23/04/2011

Franz Weber: deux, Lavaux: zéro?

Le Grand Conseil s’apprête à examiner la révision de la Loi sur la protection de Lavaux (LLavaux). Une révision nécessaire pour trois raisons: Il s’agit en premier lieu d’améliorer la protection de ce site exceptionnel, de tenir compte ensuite de son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO et enfin de répondre aux critiques lancinantes de Franz Weber comme quoi «Lavaux se dégraderait inexorablement et les autorités ne feraient rien». Ces arguments ont présidé au lancement de l’initiative «sauver Lavaux 3». Or, si les deux premières initiatives «sauver Lavaux» étaient indéniablement nécessaires et ont fortement contribué à la sauvegarde du site, la 3ème initiative n’est rien d’autre qu’une tentative de mettre la région sous cloche en figeant totalement son développement, et par là-même son existence. Fort heureusement, la Cour constitutionnelle a invalidé cette initiative jusqu’au-boutiste.More...
Réviser la LLavaux n’en demeure pas moins nécessaire, d’autant plus que M. Weber a promis une quatrième initiative sous peu (sauf si le Tribunal fédéral devait par malheur revenir sur la décision d’invalider la troisième…). Il y a fort à parier que cette nouvelle initiative soit tout aussi contraignante que la précédente, mais qu’elle soit, cette fois, compatible avec le droit supérieur. Elle serait donc soumise au vote du peuple et ses chances d’acceptations seraient grandes.

Offensive en règle des milieux immobiliers
Mais les partisans de la défiguration du site de Lavaux, avec, en tête, le fidèle avocat de promoteurs, le libéral puilléran Jacques Haldy ont profité de la disparition temporaire de la menace de «sauver Lavaux 3» pour lâcher la bride aux constructions anarchiques. La majorité de droite de la commission chargée d’examiner le projet a ainsi fait passer en force un amendement qui dénature le projet, pourtant pragmatique et équilibré, du Conseil d’Etat. Il s’agit d’autoriser l’extension des locaux d’exploitation viticole existants, ainsi que leur transformation et surtout leur changement d’affectation. Bref, on pourrait, si la majorité impose ses vues, agrandir les bâtiments existants à l’envi, sans même qu’ils soient dédiés à long terme à la culture de la vigne. Or, le projet du Conseil d’Etat, tenant compte du besoin légitime des vignerons de disposer de locaux suffisamment grands, ne prévoit d’autoriser que les agrandissements souterrains, donc qui n’altèrent pas le site. La proposition de la majorité de la commission revient en revanche à autoriser n'importe quoi et à vider la LLavaux de sa substance. Cela menacerait en outre le label UNESCO, qui peut en effet être retiré en cas de projet immobilier défigurant un site protégé. Dresde en a d’ailleurs fait récemment l’amère expérience.

Une «victoire» qui entraînerait deux défaites pour la région
Mais, quoi qu’il en soit, cette «victoire» des milieux immobiliers ne serait que de courte durée. Car si la LLavaux était pareillement affaiblie, il y aurait certainement un référendum lancé par M. Weber, référendum que je soutiendrais. Ce référendum serait à n’en pas douter gagné, car les vaudois ont montré à réitérée reprise dans les urnes qu’ils tiennent à sauvegarder les sites exceptionnels comme Lavaux. Mais surtout, cette tentative détournée de supprimer la protection de Lavaux donnerait d’excellents arguments à M. Weber pour sa nouvelle initiative. Il risquerait donc fort de la gagner dans les urnes, à grand coups de «voyez, le Grand conseil veut vider la LLavaux de sa substance, au peuple de corriger cette erreur en réaffirmant sa volonté de protéger Lavaux!». La victoire à la Pyrrhus de M. Haldy se transformerait alors en double défaite, dont les vrais perdants ne seraient pas la majorité PLR-UDC de la commission, mais les habitants de Lavaux, dont la région se transformerait en un musée ethnologique grandeur nature, en une sorte de Ballenberg-sur-Léman.
Le Grand conseil a heureusement toutes les cartes en mains pour voter une LLavaux qui améliore la protection du site sans tomber dans les travers des propositions de Franz Weber, qu’une loi équilibrée pourrait d’ailleurs bloquer.

Commentaires

Moi je dis que par la pénurie de logements actuelle, il faut construire !

Écrit par : Victor Winteregg | 23/04/2011

Construire, d'accord, c'est absolument nécessaire, mais pas n'importe où! A Lavaux, il y a un projet de logements sur la place de la gare de Cully, qu'une acceptation de l'initiative "sauver Lavaux 3" rendrait impossible. C'est notamment pour cette raison que cette initiative va trop loin et qu'il vaut mieux réviser la LLavaux de manière équilibrée, comme le propose le Conseil d'Etat.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 23/04/2011

N'oublions jamais que c'est grâce à Franz Weber et à son organisation que le Lavaux, préservé des turpitudes économiques et humaines, est l'un des endroits les plus beaux de Suisse, pour les amoureux du bassin lémanique, du Monde ! Que ferons-nous lorsque Franz W. aura rejoint le ciel, que restera-t-il de son éternel combat pour sauvegarder notre patrimoine ?

Écrit par : Lavauxsauvédelapioche | 23/04/2011

C'est pas souvent; mais cette fois-ci on est d'accord sur votre billet sur le principe de protèger le Lavaux sans en faire un musée intouchable comme le voudrait F.Weber.

D.J

Écrit par : D.J | 23/04/2011

Cette discussion, Lavaux la vaut bien!...
Mais, La LLavaux avec deux ailes se fait-elle réellement voler dans les plumes?

Écrit par : Baptiste Kapp | 23/04/2011

@Lavauxsauvédelapioche: Tout à de fait d'accord avec vous en ce qui concerne les deux premières initiatives de F. Weber. En revanche, la troisième ne ferait que figer le paysage tel qu'il est actuellement (or, il n'est pas exempt de défaut) et transformerait la région en un musée intouchable comme le dit DJ, et la région mourrait à petit feu. Tout développement, même raisonnable (cf. le projet de la place de la gare à Cully: Logement, commerces, services publics, EMS, etc.), serait impossible. Pour moi, mettre sous cloche n'est pas synonyme de "protéger", car on "protégerait" le paysage aux dépens de ses habitants!
Je profite enfin de l'occasion pour vous signaler que pour parler de la région de Lavaux, on ne dit pas "le" Lavaux. "Le Lavaux", c'est uniquement le vin de Lavaux. "Lavaux" (qui vient de "La Vaux de Lutry") se comporte comme "La vallée" (c'est d'ailleurs ce que cela veut dire) et n'a pas besoin d'article supplémentaire.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 23/04/2011

Je suis tout à fait d'accord avec vous, cette initiative est la goutte de trop qui risque de rendre aigre le vin de Lavaux.
Au lieu de vouloir encore en rajouter une couche, pour "bétonner" tout développement !
Franz Weber devrait se dire, qu'en temps que pionnier pour sauver cette magnifique région, le moment est venu pour lui de l'admirer avant de rejoidre le musée de l'histoire...

Écrit par : Chappuis Jean-François | 25/04/2011

Il faudrait surtout sauver le chasselas, le meilleur vin du monde...

Écrit par : Géo | 25/04/2011

Weber n'a jamais dit qu'il voulait en faire un musée! C'est un mensonge colporté par certains syndics "Y en a point comme moi". L'un s'eux c'est déjà fait prendre une veste à Cully! Le vent tourne vite! La vérité et l'honnêteté nous oblige à dire que Weber n'a pas tous les vignerons, loin de là, sur le dos comme on l'entend toujours. On constate que la nouvelle commune de "Machin en Lavaux", tous (-1) les vignerons (TOUS anti-Weber) et ex syndic on pris une veste! Un excellent présage pour la nouvelle commune vigneronne fusionée! C'est un peu comme si le Dr. Schaab devenait CEO de Nestlé,... Enfin cette (in)fusion, il faudra la boire jusqu'à la lie. Que laisse faire les autorités du canton et des communes: Des villas avec 4 étages au bord du lac (inexistantes jusque là!!!), sur le pourtour de la zone protégée les villas individuelles plus belles les unes que les autres se construisent comme un mur de protéction! Il faudrait mieux aider ceux qui font ce vin! Vous connaissez l'histoire du paysan qui a vendu ses vaches pour acheter une machine à traire?!?

Écrit par : Ah bon | 26/04/2011

Dr. ah bon, vous vous emmêlez quelque peu les pinceaux. D'abords, vous déplorez la position des syndics contre l'initiative "sauver Lavaux 3", puis regrettez qu'ils n'aient pas été réélus. J'ai un peu de peine à vous suivre...
Cela dit, deux remarques: Une région où l'on n'a plus le droit de rien bâtir devient un musée. Tout se fige au moment où le moratoire entre en vigueur, plus rien n'évolue et les habitants n'ont plus qu'à enfiler leurs costumes traditionnels et à sourire aux touristes.
Deuxième remarques: j'ai bien noté votre opposition à la fusion. C'est votre droit le plus strict. Notez cependant que la fusion a été acceptée par le peuple à une très large majorité dans toutes les communes. Quant au résultat des élections qui a mené à la répartition actuelle des municipalités, c'est aussi au vote du peuple qu'on le doit. Ne seriez-vous donc pas démocrates, Dr. Ah bon???

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 26/04/2011

Dr. Schwaab, la démocratie au forceps, non merci. Ces mêmes communes avaient dit non à la fusion quelques petites années avant, suite à ça les syndics et leurs amis (il, n'y avait pas beaucoup de socialistes je vous l'accorde) on corrigé le tire après un nouveau businessplan, avec questionnaires, séance et une verrée de l'amitié,... le tout payé par qui, uu est la transparence si chère aux socialistes?? Les propriétaires non résidants n'ont pas été informés. Certains dont vous êtes, ont aidé à la fusion et se son tiré, façons très "démocratique" ou finalement j'en rien a... et dém... vous, moi je me tire. On apréciera la façon de faire! Concernant les syndics, je ne déplore rien du tout, je constate!
A Aigle, même topo, mais la cela n'a pas passé comme prévu, respect!

Écrit par : Ah bon | 26/04/2011

" Weber n'a jamais dit qu'il voulait en faire un musée! C'est un mensonge colporté par certains syndics "

Il est bien là le problème. Weber ne se rend même plus compte de ce qu'il va en faire du Lavaux.

" On constate que la nouvelle commune de "Machin en Lavaux", tous (-1) les vignerons (TOUS anti-Weber) et ex syndic on pris une veste! "

Ne croyez pas non plus qu'il se sont pris une veste par les pro-Weber. Et la question de fusion des communes est un autre débat qui n'a pas forcemment à voir avec l'initiative de Weber pour le Lavaux. Ne mélangeons pas tout.

D.J

Écrit par : D.J | 26/04/2011

Dr. Ah bon, vous devriez savoir, que, quand on s'installe dans une commune dans laquelle on n'a pas le droit de vote, p. ex. parce qu'on n'y possède qu'une résidence secondaire, on accepte de se plier aux décisions d'autorités que l'on aura pas pu élire, que l'on ne pourra pas attaquer par référendum et au sujet desquelles on n'aura probablement pas été informés... C'est la règle du jeu démocratique: on n'a qu'un seul droit de vote, dans une seule commune. A moins que vous ne soyez en faveur d'un droit de vote supplémentaire pour les propriétaire, ce qui ne serait guère démocratique!

Quant aux frais de la fusion, sachez qu'il ont été payés par les communes, avec une clef de répartition en francs par habitants, ainsi que par un montant par habitant payé par le canton, selon la loi sur les fusions de communes. Voilà pour la transparence.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 27/04/2011

Les commentaires sont fermés.