11/09/2010

Et revoilà les baisses linéaires

Libéraux et UDC, grands artisans du «bouclier fiscal» vaudois, sont décidément de chauds partisans du «plus on a, plus on reçoit». En témoigne leur proposition de minorité concernant la loi d’impôt 2011 dont le Grand Conseil vaudois débattra en première lecture mardi: Une baisse d’impôt linéaire de 4,5 points. De prime abord, ça a l’air sympa. Une baisse d’impôt, qui peut dire non? Sauf qu’à y regarder de plus près, il s’agit surtout de baisser les impôts des hauts revenus, car le montant de la baisse est d’autant plus important que le revenu imposable est élevé.More...
Probablement conscients de cette injustice, libéraux et UDC tente de la justifier avec leur sempiternelle rengaine: baisse les impôts créerait des emplois et attirerait de nouveaux contribuables, ce qui permettrait d’augmenter les rentrées fiscales. En réalité, les hauts revenus épargnent le plus souvent les montants économisés. Cet argent n’est donc pas réinjecté pour créer des emplois et soutenir la consommation. Déjà injuste à la base, une baisse d’impôt linéaire est donc en plus inutile. Quant à l’argument comme quoi baisser les impôts permettraient d’améliorer les rentrées fiscales, une étude récente de l’université de Lausanne portant sur l’impôt sur les successions a démontré qu’il ne tient pas la route. Les cantons qui ont supprimé l’imposition sur les successions n’ont pu augmenter leurs revenus grâce à cela.

Oh le beau cadeau!
Le coût pour l’Etat de ce petit cadeau aux hauts revenus se monte à 130 millions de francs. Montant qu’il faudra bien entendu économiser quelque part, et ce d’autant plus que la planification financière de l’Etat de Vaud prévoit un retour des déficits pour 2011 et une croissance de la dette d’ici 2014 de 1,5 milliard de francs (charge des intérêts :+95 millions par an). En outre, le canton devient contributeur à la péréquation intercantonale et il s’apprête à devoir effectuer des investissements pour environ 15 milliards de francs sur les dix prochaines années, en particulier dans les infrastructures de transports et de santé publique. A ce sujet, il n’est pas inutile de se rappeler la situation du canton de Zurich, qui, pour participer à la sous-enchère fiscale entre cantons alémaniques, a baissé ses impôts à tour de bras ces dernières années. La population zurichoise s’apprête à payer très cher cette mauvaise stratégie: Un paquet de mesures d’économie de plus 1,5 milliard sur 3 ans est actuellement en discussion, parmi lesquelles une diminution des subventions pour les primes d’assurance-maladie ou des subventions aux hautes écoles et à la recherche. Affaiblir à la fois la place scientifique et le pouvoir d’achat des classes moyenne et modeste, on a vu plus intelligent.


Autre exemple qui donne à réfléchir, la précédente révision de la loi sur l’assurance-chômage. En 2002, la majorité bourgeoise a fait accepter une baisse des cotisations de l’assurance-chômage, après s’être basé sur des prévisions erronées du taux de chômage à long terme. Huit ans plus tard, une assurance qui était bénéficiaire a une dette de plusieurs milliards et un déficit structurel d’un milliard. Et comment les responsables de cette situation catastrophique tentent-ils de rattraper le coup? En coupant dans les prestations destinées aux chômeurs, en particulier les plus vulnérables d’entre eux, alors que le chômage vient d’amorcer une remontée.

Commentaires

Je me demande si, parfois, ce n’est pas nous qui devrions avoir honte, de si peu nous intéresser à la complexité des régions que nous visitons.

Écrit par : tiffany | 14/09/2010

l'exécutif vaudois joue au marchand d'illusions car il sait que faire des études, même supérieures, ne donne pas nécessairement droit à un permis.

Écrit par : tiffanys | 14/09/2010

Tranquillisez-vous Jean-Christophe et relisez le rapport de minorité. Les libéraux et autres UDC ne demandent pas une baisse linéaire d'impôts. Ils demandent une "baisse de la hausse", si j'ose m'exprimer ainsi. La majorité de la commission propose d'approuver la proposition du Conseil d'Etat. Celui-ci propose une hausse du coefficient annuel de l’impôt de base à 157.5% contre 151.5% pour 2009. Au lieu de ça, les libéraux et UDC demandent de n'augmenter que de 1.5 point à 153% de coefficient annuel. C'est donc bien une "baisse de la hausse" qui est demandée et pas autres choses. Pas de soucis Monsieur Schwaab, vous aurez bien vos augmentations d'impôts "chères" aux Vaudois...

Écrit par : Johnny Cash | 14/09/2010

"Sauf qu’à y regarder de plus près, il s’agit surtout de baisser les impôts des hauts revenus, car le montant de la baisse est d’autant plus important que le revenu imposable est élevé."

...D'où le terme "linéaire".

Aussi, les revenus épargnés par ces contribuables ne finissent pas en garniture de matelas; quand vous écrivez "Cet argent n’est donc pas réinjecté pour créer des emplois et soutenir la consommation", vous ignorez sans doute que l'épargne travaille... Elle ne soutient pas la consommation, mais elle crée définitivement des emplois en permettant l'émergence de capital.

Écrit par : Stéphane Montabert | 14/09/2010

@Johnny Cash: Je vous recommande de lire les rapports jusqu'au bout, c'est-à-dire aussi l'objet auquel les rapports de majorité et de minorité se réfèrent (cf p. 2 de l'EMPL 327: http://www.vd.ch/fr/autorites/grand-conseil/seance-du-14-septembre-2010/expose-des-motifs-et-projets-de-lois-empd-n-1-du-projet-de-budget-2011/ ). La hausse de 6 points n'est qu'une "bascule", c'est-à-dire une hausse de 6 points des impôts cantonaux compensant une baisse immédiate de 6 points des impôts communaux, instaurée suite à l'entrée en vigueur de la nouvelle péréquation. Ces 6 points ne sont donc pas une hausse, vu qu'ils sont compensés par une baisse équivalente au niveau des communes. La proposition des libéraux-UDC est donc bel et bien une baisse des impôts des hauts revenus.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 14/09/2010

Notre retraité Couchepin n'avait pas ménage son énergie pour la baisse des cotisations de cette assurance dans les années 90.

Sa stratégie à réussi. Les cotisations ne suffisent plus et, avec d'autres, il a fait son possible pour retarder une correction de la cotisation. Nous sommes maintenant dans la situation critique que nous connaissons concernant cette assurance.

Maintenant, la bouche en cœur, ils viennent nous expliquer d'accepter une reforme qui demande des efforts de manière équitable.

Gouverner c'est prévoir, semble t-il. Quand une erreur de prédiction ce produit, il faut être capable de corriger le tir. Quand cela ne se produit pas, c'est de la négligence.

Au même titre que qu'il faut faire payer des managers négligeant. Je propose la même chose à ces politiciens. Merci à ces personnes de verser 10% de leurs gains à l'assainissement de la caisse. Cette somme est à prendre à ce qu'il donne à leur parti respectif.

Écrit par : pensif | 14/09/2010

M. Schwaab, arretez voir de vous concentrez sur les gens riches et aidez voir la classe moyenne. On a un grave problème dans ce canton, la gauche passe son temps à torpiller les riches et à repartir la misère dans la classe moyenne.

Trouvez-vous normal qu'un jeune qui gagne CHF 65'000 paye 20% plus d'impôts cantonal sur Vaud que sur Zurich ? Voilà un vrai débat !

Écrit par : spadel | 14/09/2010

Cher spadel, le parti socialiste vaudois a déposé l'an dernier une initiative populaire pour un vrai rabais d'impôts pour la classe moyenne: http://www.schwaab.ch/archives/2009/05/06/signez-pour-un-rabais-dimpot-contre-la-hausse-des-primes/ Les vaudois devraient bientôt se prononcer sur cette initiative. Comme vous semblez, à juste titre, vouloir défendre la classe moyenne, j'aime à croire que nous pourrons compter sur votre soutien!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 14/09/2010

Les socialistes qui voudraient soutenir la classe moyenne ? C'est comme pour le Père Noël : on y croit jusqu'à nos 10 ans, après on devient réaliste.

Écrit par : Pascal D. | 15/09/2010

Pascal D., voici quelques exemples (non exhaustifs) de propositions socialistes en faveur de la classe moyenne:
- Référendum contre la baisse des rentes du 2ème pilier
- Augmentation des subsides pour l'assurance-maladie
- Maintien de l'indexation des rentes AVS
- Politique en faveur des crèches et garderies
- Augmentation des investissements pour les infrastructures de transports
- création de logements pour les familles
- sans oublier notre initiative pour un vrai rabais d'impôt en faveur des familles de la classe moyenne: http://www.schwaab.ch/archives/2009/05/06/signez-pour-un-rabais-dimpot-contre-la-hausse-des-primes/
Qu'en pensez-vous?

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 15/09/2010

Mais tant mieux si vous y croyez. Moi, ce que je pense, c'est que la gauche propose, propose, propose ........ et ne se pose la question du financement qu'une fois leurs propositions acceptées. Et après, on s'étonne que les caisses sont vides. Et que fait-on dans ces cas-là ? "Yaka", "Faukon" ! Et qui sont les dindons de la farce au bout du compte ? Je vous le donne en mille : la classe moyenne. Alors non, définitivement, la gauche ne fait rien pour arranger les affaires de la classe moyenne.

Écrit par : Pascal D. | 15/09/2010

Cher Pascal D., votre commentaire n'est-il pas, lui aussi, du niveau du slogan genre "yaka" ou "faukon"? Je constate que, si vous n'êtes pas d'accord avec nos propositions, vous ne détaillez pas en quoi elles relèvent, selon vous, du "yaka" ou du "faukon". Toutes les propositions que j'évoque ont fait l'objet de propositions concrètes déposées dans les parlements cantonaux ou fédéraux. Toutes ont été détaillées, chiffrées et un financement a été proposé. Et nos propositions concernant le financement ne visent pas à alourdir la charge de la classe moyenne. Peut-être ne le saviez-vous pas. Mais, avant de les accuser de "yaka" ou de "faukon", ou de scander que la classe moyenne serait le "dindon de la farce", il serait plus honnête de connaître les détails de ces propositions, afin de pouvoir apporter des critiques concrètes et précises.
Par exemple, que pensez-vous de notre initiative "pour un rabais d'impôt"? Si vous pensez que la classe moyenne en sera "le dindon", dites-moi pourquoi et discutons-en sur la base d'éléments concrets, pas de slogans! J'attends avec impatience votre avis!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 15/09/2010

Les commentaires sont fermés.