20/09/2010

La bonne vielle grosse ficelle des «abus»

Pour faire avaler à la population une baisse des prestations en matière d’assurance sociale, il n’y a pas plus efficace que la «chasse aux abus». En effet, qui donc accepterait de couper dans des prestations destinées aux chômeurs âgés, aux malades, aux mères, etc., si ce n’est pour éviter que de «méchants abuseurs (si possible étrangers)» n’en profitent «indûment»? Les partisans du démantèlement de la loi sur l’assurance-chômage (LACI) n’allaient tout de même pas laisser passer pareille occasion. Et les voilà qui abreuvent les médias d’annonces sur lesquelles ont voit un type basané (l’«étranger abuseur» tant honni) se la couler douce dans un hamac et n’ayant qu’à tendre la main pour recevoir une liasse de billets de banque. Avec, comme message à peine voilé: Coupons dans l’assurance-chômage (AC) pour éviter que des étrangers sans scrupules ne fassent du «tourisme social» en ne venant en Suisse que pour «profiter des nos institutions sociales» tout en restant bien tranquillement dans leur canapé.  Sauf que cette annonce à tout faux: Les barrières pour empêcher «tourisme social» et limiter les abus sont déjà élevées, les chômeurs ne sont pas «payés à ne rien faire», et, surtout, la nouvelle LACI ne changera rien à cet état de fait. More...

Mensonge 1: «ll est facile de venir en Suisse pour profiter de l’assurance-chômage». Faux. Ont droit au chômage les ressortissants des pays de l’UE bénéficiant de la libre circulation des personnes pour autant qu’ils aient cotisé (en Suisse ou dans leur précédent pays de résidence pour les permis B, en Suisse uniquement pour les permis L) pendant la durée minimale. Ils ont donc le même droit que les Suisses (rien de plus), et surtout les mêmes devoirs. La durée de cotisation est la même. Certes, les accords sur la libre circulation des personnes permettent de venir en Suisse pendant une durée de 6 mois au maximum pour chercher un emploi, mais cela ne donne pas droit à l’assurance-chômage pour autant, ni d’ailleurs à l’aide sociale. Ce droit ne s’obtient, encore une fois, qu’à condition de respecter strictement la durée de cotisation. Enfin, une personne sans activité lucrative ne peut s’établir en Suisse que si elle dispose de moyens suffisants pour assurer son entretien.

Mensonge 2: «Les chômeurs peuvent passer leur journée dans un hamac à ne rien faire d’autre qu’attendre qu’une liasse de billets leur tombe dans la main.» Faux. Qui n’est pas apte au placement n’a pas droit aux indemnités de chômage, quelle que soit sa nationalité. Qui ne recherche activement pas de nouvel emploi, ne respecte pas les prescriptions de contrôle ou n’accepte pas un emploi convenable est sanctionné par une diminution des ses indemnités, là encore, indépendamment de sa nationalité. Un chômeur, Suisse ou étranger, qui se la «coule douce dans son hamac» n’a donc pas droit aux prestations de l’AC.

Mensonge 3: «La révision de la LACI limite les abus.» Faux.  Dans la révision de la LACI attaquée par référendum, il n’y a aucune disposition renforçant les contrôles ou les sanctions. Qui n’a pas assez cotisé (quelle que soit sa nationalité) n’a pas droit aux indemnités. Qui ne respecte pas les prescriptions de contrôle (quelle que soit sa nationalité) ou qui perd son emploi par sa faute se voit sanctionné. Enfin, en cas d’abus de droit, l’AC peut aussi limiter l’indemnisation. Et ça, ce sont les règles actuellement en vigueur, dont la révision de la LACI ne modifie pas une virgule.

Mensonge 4: «Les abuseurs étrangers sont responsable des déficits et de la dette de l’AC». Encore faux. S’il faut chercher un responsable des déficits et de la dette, c’est d’abords la proposition des partis bourgeois de baisser le taux de cotisation en 2002, faisant d’une AC bénéficiaire une AC déficitaire et endettée. Autre responsable, l’exemption du prélèvement des cotisations pour un revenu annuel dépassant 126'000, respectivement 315'000 francs. Si des cotisations étaient prélevées sur l’ensemble de la masse salariale comme c’est le cas pour l’AVS, l’AC serait assainie!

 

Commentaires

Bon... Mais étrangers ou pas, le cortège de sanctions et de devoirs, la mainmise absolue des conseillers ORP qui se permettent n'importe quoi, dans l'absence de contrôle de leurs "prestations", vous avez l'air de trouver ça normal,voire souhaitable! Vous faites donc partie de cette Suisse réactionnaire, qui pense pouvoir trouver "la formule magique" des décennies à venir, qui verront l'emploi diminuer, sous l'effet (qui devrait être bénéfiques pour les hommes, et non l'inverse) de la robotisation, et qui pense à l'instar d'un Sarkozy qu'il faut "mettre les gens au travail"? Mais OU?...
Car sans changement de société, et de l'approche du sempiternel et déifié "travail/emploi/salariat", du temps à lui dévolu, de son partage et de ceui des richesses, la seule solution reste... La "réduction de population", le camp de travail!
Et vous m'obligez à vous écrire ça, et vous vous prétendez de gauche?
Il est dès lors compréhensible que "la gauche" helvétique ait accepté le chantage ignoble suspendu sur cette votation.
Bien à vous

Écrit par : Kurt Deroy | 21/09/2010

Bon... Mais étrangers ou pas, le cortège de sanctions et de devoirs, la mainmise absolue des conseillers ORP qui se permettent n'importe quoi, dans l'absence de contrôle de leurs "prestations", vous avez l'air de trouver ça normal,voire souhaitable! Vous faites donc partie de cette Suisse réactionnaire, qui pense pouvoir trouver "la formule magique" des décennies à venir, qui verront l'emploi diminuer, sous l'effet (qui devrait être bénéfiques pour les hommes, et non l'inverse) de la robotisation, et qui pense à l'instar d'un Sarkozy qu'il faut "mettre les gens au travail"? Mais OU?...
Car sans changement de société, et de l'approche du sempiternel et déifié "travail/emploi/salariat", du temps à lui dévolu, de son partage et de ceui des richesses, la seule solution reste... La "réduction de population", le camp de travail!
Et vous m'obligez à vous écrire ça, et vous vous prétendez de gauche?
Il est dès lors compréhensible que "la gauche" helvétique ait accepté le chantage ignoble suspendu sur cette votation.
Bien à vo

Écrit par : Kurt Deroy | 21/09/2010

Bon... Mais étrangers ou pas, le cortège de sanctions et de devoirs, la mainmise absolue des conseillers ORP qui se permettent n'importe quoi, dans l'absence de contrôle de leurs "prestations", vous avez l'air de trouver ça normal,voire souhaitable! Vous faites donc partie de cette Suisse réactionnaire, qui pense pouvoir trouver "la formule magique" des décennies à venir, qui verront l'emploi diminuer, sous l'effet (qui devrait être bénéfiques pour les hommes, et non l'inverse) de la robotisation, et qui pense à l'instar d'un Sarkozy qu'il faut "mettre les gens au travail"? Mais OU?...
Car sans changement de société, et de l'approche du sempiternel et déifié "travail/emploi/salariat", du temps à lui dévolu, de son partage et de ceui des richesses, la seule solution reste... La "réduction de population", le camp de travail!
Et vous m'obligez à vous écrire ça, et vous vous prétendez de gauche?
Il est dès lors compréhensible que "la gauche" helvétique ait accepté le chantage ignoble suspendu sur cette votation.
Bien à vous

Écrit par : Kurt Deroy | 21/09/2010

Bon... Mais étrangers ou pas, le cortège de sanctions et de devoirs, la mainmise absolue des conseillers ORP qui se permettent n'importe quoi, dans l'absence de contrôle de leurs "prestations", vous avez l'air de trouver ça normal,voire souhaitable! Vous faites donc partie de cette Suisse réactionnaire, qui pense pouvoir trouver "la formule magique" des décennies à venir, qui verront l'emploi diminuer, sous l'effet (qui devrait être bénéfiques pour les hommes, et non l'inverse) de la robotisation, et qui pense à l'instar d'un Sarkozy qu'il faut "mettre les gens au travail"? Mais OU?...
Car sans changement de société, et de l'approche du sempiternel et déifié "travail/emploi/salariat", du temps à lui dévolu, de son partage et de celui des richesses, la seule solution reste... La "réduction de population", le camp de travail!
Et vous m'obligez à vous écrire ça, et vous vous prétendez de gauche?
Il est dès lors compréhensible que "la gauche" helvétique ait accepté le chantage ignoble suspendu sur cette votation.
Bien à vous

Écrit par : Kurt Deroy | 21/09/2010

Bon... Mais étrangers ou pas, le cortège de sanctions et de devoirs, la mainmise absolue des conseillers ORP qui se permettent n'importe quoi, dans l'absence de contrôle de leurs "prestations", vous avez l'air de trouver ça normal,voire souhaitable! Vous faites donc partie de cette Suisse réactionnaire, qui pense pouvoir trouver "la formule magique" des décennies à venir, qui verront l'emploi diminuer, sous l'effet (qui devrait être bénéfiques pour les hommes, et non l'inverse) de la robotisation, et qui pense à l'instar d'un Sarkozy qu'il faut "mettre les gens au travail"? Mais OU?...
Car sans changement de société, et de l'approche du sempiternel et déifié "travail/emploi/salariat", du temps à lui dévolu, de son partage et de celui des richesses, la seule solution reste... La "réduction de population", le camp de travail!
Et vous m'obligez à vous écrire ça, et vous vous prétendez de gauche?
Il est dès lors compréhensible que "la gauche" helvétique ait accepté le chantage ignoble suspendu sur cette votation.
Bien à vous

Écrit par : Kurt Deroy | 21/09/2010

Désolé, Monsieur Schwaab, un problème de connexion...Firefox m'indiquait un blocage du serveur. D'ou les 5 envois.

Écrit par : Kurt Deroy | 21/09/2010

Kurt Deroy, quel plaisir que de discuter avec un interlocuteur détenteur de la vérité absolue en matière de "qui est de gauche, qui ne l'est pas"!
Vous vous en serez aperçu, mon billet est purement descriptif: Evoquer qu'il y a des règles et des sanctions et indiquer que la révision de la LACI ne modifie en rien ce régime ne veut pas dire que je l'approuve. Cela dit, je vous laisse me donner le profil politique qu'il vous plaira.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 21/09/2010

Re-bonsoir Monsieur Schwaab, Le but de mon commentaire n'était pas de distribuer des étiquettes, qui n'ont rien de qualificatives et dont je me fous kurderoyalement, d'ailleurs. Mais j'apprécie le compliment qui me voit détenteur de la vérité absolue!
Vous voyez votre billet comme descriptif, mais en tant que détenteur de la vérité, me voilà obligé de rappeler que l'objectivité n'existe pas, et que moi, dans votre billet, je vois ou plutôt lit justement des chose qui m'effraie de la part de gens qui font partie de ce qui se nomme la gauche (ici ce n'est pas moi qui en ai inventé l'étiquette historique, et encore moins l'éthique actuelle de ceux qui en font partie, accordez-le moi).
Car mis à part la contre-propagande concernant les "abus des étrangers" (ce avec quoi je suis d'accord avec vous) permettez-moi de vous citez par copier/coller:
"Un chômeur, Suisse ou étranger, qui se la «coule douce dans son hamac» n’a donc pas droit aux prestations de l’AC."
Ceci (entre autres) est écrit au présent, et ne contient pas de critique, ou même de réfutation de cette idée et donne à penser... Ce que je vous ai écrit en commentaire. Mais...

Écrit par : Kurt Deroy | 22/09/2010

...Vous glissez allègrement sous la moquette les idées contenues dans la seconde partie, PLUS IMPORTANTE que de savoir si vous êtes de gauche, de droite, du centre,ou je ne sais quoi, voyez?
Le partage du travail et des richesses. etc., une nouvelle approche de la production, avec de plus une réflexion sur la nécessité de TOUTES lemarchandises produites, leur durée etc., ne vous intérese visiblement pas. Pas plus que la gauche parlementaire mondiale!
Celle-ci semble préférer la gestion du capital! Elle semble préféré a ce qui n'est même pas/plus une UTOPIE, un futur qui contient la potentielle ouverture de camp de travail, avec en amont des sans-abris sur des cartons, et cette "solution finale" dont on ne peut prévoir la forme,et qui POURRAIT advenir.
Qui à refusé le débat?
Bonne journée

Écrit par : Kurt Deroy | 22/09/2010

This beautiful and informative article, thank you very much. Use this page to your friend told you. I am constantly followed. To receive more information about this topic the following internet sites can follow.

Écrit par : toplum | 22/09/2010

Pas besoin de long discours, l'UDC a rajouté le mot "étranger" à deux arguments sur une pub et voilà le travail...
Où l'art de stigmatiser une partie de la population, dans bientôt tous les thèmes politiques.
L'UDC s'auto-parodie, se décrédibilise, n'a bientôt plus qu'un seul argument, mais je ne trouve pas cela drôle quand même.
Toutefois, j'espère que tout cela est bon pour ceux qui essaient sérieusement de réfléchir aux divers problèmes de notre société, à la place d'évaluer où l'on doit placer le mot "étranger" dans les arguments pour faire mouche.

Écrit par : thomas68 | 22/09/2010

On voit bien que l'affiche a probablement été faite pour une autre votation sur la diminution d'autres assurances sociales, probablement celle sur l'Assurance-Invalidité.
Il n'est donc pas surprenant que l'image n'ait qu'un lointain rapport avec la votation actuelle: Le personnage censé être étranger basané profiteur.

-
Parmi ton argumentation, il manque la clé qui permet de comprendre où est le vice de l'actuelle Assurance-Chômage (qui ne disparaitrait pas avec l'éventuelle modification nuisible) :

-
1.- En tant que mesure anticyclique, la période de cotisation ne couvre pas toute une période de haute conjoncture (qui permet de provisionner la somme nécessaire lors de la basse conjoncture), le taux est insuffisant pour permettre de provisionner pendant une seule période de haute conjoncture et la durée d'indemnisation maximale est inférieure à celle d'une basse conjoncture.
Si la règle est que les contributions de ceux qui cotisent couvrent entièrement la création des réserves (donc: AVANT la période de prestation), la provenance de celui qui y cotise n'a pas vraiment d'importance. Si nécessaire, on peut très bien différentier les cotisations (puis les prestations) en fonction des branches économiques, afin que les uns ne puissent pas puiser dans la poche des autres.
Le nombre de jours de prestations est alors un sujet subséquent.

-
2.- En tant que mesure structurelle: Sur le fond, c'est comme pour le point 1, à ceci près, que la période de basse conjoncture est illimitée. Ce cas, la provision devrait être suffisante pour assurer toute la fin de la vie professionnelle d'un travailleur, ce qui est, à l'évidence, impossible.
La seule vraie manière de couvrir ces frais est la perception des cotisations sur les marchandises, en fonction de la valeur que ces produits ont lorsqu'ils sont produits en Suisse, diminués des cotisations prouvées payées dans le pays de fabrication. Ces prélèvement étant un prélèvement sur une valeur identique, quel que soit le pays de provenance, sont parfaitement conforme aux règles de non-discrimination de l'OMC.
Le surplus de ces perceptions pourrait être ristournés aux travailleurs qui ont fabriqués les produits, par exemple sous forme d'une assurance accident, maladie ou retraite qui suivent les lois suisses.
Les surplus dépendraient directement de la capacité qu'a l'Économie de réinsérer les travailleurs, en utilisant au maximum leurs compétences.

-
On voit bien que le point 2 est parfaitement possible, mais qu'il doit résulter d'une décision d'un groupe de pays, par exemple l'Espace Schengen. On pourrait même imaginer de prélever les cotisations, aux taux du pays qui prélève le plus.

-
Les mesures décrites au point 2 ne diminueraient pas l'avantage compétitif de pays à salaire inférieur mais éviteraient le moins-disant social.

-
Pour ce qui est actuel: il faut absolument voter NON et encourager les Citoyens à aller voter.

Écrit par : Alain | 23/09/2010

Bonjour,
Permettez-moi de vous dire que cette fois, je voterai dans votre sens, c'est à dire que je refuserai cette loi qui propose de me ponctionner d'un montant qui ressemble plus à un impôt qu'à une assurance. Je parle évidement du 1% sur la tranche de revenu supérieure à 126'000 francs. Je n'ai pas à cotiser pour une prestation que je ne pourrais pas recevoir en cas de chômage. Les "hauts revenus" sont déjà "pénalisés" par une baisse de revenus inversement proportionnelle au revenu lors du chômage. Ces personnes si elles ont joués "le jeu" de la consommation et donc créés ou maintenu de l'emploi au lieu d'épargner lors des belles années se retrouvent le bec dans l'eau après une période de chômage. Le plafond d'indemnités ne couvre souvent pas les charges fixes...
Dans ce cas, pourquoi accepter de cotiser plus?
Usez de cet argument sur les cadres et ils vous soutiendrons (dans ce cas)

Écrit par : salegueule | 23/09/2010

Je pense qu'il n'y a pratiquement que des raisons pour voter CONTRE, quel que soit son salaire ou sa position, car notre assurance est peu couteuse et très efficace.

On ne casse pas un outil efficace qui fonctionne bien et qui coute peu, par rapport aux énormes bénéfices macroéconomiques qu'il induit.

Écrit par : Alain | 24/09/2010

Les commentaires sont fermés.