05/10/2013

1 à 12, initiative «pour» les familles et pertes fiscales: craintes à géométrie variable

Il toujours intéressant de constater que certaines pertes fiscales relativement peu importantes semblent donner une peur bleue aux partis bourgeois et aux milieux économiques, tandis que d’autres, pourtant colossales, ne les empêchent visiblement pas de dormir. Ainsi, toute la droite tire à boulet rouge contre l’initiative «1 à 12», accusée de «ruiner l’Etat», alors que l’UDC et la majorité du groupe PDC aux chambres fédérales ont soutenu l’initiative UDC dite «pour les familles», qui vise soit à supprimer la déduction pour frais de garde, soit à l’accorder aux parents qui… n’ont aucun de ces frais.

Or, selon la conférence des directeurs cantonaux des finances, l’initiative UDC entraînerait un manque à gagner de près de 400 millions de francs par an pour la Confédération… et d’au moins 1 milliard pour les cantons et les communes. On est loin, très loin, des pertes fiscales supposées qu’entraînerait «1 à 12», soumise au vote le même jour (!). Et pourtant, UDC et PDC font campagne contre la limitation des abus salariaux en mettant surtout en avant… des pertes fiscales. Cette contradiction est encore plus flagrante quand on regarde d’un peu plus près les études qui tentent de chiffrer les pertes qu’entraînerait «1 à 12». Laissons de côté le peu crédible scénario du pire à près de 4 milliards mis en avant par l’USAM, laquelle oublie fort à propos de préciser que l’étude qu’elle a elle-même commandité considère le scénario en question comme «irréaliste». Selon les scénarii jugés «réalistes» par l’étude que l’USAM a fait faire par l’université de St. Gall (dont on ne s’étonnera pas qu’elle défende les salaires abusifs, étant la première pourvoyeuse de managers cupides), les pertes fiscales en cas de oui à «1 à 12» se monteraient entre 190 et 250 millions de francs par an. On est loin des 1400 millions de l’initiative de l’UDC, que l’USAM ne semble guère combattre, peut-être en raison de l’appartenance partisane de son président Jean-François Rime (UDC/FR).

D’autres études ne sont pas aussi alarmistes. Par exemple, selon l’EPFZ, les pertes fiscales ne peuvent être chiffrées. Quant à une analyse menée par l’exécutif du canton de ZG, qui ne peut être soupçonné de sympathies pour «1 à 12», elle parvient à la conclusion… que les rentrées fiscales augmenteraient dans ce canton en cas de oui!

Cette peur panique face aux pertes fiscales somme toute assez négligeables de «1 à 12» alors que celles, bien plus importantes, de l’initiative «famille» de l’UDC, semblent être passées par pertes et profits permet de tirer une conclusion: Droite et milieux économiques se fichent pas bien mal des pertes fiscales qu’un projet peut engendrer. Le reproche qu’ils font à «1 à 12» n’a rien à voir avec une crainte de voir les rentrées fiscales baisser. Le même raisonnement vaut d’ailleurs pour les craintes qu’ils affichent pour l’AVS.

S’ils rejettent «1 à 12», c’est parce que cette limite aux excès salariaux remet en question une cupidité sans borne qu’ils ont érigé en système de valeur, voire, pis, en clef du succès de notre pays. Quand on voit de qui se compose la clique des bénéficiaires des salaires démesurés et des dégâts qu’ils ont fait subir à notre pays, à son économie et à ses emplois ces dernières années, on ne peut que constater le désarroi des adversaires de la justice salariale.

Commentaires

Cette initiative 1:12 me dérange !

Oui elle me dérange et pourquoi me direz-vous ? parce qu'elle touche à la liberté individuelle !

Non, tous les patrons ne gagnent pas ce que l'initiative - dans ces arguments - prétend et vous le savez très bien, en tant qu'ancien membre d'un syndicat.

Beaucoup de patrons ne gagnent pas plus que leurs employés, ne vivent pas dans des villas luxueuses ou appartements avec piscine, n'ont pas des chalets de week-end à la montagne, ni des villas ou appartements au bord de mer l'été.

Votre parti n'a de cesse de vouloir tout régenter, tout inscrire dans la loi, tout décider !

Vous faites quoi de la liberté personnelle ?

Et que direz-vous à vos électeurs - initiative acceptée s'entend - voient leur salaire baisser pour régulariser 1:12 ?

Écrit par : MBA | 05/10/2013

Le PS est pour les nationalisations et les étatisations, fait fi des entreprises privées (du reste lors des manifs les membres du PS sont heureux de détruire les biens privés), et son modéle reste l'ex-URSS, Cuba ou la Corée du Nord ! Belles perspectives d'avenir pour les entreprises et les emplois dans notre pays !!

Écrit par : Justine Tittgout | 05/10/2013

A Justine Tittgout : excellent texte !

Le PS n'a pas encore digéré la chute du mur de Berlin en 1989 ou mieux encore l'ignore totalement !

Écrit par : MBA | 05/10/2013

N’importe quoi, pourvu que ce soit aussi gros qu’un bunker du Mur de l’Atlantique !

À ce jeu, voilà ce qu’aurait pu écrire Corine Ptittgout, sœur de Justine :
« Si pour le PS, l’ex-URSS, Cuba ou la Corée du Nord restent vraiment des modèles, il serait possible de dire que, pour l’UDC et même le PLR, les modèles sont l’Argentine de Pinochet, l’Allemagne nazie ou encore le Myanmar. »

Et voici ce que répondrait le frère de MBA :
« À Corine Ptittgout: excellent texte! L’UDC et même le PLR n’ont pas encore digéré l’écroulement du Mur de l’Atlantique en 1944, ou mieux encore, ils l’ignorent totalement ! »

Heureusement, la sœur de l’une et le frère de l’autre n’ont pas écrit de telles conneries… Eux !... Des conneries qui vaudraient pas mal de point Godwin à ceux qui les disent!

Pour en revenir à l’initiative, elle n’a été mise en œuvre « que » par les Jeunes Socialistes et non par le PS lui-même. Ces gamins se trompent selon les éléphants socialistes.
En cas d’acceptation de l’initiative, certains pachydermes seraient dans l’obligation de revoir leur salaire à la baisse et les autres ne pourraient plus rêver en obtenir d’aussi outrageusement mirobolant à l’avenir !
L’exemple d’un Jean-Noël Rey, ex-patron de la Poste en est un bel exemple. Ce monsieur devait gagner plus de 12 fois le salaire minimum accordé à La Poste (au-dessous de Fr. 50'000.-)

Écrit par : Baptiste Kapp | 06/10/2013

@Justine Tittgout: savez-vous qu'en URSS sous Staline, l'écarte salarial était d'environ 1:50. En défendant les salaires abusifs, vous défendez donc le modèle des pays communistes... En ce qui me concerne, j'ai toujours été résolument contre ce genre de système.

@MBA: Bien sûr que je suis au courant que de très nombreux employeurs n'ont pas de salaire abusif. Il s'agit même de 99% d'entre eux. Ils ne sont donc pas concerné par une initiative qui ne cible que la poignée de managers cupides dont les salaires excessifs causent du tort à notre économie. Et vous? Défendez-vous ces pratiques?

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 06/10/2013

Cher Monsieur Schwaab,

Attention! Ici "Cher" ne veut en aucun cas dire que c'est plus de 12 fois "Monsieur Schwaab" uniquement!

Désolé de jouer souvent la mouche du coche et de persifler à tout va!... Un travail très peu rémunérateur, mais indispensable!... Vu que rien divisez par 12 ne donne pas moins que rien!

Puis-je admettre que, puisque vous n'ajoutez rien à mon propre commentaire, vous admettez que J-N. Rey, ce socialiste bon teint (rose bonbon), a-t-il fait partie de la poignée de cupides aux salaires excessifs? Un de ces managers dont vous-même parlez?
Ou alors, peut-être, n'avez-vous pas encore les fiches salariales de ce manager entre vos mains?... Mais ne cherchez plus!... J'ai une réponse qui me paraît suffisante:
En 2012, le salaire du directeur général de La Poste était d'environ Fr. 925'000.-. il est vrai qu'en 1998, pour JNR, il était probablement inférieur, mais, malgré tout, il devait dépasser le "fameux" rapport 1:12 de l'initiative d'une très bonne longueur!

Et vous? Défendez-vous ses pratiques socialistes?

En espérant que cette dernière question ne vous gâche pas le reste de votre week-end!... Pour la réponse, une nouvelle jolie pirouette suffira!.. Ou alors, le fameux "botter en touche" si cher aux politiciens de tous bords!

Avec mes meilleures salutation persifleuses.

JCB, BK ou Père Siffleur

Écrit par : Baptiste Kapp | 06/10/2013

Bonsoir M. Kapp.

Pas de pirouette, pour une fois! Oui, je condamne les pratiques de M. Rey et de tous les autres grands patrons d'entreprises publiques touchant des rémunérations abusives, même s'ils sont socialistes. Et, soyons fous, même si Moritz L. est dans le lot!

Bien à vous

JCS

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 06/10/2013

A JC Schwaab : non ces pratiques ne me dérangent pas du tout. Pour 1% d'entre-eux vous souhaitez au PS tout étatiser et c'est cela qui me dérange totalement. C'est une application injuste pour les patrons qui sont respectueux de leurs employés !

Pour une minorité de patrons, vous voulez ancrer dans la Constitution fédérale une loi de 1:12 et pour moi ce sera NON. C'est un problème qui doit se régler entre actionnaires, CA et patrons.

A Bertrand Kapp : mon frère est décédé en 1954 à Vernier/GE, tué par un automobiliste qui circulait trop vite (oui cela existait déjà). Mon frère avait 7 ans et ma mère (décédée en juin 2013)ne s'en est jamais remise !!!

Oui Monsieur Kapp je suis une future AVS !!!

Écrit par : MBA | 06/10/2013

A JC Schwaab : non ces pratiques ne me dérangent pas du tout. Pour 1% d'entre-eux vous souhaitez au PS tout étatiser et c'est cela qui me dérange totalement. C'est une application injuste pour les patrons qui sont respectueux de leurs employés !

Pour une minorité de patrons, vous voulez ancrer dans la Constitution fédérale une loi de 1:12 et pour moi ce sera NON. C'est un problème qui doit se régler entre actionnaires, CA et patrons.

A Bertrand Kapp : mon frère est décédé en 1954 à Vernier/GE, tué par un automobiliste qui circulait trop vite (oui cela existait déjà). Mon frère avait 7 ans et ma mère (décédée en juin 2013)ne s'en est jamais remise !!!

Oui Monsieur Kapp je suis une future AVS !!!

Écrit par : MBA | 06/10/2013

Madame MBA,

Si vous êtes une future AVS, je suis un vétéran AVS !
Pour moi AVS = Ancien Vieux Sénile. Sinon ça va!... ça va même sur mes... Ouh! là! Encore bien plus que cela!)

C'est d'ailleurs probablement la raison pour laquelle je n'entrave en rien vos propos. Je ne comprends que pouic à ce que l'accident tragique et fort triste de votre frère en 1954 puisse venir faire dans le débat sur le 1:12.
Ou alors vous avez mal compris "frère" dans mon commentaire. Ce n'est qu'une métaphore, elle n'a aucun lien avec le frère décédé. Vu les circonstances, je vous prie de bien vouloir accepter mes excuses pour avoir mis ma "phore" en relation avec vos initiales.

Signé Baptiste* Kapp.

*Bertrand est le prénom de mon frère** mort au chant d'honneur, tué par l'Armée suisse dans la fusillade du 9 novembre 1932 à Genève.
Mais c'est aussi le dernier des Piccard. Par contre, le Picard que j'admire, celui du Baptistecap ou plutôt bathyscaphe se prénomme Auguste. C'est l'homme qui est allé dans les Triphons*** ou tréfonds de l'océan.

** Un frère qui n'est que symbolique, masi auquel je tiens encore beaucoup! Un frère qu'aucun Suisse ne devrait oublier!... Jamais!

*** Oui, Triphon Tournesol! Complément d'information uniquement pour les jeunes qui ne sont encore à l'AVS ainsi que non tintinophiles. Hergé avait pris Auguste Piccard pour modèle afin de donner corps à son personnage.
Je sais!... ça n'a rien à voir avec le 1:12 non plus!

Écrit par : Baptiste Kapp | 06/10/2013

À Monsieur Schwaab,

Merci de votre réponse honnête, rapide et sans une once de politique politicienne!... C'est tellement rare en général de la part d'un politicien, qu'il était indispensable d'en faire état.

Encore bravo pour avoir placé vos convictions avant la politique politicienne!
Oui, il m'arrive de ne pas persifler. Malheureusement des occasions telles que celle-ci sont trop rares!

Écrit par : Baptiste Kapp | 06/10/2013

" @Justine Tittgout: savez-vous qu'en URSS sous Staline, l'écarte salarial était d'environ 1:50. En défendant les salaires abusifs, vous défendez donc le modèle des pays communistes... "

Non car il s'agissait des écarts étatisés qui n'avait rien à voir avec un marché et les performance des entreprises, mais uniquement destiné à une classe dirigeante qui se gardait bien d'en avoir un monopole protégé par l'état. L'initiative 1:12 ne combat les salaires abusifs mais le statut de celui qui les touches.

Et abusif par rapport à quoi? Sur qu'elle base d'étude économique l'initiative se base pour déterminer que c'est de la justice sociale que le plus haut salaire doit-être 12 fois le salaire le plus bas dans une entreprise. Pourquoi pas 9 fois, 8 fois ou 14 fois? Votre 12 fois n'est que symbolique puisqu'il veut simplement représenter les écarts annuels et rien de plus.

C'est une initiative socialiste une fois de plus comme tout initiative socialiste liberticide et contraire au principe de la responsabilité individuelle. Il n'y a rien de pire que d'ingérer la bureaucratie étatique dans l'économie privée. N'oubliez pas que l'économie libéral est mondiale. Votre initiative c'est une façon de dire aux multinationales que la Suisse donne de moins en moins des conditions digne d'une économie libre et que ce n'est pas la cas ailleurs. Il y eu Minder et son socialisme et maintenant on risque d'enfoncer le clou avec 1:12.

" Ils ne sont donc pas concerné par une initiative qui ne cible que la poignée de managers cupides dont les salaires excessifs causent du tort à notre économie. Et vous? Défendez-vous ces pratiques? "

Dans les 99% bien des patrons dépendent des multinationales pour faire tourner leur boîte par des commandes de sous-traitance. Vouloir vous en prendre à ces 1% qui pourraient bien aller là où l'état n'intervient pas dans leur affaire interne et surtout dans la politique salariale c'est vous en prendre à la prospérité de l'économie suisse. C'est le socialisme et son interventionnisme dans l'économie privée qui a toujours causé du tort à l'économie d'un pays

Quand parler de défendre ces pratique c'est que vous n'avez rien compris de ce que défend un libéral. Parlez de salaire excessif et de cupidité n'engage que vous et votre haine de ceux qui se sont démerder pour arriver au top dans une entreprise privée. Il n'y a rien d'excessif quand une multinationale à les moyens de payer à un PDG des salaires en millions de franc. Il n'y a rien de cupide puisque si cela se fait c'est que les actionnaires qui sont propriétaire n'y voient aucun inconvénient. Un libéral défend la libre entreprise et le responsabilité individuelle. Un libéral n'a pas à décrété ce qu'est un salaire abusif ou non. C'est pas son problème et5 chaque entreprise à sa particularité en matière de politique salarial. Et c'est surtout pas le problème de l'état qui n'est pas qualifié pour déterminer ce qu'un patron peut toucher par an.

" Si pour le PS, l’ex-URSS, Cuba ou la Corée du Nord restent vraiment des modèles, il serait possible de dire que, pour l’UDC et même le PLR, les modèles sont l’Argentine de Pinochet, l’Allemagne nazie "

C'est une contre argumentation totalement à côté de la plaque. Le modèle cubain, soviétique en URSS, et coréen du nord sont des modèle socialistes, étatistes et collectivistes. Des modèles qui furent bien dans l'esprit de nos socialistes à travers les courants du marxisme-léniniste, du Trotskisme et le maoïsme. Il est tout à fait naturelle et juste de dire que le PS a une vison de l'économie interventionniste et d'une politique de la vie décrétée qui se rapprochent des dictatures communistes. Quand Levrat parle de dépassement du capitalisme c'est réellement un discours révolutionnaire rouge.

Le nazisme était aussi un régime ultra-étatistes, collectiviste basé sur l'économie socialiste. Le nazisme est issue des mouvements ouvriers et le fascisme est issue des milieux de l'extrême gauche italienne. Pinochet étaient aussi un ultra-étatiste qui n'a jamais mis en place une société libre. Une dictature n'est jamais une société libre; même si par la suite Pinochet a appliqué les directives libérales de l'école de Chicago par des privatisations entre autres, il en demeure pas moins que c'était toujours une société qui n'était pas libre et qui n'était pas démocratiques. L'UDC est un parti libéral-conservateur attaché aux valeurs démocratique de la Suisse et défend une économie libre dans un état peu interventionniste tout comme le PLR. Donc il tout a fait naturelle de ne pas les confondre avec les régimes nazis et fascistes qui sont ultra-interventionnistes et socialistes.

D.J

Écrit par : D.J | 10/10/2013

Monsieur D.J,

Voilà typiquement un discours de politicard (même si vous ne faites pas partie de la corporation)
À partir d'un discours tronqué, dont vous ne prenez que ce qui vous permet de faire avancer vos "croyances" tout en évitant ce qui ne va pas dans le "bon" sens.
Vous utilisez une partie de mes dires et vous en occultez d'autres! Vous ne reprenez qu'une partie de mon commentaire...

"Si pour le PS, l’ex-URSS, Cuba ou la Corée du Nord restent vraiment des modèles, il serait possible de dire que, pour l’UDC et même le PLR, les modèles sont l’Argentine de Pinochet, l’Allemagne nazie"

... Vous oubliez sciemment le Myanmar que j'avais également mentionné et, de plus, vous évitez de mentionner le début du paragraphe qui dit: "À ce jeu, voilà ce qu’aurait pu écrire... " De plus, j'ai également écrit:
"... Des conneries qui vaudraient pas mal de point Godwin à ceux qui les disent!
J'avais donc bien remarqué la connerie des dires que je mets dans la bouche de tiers et que je n'utilise que pour illustrer mon propos.

Maintenant revenons à "dépassement du capitalisme", une expression creuse qui ne veut absolument rien dire! Si monsieur Levrat l'a utilisée, il était au courant que ce dépassement n'est que de la pacotille. De la verroterie scintillante utilisée pour tromper la partie de la galerie qui pense encore être de gauche. Un leurre qui permet de contenir cette galerie que certaint nomme l'aile la plus à gauche du parti.

Dans la réalité, le PS n'est qu'un parti socio-démocrate. Donc, le PS est aussi démocrate que les partis dont vous parlez. Mais également aussi "faux-cul" que ces mêmes partis. Pour tous, la différence entre le discours et les faits est devenu une constante.
De la part du PS, ce qui est "faux-cul", entre autres, c'est qu'il se dit socialiste et qu'il n'est que socio-démocrate. Ce n'est en rien une tare en soit de l'être, mais ne pas l'admettre en est une importante! Les Radicaux du XIXème siècle étaient certainement plus à gauche que la majorité des politiciens du PS aujourd'hui!

La "gauche" est morte! Et la gauche de la gauche n'est donc que la partie gauche d'une morte dont seul le nom perdure.

Lisez l'article de Jean-Noël Cuénod. Il parle de la droite extrême mieux que je ne saurais faire. Après l'avoir lu, j'ai la vive impression que vous faites partie de cette droite extrême!... Ce qui est votre droit, tant que vous restez dans le cadre des lois démocratiques.
Mais, il serait naturel que,aussi bien que ne devrait le faire les socialistes, vous admettiez ce que réellement vous êtes.

Écrit par : Père Siffleur | 10/10/2013

" De plus, j'ai également écrit:
"... Des conneries qui vaudraient pas mal de point Godwin à ceux qui les disent!
J'avais donc bien remarqué la connerie des dires que je mets dans la bouche de tiers et que je n'utilise que pour illustrer mon propos. "

Oui effectivement sur le coup vous avez raison. Merci de m'avoir rendu attentif. Cela m'avais échappé. Mea Culpa et mille pardons.

" Vous oubliez sciemment le Myanmar "

Sur le moment je ne savais pas qui c'était. Donc j'en parle pas.


" Maintenant revenons à "dépassement du capitalisme", une expression creuse qui ne veut absolument rien dire! "

Au contraire cela veut bien dire vouloir la fin du capitalisme. Levrat comme son parti sont de vrais marxiste-socialistes aux idées révolutionnaire d'octobre rouge.

" c'est qu'il se dit socialiste et qu'il n'est que socio-démocrate. "

Socio-démocrtate en théorie. Pour eux la démocratie c'est juste un bon moyen d'imposer leurs idées liberticides. Le parti socialiste n'est pas démocrate dans les fait. Il a épousé les thèses de ceux quoi ont élaboré le système soviétique qui a été appliqué du début à sa fin. Je parle des marxistes-léninistes adepte de la pensée de Lénine et les trotskystes pour la pensée de Trotsky. On se souvient aussi d'une délégation du PS Suisse qui a accepté l'invitation de Honnecker le dictateur de la RDA. Tant que le PS ne fera pas son examen de conscience pour avoir adulé le socialisme soviétique qui fut un crime d'état il ne peut se revendiqué démocrate.

" Les Radicaux du XIXème siècle étaient certainement plus à gauche que la majorité des politiciens du PS aujourd'hui! "

Il faut faire très attention dans cette définition de gauche et de droite. le terme de gauche et de droite n'a pas la même signification entre aujourd'hui et celle du 19ém siècle. Frédérique Bastiat siégeait à l'extrême gauche du parlement et des libéraux comme Guizot ou Waldeck était à l'époque considéré de gauche. Mais je vous avouerai que cela fait pas si longtemps que j'ai apris cela. Mais pour moi l'important est de défendre les idées libérales qu'elle soit de gauche ou de droite peut importe l'époque.

" Lisez l'article de Jean-Noël Cuénod. Il parle de la droite extrême mieux que je ne saurais faire. Après l'avoir lu, j'ai la vive impression que vous faites partie de cette droite extrême!... "

J'ai bien lu l'article qui est consacré au FN qui ne veut plus que l'on l'étiquette à l'extrême droite. Un article où je trouve que Cuénod mélange un peu tout est n'importe quoi sur la définition de l'extrême droite. Bref, si je suis selon vous d'extrême droite alors le Front national ne l'est pas du tout. Quand j'entend Marine Le Pen dire qu'il faut combattre l'ultra-libéralisme et le grand patronat qui incarne cette ultra-libéralisme de la mondialisation; ce se sont pour moi que des discours anti-libérales digne de l'extrême gauche et qui ne sont pas du tout les miens.

En général les partis d'extrême droite en occident sont plutôt étatistes anti-libérales, anti-capitalistes, anti-américains. Ils sont très protectionnistes contre le marché mondial. Ils sont aussi anti-sionistes et xénophobes voir racistes et anti-sémites pour certains. Des postures qui sont loin d'être les miennes.

" Mais, il serait naturel que,aussi bien que ne devrait le faire les socialistes, vous admettiez ce que réellement vous êtes. "

Je suis un libéral qui défend un libéralisme authentique qui place l'individu bien avant les races, les ethnies, les religions etc... mais pas au point d'être un libertarien même si j'en suis assez proche en économie. Ce libéralisme ne peut pas être de gauche ou de droite. Les libertés individuelles ne sont ni de gauche ni de droite. Cette notion de liberté individuelle tout comme la notion de faire du commerce librement a existé bien avant les premières structures étatistes et bien avant l'existence des partis de gauche et de droite. On ne catalogue pas la nature humaine à gauche ou a droite.

D.J

Écrit par : D.J | 11/10/2013

@D.J
Le simple fait de voir une multinationale déménager parce que son patron ne pourrait plus toucher son orgie de billets verts seraient un signe très intéressant pour les futurs responsables des relations état/entreprises.
Comment, en effet, ne pas comprendre alors que ces entreprises ne sont dirigées que par des ogres ne souhaitant rien de moins qu'amasser des fortunes, sans penser réellement à l'intérêt de l'entreprise.
Parce qu'il ne faut pas se leurrer, le PDG n'est pas l'unique responsable de la bonne santé d'une entreprise.
Chose, d'ailleurs, qui ne se juge pas qu'à son bénéfice dégagé, mais également aux nouveautés qu'elle est capable de produire. Et dans ce sens là, peu d'entreprises fonctionnent bien.
Je tiens également à rappeler au pro "liberté", que les écarts dépassant le ratio 1:12 est un phénomène récent en Europe. Il y a 20 ans, ce n'était pas comme cela et les entreprises ne s'en portaient pas plus mal.
Je suis pour la liberté des entreprises et contre cette initiative. Mais il est tout de même important de révéler qu'il est un peu choquant de voir des managers s'octroyer des augmentations de 15-20%, ainsi qu'à leurs actionnaires, alors qu'en parallèle les salariés se voient attribuer 1% d'augmentation. C'est immoral et injuste.
Quand les managers et les actionnaires (fantasme car la majorité des actions sont détenues par des fonds qui ne cherchent que le profit rapide) auront régulés ses pratiques et seront revenus à une vision raisonnable des mérites de tous dans une entreprise, des initiatives comme celle-ci ne verront plus le jour.
Tant qu'ils n'auront pas fait cette démarche intellectuelle, elles reviendront encore et encore, pour finir par des actions violentes.

Écrit par : Lefredo | 14/10/2013

" Mais il est tout de même important de révéler qu'il est un peu choquant de voir des managers s'octroyer des augmentations de 15-20%, ainsi qu'à leurs actionnaires, alors qu'en parallèle les salariés se voient attribuer 1% d'augmentation. C'est immoral et injuste. "

Vous avez raison et je pense que c'est justement bien plus efficace de relever ces abus au grand publique qui souvent permet à ces dirigeants de faire machine arrière que de vouloir étatiser les revenus des managers qui devient un abus de bureaucrate. Mais l'initiative et ceux qui la soutiennent mélange souvent tout est n'importe quoi. Il se foutent de savoir si un manager qui touche des millions le mérité ou non. Ils s'attaquent uniquement au statut de celui qui touche ces millions. Le PDG. Tout le monde encensent des types qui gagnent 40 millions rien qu'en jouant avec une baballe comme Federer et détestent automatiquement un patron parce qu'il en touche autant malgré ses responsabilités.

On m'a eu répondu; " oui mais Federer fait rêver des milliers de personne "

Faudra un jour savoir qui vraiment mérite de gagner autant de fric.

D.J

Écrit par : D.J | 16/10/2013

Ce qu'il y a de pratique avec les chiffres, c'est qu'on peut les manipuler à gogo pour défendre ou combattre des causes quelles qu'elles soient. C'est de l'enfumage et c'est cela qui doit être combattu.

Il est tout de même paradoxal que le PS qui estime volontiers que le travail domestique doit être apprécié et rémunéré au même titre que le travail professionnel, s'oppose à l'initiative pour les familles, qui permet de déduire des frais de garde.

Parce que, sur les plans fiscaux et des assurances sociales (AVS + LPP), l'Etat a bien trouvé un avantage en ne dissociant pas les revenus des époux (rentes couples AVS splittées de 25% inférieures à de rentes simples additionnées, progression à froid des impôts). Sur cette injustice, silence radio. De même que sur la déclaration d'impôt, la femme est reléguée au rang de "2e contribuable"…

Du côté du PLR on nous dit, que l'on ne peut pas défiscaliser un revenu qui n'existe pas. Cet argument est fallacieux dans le mesure où un revenu unique est déjà considéré par l'Etat comme revenu global du couple (part de 2e pillier coupé en deux en cas de séparation, pensions alimentaires, etc.). Il est dès lors, logique, que le partenaire qui ne bénéficie pas de revenu professionnel, mais qui partage le revenu de l'autre, puisse déduire des frais inhérent au travail que représente la garde des enfants.
Par ailleurs, on oublie aussi, que le partenaire qui se consacre au ménage et à la famille, laisse une place de travail à d'autres qui en ont besoin. C'est également un coup de pouce contre le chômage.

S'agissant des familles mono-parentales, là, il y a un vrai problème qui mérite d'être apprécié séparément. Mais ce n'est pas l'objet de cette initiative. Si le PS avait voulu faire preuve d'âme charitable, il aurait déjà empoigné le sujet.

Ma conclusion: les arguments des PSPLR, ne tiennent simplement pas la route. C'est de nouveau de l'activisme anti-UDC… mais le souverain aura le dernier mot.

Écrit par : petard | 17/10/2013

«[…] et détestent automatiquement un patron parce qu'il en touche autant malgré ses responsabilités.»

Vous savez, les RESPONSABILITÉS, c'est du vocabulaire. En général ce sont les lampistes qui assument… À part Bernard Madoff (condamné pour l'exemple, parce qu'il a ruiné ses riches coreligionnaire), il n'y en a pas tant de ces responsables en prison.

«Faudra un jour savoir qui vraiment mérite de gagner autant de fric.»

Peut-être quelques grands génies qui font du vrai travail et qui font avancer la société.
Mais sûrement pas ceux, qui ont le cul vissé sur leur chaise et le curseur de leur souris pointé sur les tabelles du Forex. Ces derniers n'ont pas plus de mérites que les gagnants de l'Euromillion.

Écrit par : petard | 17/10/2013

" Vous savez, les RESPONSABILITÉS, c'est du vocabulaire. En général ce sont les lampistes qui assument… À part Bernard Madoff (condamné pour l'exemple, parce qu'il a ruiné ses riches coreligionnaire), il n'y en a pas tant de ces responsables en prison. "

En Suisse surement mais pas aux USA où encore dernièrement trois boss de UBS furent coffré pour avoir commis de délits financiers. Mais généraliser tout les grand PDG dans le camp des irresponsables est franchement réducteur. Mais quand je parle de responsabilité je parle de celui d'un patron peut-importe la taille de l'entreprise qu'il gère. mais ça les socialos ne font aucune différence entre un patron de PME et celui d'une multinationale. Si l'entreprise à les moyens de payer en million un PDG cela ne veut pas dire que les responsabilités dont s'engage le PDG n'existe pas. ils sont aussi sur un siège éjectable et doivent toujours rendre des comptes à l'entreprise qui elle aussi prend ses responsabilités. Si cette dernière merde c'est leur problème et non celui des socialistes, de l'état ou du râleur de service qui s'informe que ce qu'il lit dans " le Matin ".

D.J

Écrit par : D.J | 17/10/2013

Monsieur D.J,

... C'est du vocabulaire!... Je suis entièrement d'accord avec vous, mais ce que vous avez vous-même écrit ainsi que ce que vous lisez en cet instant, le sont également.

Malgré tout, j'ai quelques remarques supplémentaires à faire suite à votre commentaire:

Vous parlez des USA où les Boss ne seraient pas à l'abri de la justice. Très bien, on peut analyser la situation réelle au États-Unis! Mais nous, nous sommes en Suisse! Et là, les bandits-bigboss ne sont pas inquiétés (Ospel, un exemple parmi d'autres).
D'ailleurs, cette situation est probablement un des déclencheurs de l'initiative 1:12. Une initiative totalement bidon qui n'est là que pour occuper le terrain de la politique politicienne, ainsi que le sont toute une partie des initiatives, qu'elles soient de gauche, du centre ou de droite... La politique n'est plus que de la poudre aux yeux, le reste n'est que cuisine interne qui se moque totalement de la démocratie.

Même si l'initiative 1:12 devait passer, elle ne serait d'aucune utilité.
Premièrement le contrôle en serait quasi impossible et, même avec une armée de fonctionnaires pour courser les fraudeurs, les vrais boss auraient toutes une panoplie de moyens afin de contourner la loi.

Pour les PME dont le capital est souvent entre les mains d'un seul ou de quelques uns, le directeur de la boîte et ses lieutenants étant généralement les propriétaire ou les actionnaires selon la forme juridique de la société, la rémunération salariale n'a presqu'aucune importance. Pour lui ou eux, il serait théoriquement possible d'adopter un rapport 1:1!... Le gain du capital (répartition du bénéfice) ui fera la différence.

La seule chose importante qu'il faudrait réformer c'est l'Homme lui-même. Tant que cette réforme n'aura pas abouti, qu'une minorité se goinfrera sur le dos d'une majorité, rien, jamais ne changera... Et ce n'est pas demain la veille que nous constaterons ce changement!... Au contraire, la minorité rétrécit encore tout en devenant plus fortunée et plus avide.

La différence entre la gauche et la droite n'est plus celle des méthodes utilisées afin qu'une minorité maintienne ou renforce ses privilège. Bien entendu que l'on remarque dans cette différence, c'est que les marketings des deux parties ne travaillent pas pour la même minorité!... Mais, le groupe de ceux qui profitent réellement font toujours partie d'une faible minorité qui s'engraisse sur une forte majorité.

Une dernière chose: Si le siège éjectable est assorti d'un joli parachute, je veux bien m'y asseoir aussi!
Et, malgré l'initiative Minder, il en est exactement de même que pour le salaire des Boss, aucun souci, le système trouvera ou a même déjà trouvé la parade.

Écrit par : Père Siffleur | 17/10/2013

«Mais généraliser tout les grand PDG dans le camp des irresponsables est franchement réducteur.»

Vous avez raison. Il y en a qui font très bien leur travail, assument et dont ne parle jamais. Et puis il y a ceux dont on parle souvent et que l'on raille ou que l'on jalouse parce que atypiques. Par ex. Kamprad avec ses milliards et sa vieille Volvo. Personnellement, cet homme m'est sympathique, parce qu'il a créé une grande boîte et que sa richesse ne lui est pas montée au crâne. Pas comme ces gougnafiers du désert avec leurs robinetteries en or massif.

Ce qui me dérange chez les riches, c'est quand ils jouent les riches pour narguer les pauvres.

Écrit par : petard | 17/10/2013

@ Pierre Siffleur,

J'a pas grand chose à contester dans votre commentaire. A part ces deux propos.

" Même si l'initiative 1:12 devait passer, elle ne serait d'aucune utilité.
Premièrement le contrôle en serait quasi impossible et, même avec une armée de fonctionnaires pour courser les fraudeurs, les vrais boss auraient toutes une panoplie de moyens afin de contourner la loi. "

Ce sera surtout plus facile de contourner cette loi dans les pays où elle n'existe pas. Le risque est que quand on a été capable de voter pour une loi pareil il sera facile d'en pondre d'autres par la suite pour justement empêcher d'y contourner facilement. C'est bien la liberté d'entreprendre qui sera mis à mal. Les investisseurs iront là où l'état est plus libéral avec les entrepreneurs. Au lieu de chercher des échappatoire à une loi en vilipendant de l'argent en juristes et autre.

" La seule chose importante qu'il faudrait réformer c'est l'Homme lui-même ".

On ne réforme pas la nature humaine. Seul les nazis, les communistes et autres idéologie de type croient à l'émergence de l'homme nouveau sur décret. Par contre vouloir corriger les excès du capitalisme c'est du domaine du faisable. Mais pas en ingérant l'état dans l'économie privée. Il faut surtout savoir de quel excès on veut bien parler. Il faut pas non plus substituer la responsabilité individuelle par des lois. Tant qu'un revenu d'un PDG même excessif n'est pas issue de pratiques malhonnêtes ( vol extorsion, racket, trafic illégale etc...) cela reste du domaine de la responsabilité individuel des dirigeants et des propriétaires de l'entreprise.

Dans un autre registre: quand j'entend tout ceux qui s'offusquent et trouvent scandaleux que des dirigeants à qui des multinationales leur offres des millions de revenu annuelle; cela devrait logiquement voir ces entreprises perdre l'essentielle de leur clientèle. Tout le monde en Suisse pestait contre Ospel et l'UBS. Mais la clientèle d'UBS qui résident en suisse n'a pas pour autant boycotté en masse UBS.

Essayer aussi de trouver des personnes qui défendent les grandes surfaces ( Migros Coop etc..) face aux petits commerces de l'alimentation qui souffriraient de cette concurrence des grandes surfaces. J'ai des doutes que vous allez en trouver énormément. Le discours dominant sera toujours du coté des petits commerces. Mais il me semble que si ces discours en faveur des petits commerces étaient cohérent les gens iraient plutôt chez l'épicier du coin et beaucoup moins dans les grandes surfaces et on ne parlerait plus des difficultés des petits commerçant face aux grande surface.

Avec cela je veut en revenir que l'état n'a pas à se mêler de la politique salariale et autres d'une entreprise privée. N'oublions pas que les entreprises privées font leur bénéfice et qui servent à payer leurs PDG, le font en vendant leurs produits à leurs clientèles qui est justement les gens qui vivent dans notre sociétés. Cela ne sert à rien de gueuler ou de nous faire croire que tout le monde gueule contre des pratiques salariales et de marketing qui ne seraient pas éthiquement correct et de continuer d'être leurs clients.

@ Pétard,

D'accord avec votre commentaire.

Écrit par : D.J | 17/10/2013

Monsieur D.J.

Pour la première de vos remarques je n'entrerai pas en matière!... Inutile! Tant que l'économie supplantera la politique...

Pour la seconde, je suis d'accord avec vous. Mon clavier a "fourché", je me suis planté. Il eût fallu écrire:
"La seule chose importante: il faudrait que l'homme se réforme lui-même"
en lieu et place de:
"La seule chose importante: (c'est) qu'il faudrait réformer c'est l'Homme lui-même".

Personnellement, je suis perduadé que cet Homme disparaîtra avant toute transformation. Les autres espèces qui continueront à vivre sur Terre ne s'en porteront certainement pas plus mal.
Chaque espèce "pense" être éternel... et pourtant! Le Tyrannosaure, lui aussi, était persuadé se reproduire jusqu'à la fin des temps.

Vous pouvez, malgré tout, rester sans crainte, les Libéraux de l'Extême ont encore quelques beaux jours devant eux avant l'extinction totale de l'espèce humaine!... Et plus il y a de tels Libéraux, plus Libé râle!

Écrit par : Père Siffleur | 18/10/2013

Les commentaires sont fermés.