19/02/2012

Oui au livre, c’est oui aux PME du livre. Et oui à l’emploi.

Il est frappant de constater à quel point «les PME» sont un argument de campagne utilisé à tort et à travers. Vous voulez couler un projet? Prétendez qu’il est «nuisible aux PME», même si tous les indicateurs économiques montrent que tel n’est pas le cas! Vous voulez au contraire faire accepter un projet, même si, comme c’était par exemple le cas de la «réforme de l’imposition des entreprises II», il privilégierait surtout les gros actionnaires des grandes entreprises? Arguez qu’il est «favorable aux PME», et le tour sera joué! D’ailleurs, peu importe ce qu’en pensent réellement «les PME». Cette définition correspond à tellement d’entreprises si différentes que, sur les 300'000 environ que compte notre pays (de 1 à… 249 employés!), il y en aura bien quelques-unes qui vous serviront à valider votre argumentation. Mais il arrive parfois que ceux qui se font les champions des PME, ceux qui pourtant rabâchent à longueur d’année qu’ils parlent en leur nom et ont pour but de les défendre, les négligent totalement, voire même s’engagent clairement contre leurs intérêts. Et contre les organisations représentatives des PME concernées.

Le débat sur le prix unique du livre est assez significatif de cette situation. Le prix unique du livre est clairement favorable aux intérêts des petites librairies. Qui sont des PME. Et dont les associations professionnelles, tant patronales (p. ex. l'association suisse des diffusuers, éditeurs et libraires ASDEL) que syndicales, s’engagent activement dans la campagne pour sauvegarder la branche contre les prédateurs de la grande distribution. Or, plusieurs des grandes associations nationales ou régionales qui se donnent pour missions de «défendre les PME» recommandent de voter non. Et ce contre l’avis des premières concernées, même si… elles sont membres de ces organisations! Ainsi, Payot se plaignait à juste titre la semaine passée de ne pas avoir été consultée par le centre patronal vaudois dont elle est pourtant membre. Le centre patronal a pris parti contre le prix unique du livre, donc contre les intérêts de plusieurs de ses membres et ce sans leur demander leur avis. Dans d’autres organisations, la méthode a été la même: on prétend défendre les PME, mais lorsque leurs intérêts sont en jeu, on les oublie, même si les règles de la démocratie interne à ces organisation voudraient qu’on leur donne au moins la possibilité de défendre leurs arguments. Dans ce contexte, il faut saluer par exemple la position de la Fédération des entreprises romandes (faîtière patronale genevoise), qui a prix position en faveur du prix unique du livre (voir l'extrait de la recommandation de vote). Voilà une organisation faîtière qui respecte ses membres, à plus forte raison lorsqu’ils sont directement concernés par une prise de position.

Si le syndicat Syndicom s’engage lui aussi activement dans cette campagne, c’est parce qu’il défend les intérêts de ses membres qui travaillent dans les librairies. Librairies dont le «libre marché» actuel menace l’existence tout en maintenant des prix trop élevés pour la plupart des livres. Concrètement, il s’agit de près de 4000 emplois dans 1000 PME (librairies et éditeur). En plus de défendre la diversité culturelle, le prix unique du livre protège aussi l’emploi.

Le 11 mars, oui au livre!

Commentaires

"Le prix unique du livre est clairement favorable aux intérêts des petites librairies "

" Et dont les associations professionnelles, tant patronales (p. ex. l'association suisse des diffuseurs, éditeurs et libraires ASDEL) que syndicales, s’engagent activement dans la campagne pour sauvegarder la branche contre les prédateurs de la grande distribution ".

Dans ces deux propos ont pourraient finalement étaler les prix administrés à large échelle. Le prix unique est en effet favorable aux petites librairies. Qu'elle libraire va se plaindre de bénéficier des prix garantis sans craindre la concurrence? On pourrait aussi à ce moment là faire un prix unique dans le commerce de détail des petites épiceries pour les sauver des prédateurs des super marchés. On sait de tout façon que les prix administrés ne sont favorablent qu'à des intérêts poujadistes et non au consommateur.

Les librairies seront en effets protégés; mais jusqu'à quand? Ce prix unique est une guerre d'arrière garde. Le support numérique va probablement de plus en plus remplacer le support en papier. En France le prix unique a eu des effets mitigé sur la survie des librairies et des petits diffuseurs. Mais en France aussi le support numérique arrive.

D.J

Écrit par : D.J | 19/02/2012

Erreur: Payot n'est pas membre de la Fédération patronale vaudoise – pas plus que l'ASDEL –, contrairement à ce que son directeur invente lorsqu'il «pète les plombs» dans 24 heures...

Cela étant, le Centre Patronal ne mène pas campagne contre cette loi: il se contente de ne pas la soutenir, en montrant qu'elle est absurde et mal ficelée et qu'elle ne fait que bétonner la position dominante des importateurs. Veut-on vraiment nous faire croire que Payot, propriété du groupe français Hachette (Lagardère), défend les intérêts des petites librairies en militant pour un texte qui verrouille le cartel des importateurs... tenu par le groupe français Hachette?

Les partisans de la nouvelle loi nous assènent des slogans grandiloquents sur l'importance de la lecture. Fort bien! Ne vaudrait-il pas la peine, alors, de lire le texte de cette loi sur laquelle nous votons?

Écrit par : Bieri Pierre-Gabriel | 20/02/2012

Toutes mes excuses, M. Bieri, j'ignorais que Payot n'était pas membre de la fédération patronale vaudoise.
Cela dit, la question principale demeure: Il est étonnant que les fédérations qui prétendent soutenir les PME ne soutiennent pas une loi dont les PME concernées estiment qu'elle leur est favorable...

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 20/02/2012

Etonnant, je vous l'accorde. Regrettable, sûrement. Mais bon, une fédération interprofessionnelle ne peut pas être qu'une simple caisse de résonance des positions de chaque branche individuelle: on a aussi le droit de faire une pesée d'intérêt, et de prendre une position par rapport à des principes.

En l'occurrence, nous prenons acte de la position commune des diffuseurs, éditeurs et libraires, lesquels ne manquent pas d'énergie et de créativité pour la faire connaître; mais nous ne voulons pas soutenir ce drôle de texte basé sur de mauvais principes (je pense en particulier que nous aurions largement préféré la solution d'une exception à la loi sur la concurrence, qui aurait ouvert la voie à de nouveaux accords professionnels) et qui sert des intérêts ambigus et entremêlés pas toujours faciles à discerner par le grand public.

Nous avons donc donné et expliqué notre position, et ça s'arrête là. Nous ne voulons pas nous battre dans ce dossier, encore une fois regrettable.

Écrit par : Bieri Pierre-Gabriel | 20/02/2012

Les commentaires sont fermés.