26/04/2013

Horaires d’ouverture: le piège à nigaud des «régions touristiques»

C’est le dernier argument à la mode chez les partisans du travail 24h/24: C’est pour satisfaire les «besoins des touristes» qu’il faut ab-so-lu-ment libéraliser les horaires d’ouverture des commerces. Jusqu’à présent, ils prétendaient que c’était surtout pour satisfaire «les besoins des consommateurs» (de chez nous). Mais il faut dire que les nombreux votes populaires clairement opposés à toute prolongation des horaires finissent par rendre évident que lorsqu’on leur pose directement la question, les consommateurs-électeurs, semblent se satisfaire pleinement des horaires actuels et ne sont pas d’accord de sacrifier le personnel d’un secteur aux conditions de travail plutôt précaires.

C’est là qu’interviennent les «régions touristiques», où il est autorisé d’ouvrir les magasins le dimanche, à condition toutefois que leur assortiment réponde aux «besoins spécifiques» des touristes, comme le spécifie l’art. 25 OLT 2. La motion Abate, malheureusement acceptée par les deux conseils, demande donc que cette notion de «région touristique» soit étendue, afin d’autoriser plus largement les ouvertures dominicales. Cette proposition a, du point de vue des partisans de la libéralisation des horaires de travail, le double avantage de vouloir soutenir, sur le papier du moins, une branche en difficulté, mais surtout de n’entraîner qu’une modification d’ordonnance, ce qui se permet de se passer de vote – et donc de désaveu – populaire. La motion Abate est révélatrice d’une tendance de fond: il existe en effet déjà de nombreux cas de «régions touristiques» ayant obtenu abusivement ce qualificatif dans le seul et unique but non pas d'attirer les touristes, mais plutôt de saper petit à petit le repos dominical.

Mais où sont les touristes?

Le journal alémanique d’Unia, «Work», a récemment montré exemple à l’appui à quel point le classement d’une localité en tant que «région touristique» peut être abusif et n’a rien à voir avec le tourisme. «Work» a mené l’enquête à Rapperswil SG, haut lieu touristique certainement aussi renommé que le Cervin ou le Jet d’Eau de Genève. La Migros y a obtenu le classement en zone touristique de son M-Express, malgré le fait que ce dernier se situe dans une zone industrielle, loin du centre historique. L’enquête a été menée le lundi de Pâques et son résultat est édifiant: en trois heures, sur les 46 clients recensés, seuls… 6 étaient n’étaient pas des locaux. 4 d’entre eux étaient des voyageurs au long cours venu du canton voisin de Zürich et 2 venaient d’Inde. Les seuls vrais «touristes», donc. Lesquels ne se sont finalement acheté que de l’eau minérale, bien que l’on trouve dans n’importe quel kiosque et pour lequel il n’est certainement pas nécessaire d’ouvrir un supermarché. Détail piquant: le supermarché en question n’a dans son assortiment ni cartes postales, ni souvenirs. Le tourisme n’est décidément plus ce qu’il était.

Conclusion: Les régions touristiques ne sont qu’un prétexte pour prolonger tous les horaires d’ouverture des commerces et, partant, tous les horaires de travail. En tirant définitivement le frein à main lors de la prochaine votation sur les ouvertures 24h/24 des échoppes de stations-service, le peuple aura l’occasion de rappeler qu’il ne faut pas se payer sa fiole.

Commentaires

Monsieur Schwaab,

Vous n'oublier qu'une chose, c'est de dire également que, très souvent, les politiciens, eux aussi, sont de vrais "touristes"!... Certains reviennent même de très loin ou sont plutôt très loin des réalités de la population.

C'est pour cette partie des "touristes" que les commerces doivent être ouverts 24h/24h... Ces pauvres sont accaparés de travail. À un point tel, que chaque minuscule "fenêtre" de temps qu'ils ne sacrifient pas à nous autres, les insouciants citoyens, qu'il est normal, qu'au moins, ils puissent faire leurs courses à ces moments là!

Écrit par : Baptiste Kapp | 26/04/2013

Hélas, comme vous avez raison, M. Kapp! Bien pis, les politiciens ne sont pas uniquement des touristes, ils sont aussi assez souvent des nigauds.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 26/04/2013

Autant je suis contre une libéralisation totale des heures d'ouvertures des magasins, autant j'estime que les commerces des stations-service et les aires de repos des autoroutes pourraient (devraient) être ouverts 24h/24.

Écrit par : Pascal D | 26/04/2013

... dans ce cas, il faut vous rendre compte que chaque petite étape de libéralisation n'est qu'un prétexte à la suivante, qu'un doigt dans l'engrenage, qu'une tranche supplémentaire de salami. Au Parlement fédéral, les libéralisations suivantes (zones touristiques, harmonisation des horaires, régions périphériques) ont notamment été justifiées par la libéralisation des horaires des "shops", bien que cette dernière ne soit pas encore entrée en vigueur (elle n'entrera d'ailleurs peut jamais en vigueur, car elle est attaquée en référendum).

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 26/04/2013

@Monsieur Schwaab,vous oubliez aussi qu'il y a une catégorie de citoyens et Suisses ce qui est rare qui eux aiment travailler la nuit ou les week'ends.Pour pouvoir souffler un peu comme ils disent tous,ou décompresser face à l'ambiance familiale qui par certains week'ends se fait souvent très pesante ,celle -là même qui en voit courir d'autres au travail en riant dès le lundi matin.Ce qui existait déjà en 1950 je vous rassure comme quoi!

Écrit par : lovsmeralda | 26/04/2013

Les heures d'ouvertures tardives, dans certaines régions, sont très utiles mais dans d'autres ne le sont pas. Dans la région lémanique c'est inutile car les commerces français sont tous ouverts en semaine jusqu'à 21 heures et également le dimanche matin. De plus les prix sont nettement plus bas pour des produits identiques. Les commerces français et les marchés du dimanche sont très courrus par des citoyens suisses et, même, par des élus de gauche qui refusent les ouvertures tardives en Suisse ! Lorsque je ballade au marché de Divonne le dimanche matin je découvre nos brâves élus en train de boire l'apéro, de faire le tiercé et, bien entendu, remplir leurs caddies ! Faites ce que je dit mais pas ce que je fait !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 26/04/2013

@Yvan Descloux-Rouiller,bien vu !

Écrit par : lovsmeralda | 27/04/2013

Monsieur Yvan Descloux-Rouiller, si vous nous donniez des noms, votre témoignages sur "nos chers élus" serait un peu plus crédible... En ce qui me concerne, je ne traverse jamais la frontière dans le seul but de faire des achats et je restreins autant que possible mes achats dominicaux.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 29/04/2013

Monsieur Schwaab,

Vous voulez des noms?... En ce qui concerne les politiciens dont parle le Monsieur YDR, je n'ai aucun nom à vous communiquer, je ne suis jamais à Divonnes le dimanche.

Par contre, sur le même sujet et sous le titre de "Il ne s’agit pas que de quelques «shops»…" vous avez écrit:

"Le PS, les syndicats et les églises ont lancé le référendum pour défendre les salariés de cette branche, qui travaillent très souvent dans des conditions précaires (bas salaires – 16 fr./h! pas de conventions collectives"

Et là j'aurais un nom! Même si le cas d'esclavage ne se déroule pas exactement la même branche!... Nicolas Mattenberger... Est-ce que, par hasard, vous le connaîtriez?

Écrit par : Baptiste Kapp | 29/04/2013

M. Schwaab, Je ne vous donne pas de noms car je ne suis pas délateur (ni socialo) mais vous connaissez très bien ces personnes puisque ce sont de vos camarades de parti ! A Divonne, si vous n'y allez pas (ce que je doute fortement) vous pourriez croiser les élus genevois et vaudois. Vous y rencontrerez également les popistes et AGT trinquants à l'intérieur des établissements publics (pas sur les terrasses car ils seraient trops exposés à la vue des électeurs, faut pas déconner !) Vous ne devriez pas restreindre vos achats dominicaux mais, si vous étiez un peu sérieux et exemplaire, les banirs totalement. De plus, comme vous refusez le travail dominical, il faut supprimer TOUS les emplois dominicaux, supprimer les restos, les trains et autres transports publics, les urgences, rendre tout le pays à la prière et, comme certaines religions respectent d'autres jours sans travail, étendre ces fermetures dès le vendredi ! Je sais, c'est ridicule tout comme interdire les ouvertures tardives et dominicales !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 29/04/2013

M. Descloux-Rouiller, je constate que vous n'avez pas de quoi étayer votre témoignage, ce qui en dit long sur la crédibilité de celui-ci. D'ailleurs, il ne s'agirait pas de délation, boire un verre sur une terrasse n'étant à ma connaissance pas un délit.
Cela dit, je n'ai jamais dit que j'étais contre le travail dominical en général (mais où allez vous chercher tout ça?). Les possibilités actuelles de travailler le dimanche sont grosso-modo acceptables et nécessaires (notamment en ce qui concerne la santé, la sécurité, les transports et les loisirs). Les adversaires des libéralisations ne le remettent pas en cause. S'opposer à une dégradation des conditions de travail ne signifie pas vouloir restreindre le status quo...

M. Kapp, bien sûr que je connais M. Mattenberger, ayant siégé avec lui au grand conseil. A l'instar de mon parti (dont vous pu lire la prise de position dans "24 heures" d'hier), je déplore cette navrante histoire. Socialiste ou pas, nul ne devrait violer ainsi la loi!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 30/04/2013

Mr. Schwaab, mon témoignage serait pulvérisé pas vos camarades et amis car, tous, une super-excuse ( développement du Grand-Genève, développement des relations franco-valdo-genevoises, etc. des conneries comme d'hab !) pour justifier leur présence en France voisine. La vie m'a appris qu'il faut toujours se méfier des hommes et femmes politiques qui développent des idées fumeuses ! Pour ce qui est des ouvertures dominicales ou tardives, il est évident que les exemples que vous donnez sont logiques mais, alors, pourquoi privilégier que certains domaines ? Soit tout est fermé, soit tout est ouvert car vous voulez protéger les employés des commerces mais pas les cheminots, employés de restaurants, etc. C'est indéfendable et illogique. Bon, je sais, c'est socialiste !!

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 30/04/2013

@ Yvan Descloux-Rouiller,

Votre dernière intervention nous prouve bel et bien que M. Schwaab a vu juste.

Regardez bien ce que Thomas Fuchs (UDC) est en train de faire, si il passe GE et VD perdraient chacun deux sièges a Berne... BS, NE un chacun... Faudra pas venir pleurer.

Écrit par : Rensk | 30/04/2013

@Rensk
Bof, si c'est des sièges socialistes ce n'est pas grave, bien au contraire !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 06/05/2013

Les commentaires sont fermés.