISA....

"Juste une subvention versés aux parents pour qu'ils puissent choisir l'école de leur choix" ?

D'accord : je vais demander une subvention pour avoir une police de mon choix, celle de Genève ne suffisant plus à sa tâche (normal, ses effectifs n'ont pas augmenté depuis 20 ans...); je vais aussi demander une subvention pour avoir l'hôpital de mon choix, l'hôpital public comprimant son personnel et contrôlant si strictement ses dépenses qu'on doit de plus attendre pour y être soigné (normal, ses budgets ont baissé depuis que les néolibéraux ont décidé de baisser les impôts qui, paraît-il, étaient gaspillés par les services publics, rien d'étonnant si on s'achemine vers une situation hospitalière à l'anglaise); bien entendu, comme les autoroutes persistent à être engorgées, je vais réclamer une subvention pour avoir mes propres chemins d'accès personnels, partagés avec d'autres abonnés.

Un problème, un seul : la disparition du monopole de l'Etat sur ces services publics, au profit de privés, aboutit aussi à des monopoles, tout aussi coûteux à terme, mais désormais hors du contrôle des citoyens. Vous avez entendu parler de la privatisation de l'électricité en Californie ? Allez-y voir, c'est passionnant... Quant aux intérêts des écoles privées dans le chèque scolaire, faut-il vous faire un dessin ? Un peu moins d'angélisme, svp, on va finir par devoir rire à gorge déployée...

La laïcité n'a rien à faire là, dites-vous ? Mais que savez-vous de la laïcité ? Vous pensez que c'est seulement une histoire de religion ? Là aussi, Diji, vous auriez intérêt à aller vous renseigner : la laïcité (du grec "laos", qui veut dire "peuple", le peuple pris dans son entier sans ses différences) ne consiste pas seulement à séparer les Eglises et l'Etat (et tout autant les athées de l'Etat, du reste), mais aussi à défendre ce qui appartient à tous. Or les services publics appartiennent à tous. Et vouloir les privatiser, c'est une confiscation de ce qui appartient à tous.

Vous voyez, ce n'est pas si compliqué. Et c'est en plein dans le débat.

Maintenant, quant à dire que nos socialistes sont médiocres, je vous le concède et nous convergeons enfin. Mais dites-moi où vous voyez dans ce pays, de l'extrême-droite à l'extrême-gauche, autre chose que de la médiocrité ?

Écrit par : yves scheller | 17/09/2009

Chers Céeu et Diji,

Encore une petite chose, sans rapport avec l'hydre lénino-écolo ni la médiocrité des socialistes, juste, disons, pour agacer : quand je vois votre orthographe, je me dis que vous auriez mieux fait d'y passer un peu plus de temps, dans nos écoles publiques (et non "publics").

L'accord des adjectifs et des verbes s'y enseigne encore. Si si si !

Certes, personne ne peut prétendre ne jamais faire d'erreur dans notre orthographe, si complexe, mais même si la langue appartient à tout le monde, ce n'en est pas moins une institution. Avec ses règles. Qui s'imposent à tous.

Or, là comme ailleurs, la fameuse "déréglementation" exerce des ravages.

Et vous devriez y songer : quand on défend l'élitisme néolibéral, on devrait mettre un point d'honneur à être à la hauteur.

Écrit par : yves scheller | 17/09/2009

"En disant que l'école publique suisse a pris une râclée dans les études PISA, vous prêchez quelqu'un qui a failli être convaincu. En effet, quelques amis et moi nous sommes battus et continuons de nous battre contre les réformes scolaires à Genève. Et justement, les études PISA nous ont fait frétiller, à l'époque. Et puis, ensuite, nous y sommes allés voir. Donnez-vous la peine d'aller y voir vous aussi, vous parlerez en meilleure connaissance de cause : c'est assez obscur, on a l'impression de mélanger des réalités très différentes."

Je ne prétent pas que l'étude PISA est la vérité absolue.Mais on est passé de "meilleurs que tout le monde" à très moyen.Evidemment une première place vous aurait fait jubiler et sans contestation.

"je vais demander une subvention pour avoir une police de mon choix, celle de Genève ne suffisant plus à sa tâche (normal, ses effectifs n'ont pas augmenté depuis 20 ans...); je vais aussi demander une subvention pour avoir l'hôpital de mon choix,"

Je ne voit pas le rapport avec l'école.Surtout que dans ce domaine vous avez le choix du medecin et de l'hopital pour les urgences.

"Vous avez entendu parler de la privatisation de l'électricité en Californie ? Allez-y voir, c'est passionnant.."

En Californie,seul la production fut privatiser la distribution est resté en main public,imposant des tarifs trop bas pour rentabiliser les producteurs,qui en periode de grande consommation les faisait tomber en faillite,d'où les black out.Là je peut encore vous donnez raison sur cette privatisation baclée.C'est comme vouloir accélérer et freiner en même temps.A ce tarif là il aurait mieux valu laisser le tout à l'état.

"quand je vois votre orthographe, je me dis que vous auriez mieux fait d'y passer un peu plus de temps, dans nos écoles publiques (et non "publics")."

Je fait des fautes d'orthographe et alors? Celà ne m'empêche pas de penser ni de débattre.Je connais des as de l'orthographe qui sont incapables de tenir une discussion.Je ne vous vise pas,bien évidemment.

Encore une chose.La laïcité selon le Larrousse ne concerne que la séparation des organisation religieuse.Malgré l'origine grec du nom.

Et c'est D.J et non Diji.Ce dernier risque d'être vexé en me confondant avec moi.

D.J

Écrit par : D.J | 18/09/2009

Les commentaires sont fermés.