25/09/2011

Achat d'adresses...

C’est un secret de polichinelle. Certains partis et candidats dépensent beaucoup, beaucoup d’argent pour tenter de convaincre les électeurs. Argent qui vient souvent d’entreprises ou groupes d’intérêt qui attendent un «retour sur investissement» (on l’a par exemple constaté dans le canton de Vaud, où les clinique privées ont convaincu leurs stipendiés du PLR et de l’UDC de torpiller la révision de la planification hospitalière).

Et, parmi les dépenses de campagne, l’achat d’adresses tient une bonne place. Tout le monde – ou presque – à déjà vu sa boîte aux lettres abreuvée de courriers personnalisés dans lesquels des candidats que l’on ne connaît ni d’Eve ni d’Adam s’adressent à nous comme à de vieux amis pour vanter leur programme personnel.

Pour ce faire, ils ont dépensé une partie de leur budget de campagne pour acheter les adresses. Par exemple à l’entreprises BVA, qui fait en ce moment un marketing très agressif auprès des candidats: J’ai déjà reçu trois fois leur courrier dans lequel il promettent élection dans un fauteuil, monts et merveilles… en achetant des adresses de particuliers et en leur envoyant des courriers personnalisés ciblés. Ces courriers peuvent être ciblés par localité, mais aussi par profession (et probablement en fonction d’autres critères comme le revenu?). Et ce à un prix fort intéressant: dès 35 centimes l’adresse (la liste ne détaille pas les autres prix, par exemple celui d’un fichier plus précis contenant âge, profession, situation familiale, revenu, fortune, opinions politiques, temps passé sur facebook et pointure des pieds).

La pub de BVA ne dit en revanche rien de la protection des données et de la façon dont ils se procurent ces adresses ciblées. BVA n’explique par exemple pas aux  personnes qui figurent dans se fichiers comme ils se sont procuré leurs données, ni sur le prix auquel ces données sont revendues aux candidats. Mais à quoi bon, la transparence n’existe pas non plus en matière de financement des campagnes politiques…

 

PS: Mes propres dépenses de campagne se montent actuellement à 0.—Fr. Comme les autres candidat-e-s de ma liste (no 6), j’enverrai quelques centaines de cartes postales à mes connaissances. Au PS, l’engagement est collectif.

Commentaires

L'adresse qu'utilise les candidats pour être élus est formidable!...

Dommage qu'une fois élus leur adresse est limitée au jonglage et souvent dans des numéros de clowns qui ne font rire que les milieux d'affairistes. un des plus grand clown se nomme Leuenberger, un socialiste, membre du conseil d'administration d'Implenia en changeant de poste le clown a ajouté a une marguerite à son chapeau!

Le cirque politique est le contraire du cirque Hipparque. Oui, le cirque Hipparque n'a pas besoin de clowns, les politiciens ne feraient donc pas l'affaire! (Merci Hergé)

Écrit par : Baptiste Kapp | 25/09/2011

Eh bien cher Monsieur,
La finesse de vos analyses et la pertinence de votre regard vaut peut-être bien mieux que tous ces slogans vides de tous ces clowns comme décrit plus haut...
Pour vous avoir suivi dans vos chroniques j'ai pu apprécier de quelle manière vous appréhendiez l'actualité...De même que j'ai pu me rendre compte de la vacuité ou de l'infectitude de certains autres blogueurs politiques...(je ne citerai pas de noms)...
Croyez-moi, être présent de manière sincère tel que vous le faites, vous sert surement plus que des beaux discours pensés pour flatter l'électeur dans le sens du poil...
Vous êtes sur ma liste de poulains potentiels...
Je vous souhaite plein succès.

Écrit par : Onyva | 25/09/2011

... Et le cirque continue!

Lisez: "Beaucoup d’adresse pour des tas d’adresses.", un billet du Père Siffleur!

Il aurait volontier écrit ici même si sa "démonstration" n'avait été aussi longue!

Écrit par : Baptiste Kapp | 03/10/2011

Cher M. Kapp, je suis un lecteur régulier du Père Siffleur (probablement pour le plaisir de s'y faire brocarder, ce qui n'a pas manqué d'arriver) et j'ai bien entendu lu son billet. Mais tant d'efficacité m'a cloué le bec: je suis bien incapable de répliquer avec autant de brio. Face aux spécialistes, je préfère le profil bas...

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 03/10/2011

Les commentaires sont fermés.