14/02/2011

Combien de défaites faudra-t-il aux privatiseurs de l’éducation?

Il faut bien admettre que les partisans de la privatisation de l’éducation au moyen du «libre choix» de l’école (en général flanqué de «bons scolaires» ou «chèque éducation») sont des gens tenaces. Malgré leurs défaites aussi flagrantes que récurrentes, ils lancent initiative sur initiative. Dernière débandade en date: Saint Gall, qui a rejeté hier le «libre choix» par plus de 82% des suffrages. Avant, il y avait eu deux défaites dans une même proportion, à Bâle-Campagne (pourtant considéré comme un terreau favorables aux écoles privées) puis en Thurgovie (pourtant un des cantons où l’UDC – grand chantre des privatisation – est la plus forte), sans oublier la piteuse pétition vaudoise du «lobby parents Vaud», à la base une initiative annoncée à grands renfort de tambours et trompettes, transformée ensuite en simple pétition, car elle n’avait recueilli qu'à peine… le 10ème des signatures nécessaires! Et que le Grand Conseil a nettement rejetée, lui faisant subir le même sort qu’un postulat libéral quelques temps auparavant.

En matière d’éducation, le peuple est donc plus lucide que ne le croient les néolibéraux. Les citoyens ont bien compris que privatiser l’école ne peut que mener à la catastrophe, baisser la qualité de l’enseignement et les conditions de travail du personnel, augmenter les inégalités sociales et les coûts, tout en ne laissant qu’une seule sorte de gagnants: les actionnaires des écoles privées. Cette constatation qui relève du bon sens suffira-t-elle à pousser les privatiseurs de l’école à cesser enfin de s’obstiner?

Commentaires

Monsieur Schwaab,

Vous dites: "En matière d’éducation, le peuple est donc plus lucide que ne le croient les néolibéraux"
Au vu des dernières votations fédérales, vous diriez donc: En matière d'armes, le peuple est moins lucide que ne le croient les socialistes" ?

Si j'ai compris "tout bien", le peuple serait lucide lorsqu'il cautionne vos idées et serait à côté de ses pompes lorsqu'il les rejète?
Ou alors, peut-être, que vous êtes "extra-lucides" lorsque le peuple vous suit et "trans-lucide" lorsqu'il en suit d'autres.

PS: Sur ces deux coups là, écoles et armes, je suis d'accord avec vous. Mon commentaire critique ne concerne que votre analyse qui ne donne raison au peuple que si son choix porte sur vos idées.

Écrit par : Baptiste Kapp | 14/02/2011

M. Kapp a résumé ma pensée. Quand la droite insiste, c'est qu'elle ne veut pas, d'après la gauche, entendre le bon sens du peuple, mais quand la gauche insiste (démantèlement de l'armée, caisse maladie unique), c'est soi-disant parce qu'on n'a pas encore compris notre erreur. Et si l'erreur, c'était la gauche ?

quant au fait que la privatisation de l'école ne peut que mener à la catastrophe, a-t-on le droit d'en douter ? En tout cas, vu le niveau de l'école vaudoise (pourtant pas privatisée), je me demande si une privatisation arriverait à faire pire.

Écrit par : Pascal D. | 14/02/2011

Toujours votre même mensonge. Le libre choix des établissements scolaires n'est pas la privatisation de l'école mais de pouvoir choisir son établissement scolaire qu'il soit publique ou privé.

Pour ce qui du titre de votre billet, on pourrait vous rétorquez la même chose avec les défaites socialistes qui s'enchaînent des votations en votations fédérales. Mais pour les socialistes ce sont des défaites par l'argent et non par lucidité des électeurs. Ce week end confirme sur ce que je vien de dire.

D.J

Écrit par : D.J | 14/02/2011

@Pascal D: La privatisation de l'école a mené à un accroissement des inégalités au Chili, en Belgique et dans de nombreux autres pays. Pour votre information, l'enseignement dans les écoles privées vaudoises est moins bon que dans les écoles publiques. Si vous souhaitez une telle dégradation, libre à vous.

@DJ: L'an passé, le PS a gagné une victoire magistrale contre la baisse des rentes du deuxième pilier, votre analyse est donc inexacte. A Genève, il a gagné hier sur l'amnisite fiscale donc annulé un cadeau aux fraudeurs du fisc.
Enfin, lorsque le peuple donne un avis à plus de 80%, cela dépasse les clivages partisans et l'on ne peut que s'incliner.
Dernière chose: ne tentez pas de camoufler les choses: le libre choix, c'est la privatisation. Point barre. Assumez, que diable!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 14/02/2011

"le libre choix, c'est la privatisation"

Non pas forcéement. Les chosess ne sont pas toujours tout noir ou blanc. Ou alors, si vous voulez vous approcher de votre ennemi Bush, les choses ne sont pas forcément "Pour" ou "contre" vous.

Il y'a des établissement publiques préféré à d'autre. Par exemple certaine préféerareaient mettre leur enfant dans une école de Cossonay plzutot que dans une école de Renens... (c'est un exemple)

Écrit par : DdDnews | 14/02/2011

@ JCS,

" L'an passé, le PS a gagné une victoire magistrale contre la baisse des rentes du deuxième pilier, votre analyse est donc inexacte. "

Inexact peut-être mais pas faux du tout. Vous avez perdu pour les révisions AI et chômage. Sur tout ce qui touche à la sécurité et à la justice du pays ( criminels étranger, impréscribilité des actes pédophiles, internement à vie des criminels sexuellement dangereux ou encore poste pour tous, caisse unique, impôts équitable, minarets etc... Et la liste n'est pas exhaustive

" ne tentez pas de camoufler les choses: le libre choix, c'est la privatisation. Point barre. Assumez, que diable! "

Faux!!! Partout ou le libre choix fut appliqué: Milwaukee ( USA ) Floride ou la Belgique; les établissements publiques n'ont pas été privatisé.

" La privatisation de l'école a mené à un accroissement des inégalités au Chili, en Belgique et dans de nombreux autres pays. "

c'est l'accès casi exclusifs des riches pour l'école privée qui est inégalitaire. Le libre choix de l'école l'est autant pour le privé que pour le publique et cela sans distinction de revenu. Et ce qui est de la Belgique; ce pays figure quand même au troisième rang européens lors des dernières études PISA.

Pour le Chili, l'échec vient d'un financement insuffisant des chèques par l'état des institutions privées qui sont plus onéreuse que le publique. Et au sein de l'école publiques les parents ne peuvent pas non plus choisir dans la transparence, vu que les directeurs des écoles n'ont pas l'obligation de publier leurs résultats. Et le droit de connaitre les résultats des établissements scolaires est l'un des critères le plus important pour choisir son établissements.

D.J

Écrit par : D.J | 14/02/2011

Pour votre information, l'enseignement dans les écoles privées vaudoises est moins bon que dans http://www.tiffanysingapore.com/ les écoles publiques. Si vous souhaitez une telle dégradation, libre à vous.

Écrit par : best replica watches | 18/02/2011

Les commentaires sont fermés.