16/08/2010

Pauvre Doris!

Au détour d’un entretien à «24 heures» et à la «Tribune de Genève» (l'encadré dont il est ici question n'est pas en disponible en ligne), Doris Leuthard donne son appréciation de l’abaissement de la notion de «travail convenable», qui pourrait, si le peuple ne refuse pas la révision de la loi sur l’assurance-chômage (LACI) le 26 septembre, forcer les jeunes de moins de 30 ans à accepter n’importe quel emploi, même s’il ne correspond pas à leur formation ou à leurs compétences. Pour ce faire, elle donne l’exemple de sa situation personnelle: Elle aussi a «dû» changer d’emploi. Juriste, elle est devenue Conseillère fédérale: «J’ai une formation de juriste, et maintenant, je travaille comme conseillère fédérale. Je fais tout à fait autre chose». Cette pauvre Mme Leuthard ne dit toutefois pas si ce nouvel emploi correspond à ses compétences… Donc, à son avis, si elle a pu s’adapter, nul doute que les jeunes chômeurs pourront se contenter sans problèmes d’un autre emploi, quel qu’il soit.
Mais l’exemple choisi par Mme Leuthard montre qu’elle n’a rien compris à l’abaissement de la notion de «travail convenable». Il ne s’agit en effet pas de trouver un autre emploi, qui, à l’instar de celui de conseillère fédérale, est bien payé, prestigieux, dont rêve une bonne partie des parlementaires fédéraux et qui soutient largement la comparaison avec celui de juriste. Non, avec le méchant tour joué aux jeunes, il s’agit d’accepter un emploi moins bien payé, aux conditions plus difficiles et qui ne tient absolument pas compte de l’énorme investissement personnel que représente une formation professionnelle. En outre, réserver cette mesure aux moins de 30 ans uniquement n’est rien d’autre que de la discrimination d’une classe d’âge. Enfin, cela crée de la sous-enchère salariale, les travailleurs moins qualifiés devant désormais craindre d’être purement et simplement remplacés par des jeunes moins chers et plus flexibles (même s’ils sont surqualifiés)… Ils n’auront donc pas d’autre choix que d’accepter eux aussi de baisser leurs prétentions pour éviter de se retrouver perdants face à une concurrence déloyale provoquée par l’Etat.

Lors de cet entretien, Mme Leuthard livre encore une information intéressante démontrant que la révision de la LACI n’améliorera pas les incitations à trouver un nouvel emploi: «On doit tenir compte des possibilités offertes par le marché du travail. C’est ce que demande déjà aujourd’hui la loi sur le chômage ». Bon, alors, si la loi actuelle le demande déjà, pas besoin de la durcir. Et Mme Leuthard de conclure, pleine de bon sens: «Attendre à la maison, ce n’est jamais une bonne solution». Là, elle a tout à fait raison. Mais peut-être oublie-t-elle que la loi actuelle prévoit déjà des sanctions contre les chômeurs qui «attendent à la maison» sans rechercher ou accepter un nouvel emploi!

Le 26 septembre, non à une révision de la loi sur l’assurance-chômage discriminatoire et inutile!

Commentaires

Ce que dit cette dame nantie et bien sous tous rapport montre simplement qu'elle ne connaît qu'une façade de la Suisse, un peu comme elle croit connaître le Chine après quelques jours de vacances là-bas en compagnie des barons de l'économie. Elle parle du marché du travail comme s'il s'agissait d'un marché de robots mécaniques parqués dans un local...

"attendre à la maison, ce n'est jamais une bonne solution" mais qu'elle donne donc un abonnement général gratuit à tous ceux qui sont en manque de travail + aux chomeurs, car avec le prix des transports dans ce pays, rester à la maison (si on en a une)c'est encore ce qui coûte le moins cher et permet au moins de jouir de toute les taxes qui nous étouffent, mm

Non à la révision

Écrit par : méchante madame | 17/08/2010

Très juste, méchante madame! L'idée de l'abonnement général devrait être approfondie, étant donné qu'on peut, avec la loi actuelle, déjà exiger d'un chômeur qu'il accepte un travail situé à deux heures aller, deux heures retour de chez lui!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 17/08/2010

Bonne idée Jean-Christophe et "méchante madame" que celle de l'AG pour les chômeurs,

Et j'entends déjà le refrain suranné et lassant seriné à longueur de posts et d'articles de 24Heures des quelques nostalgiques de la "grande" époque des années 30 "Ces sales gauchistes qui dilapident l'argent..."

M'enfin, il faut parfois des années pour faire bouger cette Suisse si frileuse, hein ?

Cordialement
Hannibal

Écrit par : Hannibal Barca | 17/08/2010

Pauvre Doris!... Mais elle n'est pas seule!
La Conseillère fédérale qui se dit "socialiste" a aussi changer de "travail". Elle a passé de Conseillère fédérale (genre potiche) à chanteuse et diseuse... et en deux langues svpl. Elle a même reçu un accessit en Suisse-Allemand pour sa lecture (très préparée) d'un texte d'un artiste bernois chantant en dialecte.
Voilà un exemple formidable pour la jeunesse. Il ne reste qu'à organiser une "Nouvelle Star" en Suisse pour permettre à ces jeunes de trouver du "travail", même si il ne correspond pas du tout (comme pour MCR) à leurs aptitudes.
Les "socialistes" sont toujours meilleurs partout, sauf en politique!

Écrit par : Baptiste Kapp | 18/08/2010

Les commentaires sont fermés.