11/02/2015

Ce n’est pas ainsi qu’on soutient efficacement les familles…

L’initiative du PDC, autoproclamé « parti des familles » (même s’il ne rechigne pas à s’attaquer aux plus modestes d’entre elles comme on le verra plus loin), part d’un bon sentiment. Qui, en effet, peut se permettre d’être contre le fait « d’aider les familles » ? Mais pour soutenir vraiment les familles qui ont besoin de soutien, point n’est besoin de soutenir l’initiative populaire « Aider les familles ! Pour des allocations pour enfant et des allocations de formation professionnelle exonérées de l’impôt ». Il vaut plutôt la refuser, tant cette initiative aussi coûteuse qu’injuste risque de porter préjudice aux familles des classes moyennes et modestes, lesquelles seront de toute manière exclues du cercles de ses bénéficiaires.

1 à 3 milliards de pertes fiscales

C’est en effet un initiative coûteuse. Très coûteuse, même : entre un et trois milliards de pertes de recettes fiscales pour la Confédération (qui subit déjà un programme d’économie), les cantons (dont la majorité subit des programmes d’économies) et les communes (dont on connaît aussi les difficultés financières). Elle est si coûteuse que la Conférence des directeurs cantonaux des finances, parmi lesquels de nombreux membres du PDC (notamment son président), recommande au peuple de rejeter l’initiative. Il faut dire que les initiants n’ont pas fait la moindre proposition sérieuse pour compenser ces pertes. Ils ont bien essayé d’avancer que l’on pourrait utiliser les gains extraordinaires que la BNS s’apprête à reverser aux cantons, mais cette idée de café du commerce néglige que les pertes de recettes ne seront pas uniques, mais pérennes.

Aider les familles… très aisées

Le coût de l’initiative ne serait sommes toute qu’un problème annexe si elle apportait un soutien réel et substantiel aux familles modestes et de la classe moyenne. Malheureusement, il n’en est rien. D’une part, parce qu’environ 40% des familles ne paient pas d’impôt direct. Pour cette raison, ces dernières ne verraient pas leur facture d’impôt baisser, car elle est déjà à zéro. D’autre part, en raison de la progressivité de l’impôt, ce sont les contribuables très aisés qui bénéficieront d’une baisse substantielle d’impôt, cependant que les familles de la classe moyenne ne toucheront que quelques clopinettes. Plutôt que les exemples de calculs farfelus présentés par les initiants (qu’un rapide passage dans le simulateur fiscal de l’Administration fédérale des contributions suffit à décrédibiliser), prenons à titre d’exemple les cas de trois familles lausannoises :

  • Un ménage de deux parents avec deux enfants disposant d'environ 20'000 francs par mois de revenu brut aurait droit à une réduction de 2478 francs.
  • L'économie ne serait de 1372 francs pour un revenu de 9600 francs.
  • Elle se réduirait à 314 francs pour un salaire de 4000 francs.

Bref, en cas de oui à l’initiative, la familles très aisée (qui n’a pourtant pas besoin de soutien) pourra se payer une semaine de vacances supplémentaire alors que la familles de la classe moyenne pourra tout au plus s’offrir une journée à ski. Et n’oublions pas qu’une famille gagnant moins de 3300.—Fr. par mois ne paie pas d’impôt direct du tout et ne touchera donc rien !

Attention au retour de bâton de l’austérité

Les mesures d’austérité que subit actuellement la population de la majorité des cantons donne un aperçu de ce qui pourrait arriver en cas d’acceptation de l’initiative. Pour compenser les pertes faramineuses précédemment évoquées, les cantons auraient le choix entre augmenter la dettes, augmenter les impôts pour tous les contribuables ou aggraver l’austérité. Or, les mesures d’austérité actuelles touchent surtout… les familles des classes moyenne et modeste. Parmi les prestations réduites ou supprimées, on trouve, en vrac : subsides pour les primes d’assurance-maladie, aide au logement, soutien aux crèches, bourses d’études, rabais pour les frais de transports publics, etc. Par exemple, en Valais, 21'000 familles ont été privées de subsides pour les primes d’assurance-maladie (qui grèvent pourtant fortement leur budgets), avec le soutien… du PDC, qui se fiche en réalité pas bien mal de la situation des familles. Au final, il y a donc fort à parier que la très grande majorité des familles perdent beaucoup plus que les quelques francs que l’initiative leur accorderait.

En bref : une initiative certes bien intentionnée, mais aussi coûteuse qu’injuste. Je voterai donc non.

Commentaires

Pour une fois - chose rare ! - je suis d'accord avec vous.

Bonne journée

Écrit par : Marie | 12/02/2015

Jean-Christophe, nous ne partageons pas le même avis sur cette question, c'était à prévoir:-) Je ne vais pas reprendre ta démonstration point par point mais juste une chose que je ne peux pas laisser passer: l'initiative va rendre un fier service aux ménages de la classe moyenne, même inférieure! Si on prend un couple lausannois avec deux enfants et 5'000.- de revenu mensuel, l'économie s'élève à 1'000.-, et davantage même si l'on considère que les subsides LAMal p.ex. sont adaptés au revenu diminué. Et ici ma question: 1'200 à 1'300.- de plus à disposition pour un ménage relativement modeste ne représentent-ils pas une aide concrète? Une fois de plus, le PS (qui au passage avait soutenu l'initiative Meier-Schatz au parlement!) s'illustre par une approche dogmatique des problèmes, loin de la vie réelle des ménages!

Écrit par : Axel Marion | 12/02/2015

Cher Axel, les querelles de chiffres ne nous mèneront pas loin ;) En revanche, comment comptes-tu financer les 1 à 3 milliards manquants (en sachant que les comptes de la Confédération, pour la première fois depuis 10 ans, affichent un déficit de 120 millions...)? Et en tant que député, quelles économies préconises-tu au niveau du canton pour faire face aux pertes annoncées par le Conseil d'Etat? Et dans les communes?
Et d'une manière générale, comment justifies-tu qu'une famille gagnant 20'000.--Fr. par mois reçoive une aide supplémentaire, alors qu'il n'y aura rien de plus pour une famille qui ne paie pas d'impôts directs? Je me réjouis de lire ta réponse!

Chère Marie, une fois n'est pas coutume! Belle journée à vous aussi!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 12/02/2015

@ Axel Marion : lorsque vous parlez des subsides LAMal et citez Mme Meier-Schatz, cela me fait doucement sourire ... et pour cause !

Mme Meier-Schatz est connue pour avoir des "entrées" dans des caisses maladie selon le site internet de l'Administration fédérale : CSS - Intras - Sanagate et pas qu'une fois !

M. le Conseiller national Schwaab a raison et je voterai un grand NON. Son texte est très bien documenté comme toujours.

Il ne faut pas oublier non plus que dans les procédures de divorce, les allocations familiales sont versées à celui qui a la garde des enfants en général la mère qui, pour s'occuper des enfants travaille souvent à temps partiel et qu'elle paie en général très peu d'impôts, voire pas du tout : défiscaliser quoi ? RIEN !

De plus, souhaitez-vous que les cantons/communes/Confédération continuent dans les chiffres rouges pour faire comme la grande partie des pays européens ? on suit le mouvement pour faire joli dans le décor ?

Voulez-vous payer encore plus d'impôts : le PDC et ses membres peut-être mais pas moi ?

Écrit par : Marie | 13/02/2015

@Jean-Christophe: je reviens volontiers sur les points que tu soulèves.

1) Les pertes fiscales sont à relativiser puisque les montants se répartissent à tous les niveaux du système. P.ex., au niveau vaudois la diminution cumulée pour le canton (qui continue à faire des bénéfices monstrueux, au passage...) et toutes les communes serait d'env. 75 millions, ce qui n'est pas la mer à boire. Selon moi, des recettes nouvelles intelligentes (p.ex. augmentation de la TVA pour les biens de luxe, ou renforcement des taxes sur les véhicules polluants) ou des baisses de charges ciblées (l'armée p.ex.) sont des solutions parfaitement envisageables. D'un autre côté, l'argent rendu aux familles sera réinjecté dans l'économie par la consommation, et donc créera des rentrées via la TVA et les bénéfices des sociétés. Petite pique au PS au passage: vous acceptez la réforme fiscale des entreprises III qui fait baisser de 400 millions les rentrées dans le canton, mais refusez une baisse plus faible pour les familles...Quelle logique?

2) Je n'ai jamais nié que les ménages plus aisés auraient un gain plus important. C'est d'ailleurs lié à la progressivité de l'impôt, un principe que je soutiens au plus haut point. Par contre les opposants font preuve de malhonnêteté lorsqu'ils prétendent que les ménages modestes n'y gagneront rien. C'est tout simplement faux, et une enquête du journal Tout compte fait - pas spécialement à droite - le démontre: www.toutcomptefait.ch/files/tableau-alloc.jpg. D'autre part, même si c'est politiquement incorrect, j'insiste pour dire que 1'000.- de gagné pour un ménage modeste ont plus de valeur que 2'500.- pour un ménage aisé, car son utilité réelle dans le budget du ménage est incomparablement plus élevé. Le choix de la gauche est malheureusement de dire: "on m'offre un cadeau, mais comme celui du voisin est plus gros, je le refuse". C'est bel et bien ce que j'appelle du dogmatisme.

@ Marie: j'entends bien vos remarques. Juste une chose: Mme Meier-Schatz incarne l'aile la plus sociale du PDC et est un modèle d'intégrité. M. Schwaab pourra certainement vous le confirmer.

Écrit par : Axel Marion | 14/02/2015

C'est inéquitable et contraire à la loi fiscale. Tout revenu doit être déclaré et imposé. SAUF l'aide sociale et les PC. Nous allons donc nous tirer une balle dans le pied, car un oui donnera un nouveau levier pour tous ces immigrants à l'aide sociale (se référer aux articles d'hier) qui vont avoir encore, en plus, des * allocations "à l'œil" sans compter qu'ils ont déjà les subventions pour les primes lamal.

* les allocations sont payées par des caisses paritaires dont les cotisants sont les employeurs et les employés. (Il en va de même quand elles proviennent des caisses de compensation, se sont les indépendants qui les paient)

Merci pour nous!

Meier-Schatz un modèle d'intégrité!!! Alors que l'on sait qu'elle a été en première ligne lors de la première fronde pour évincer Ch. Blocher en 2007!

Écrit par : Corélande | 14/02/2015

Cher Axel, je te sais gré de vouloir trouver des recettes nouvelles, mais il faut bien avouer que ça risque d'être difficile:
- Augmenter la TVA? Il faut modifier la constitution fédérale. Quand on voit comment ça a été dur pour l'augmenter en faveur de l'AI, j'ai des doutes.
- Nouvelles taxes sur l'énergie? Le résultat de dimanche risque de montrer que c'est aussi assez difficile.
C'est une bonne chose que tu évoques la réforme de l'imposition des entreprises III. Contrairement à l'initiative du PDC, elle risque malheureusement d'être inéluctable et sa facture, tu le soulignes, sera exorbitante. Il n'est donc pas raisonnable d'aggraver les choses, surtout quand on constate que les comptes de la Confédération viennent de passer au rouge.
Quant à ton commentaire sur l'attitude du PS qui dirait "on m'offre un cadeau, mais je le refuse parce que mon voisin reçoit plus", c'est une interprétation à mon avis erronée. Nous refusons ce cadeau non pas parce que celui du voisin est plus (perso, je fais plutôt partie de ceux qui profiteraient à fond de la défiscalisation, mais ma situation financière fait que je n'en ai pas besoin), mais parce qu'il est inéquitablment réparti et coûteux. Quant à dire que les plus aisés réinvestiront l'argent reçu dans la consommation, permets-moi d'en douter. Quand on gagne 20'000.-Fr. par mois, quelques centaines ou milliers de francs de plus ou de moins ne font pas la différence. On sait qu'à partir d'un certain revenu, la consommation n'augmente plus avec la croissance du revenu. Les ménages aisés mettront cet argent sur leur compte-épargne et la collectivité n'en retirera rien du tout. Si baisser les déductions fiscales renforçait la consommation, ça se saurait!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 15/02/2015

Cher Axel,

Béatrice Wertli, secrétaire générale du PDC Suisse a déclaré dans la "Neue Luzerner Zeitung" que le PDC "soutient tous les paquets d'austérité" en vue de boucher le trou creusé par l'initiative. Concrètement, quelles mesures d'austérité soutiendras-tu / demanderas-tu dans le canton?

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 17/02/2015

Le Matin Dimanche:
"Firmenich a confirmé la présence de ces travailleurs sur son site mais affirmé n'avoir pas connaissance leurs conditions salariales: "Celles-ci dépendent de leur employeur, "Stefanini", a indiqué un porte-parole..."

Pourtant Firmenich devrait être au parfum!... Non!
Cela ne fait que prouver qu'il est des parfums qui peuvent ne pas sentir la rose... Firmenich c'est pas d'la rose... Crois-moi! Et, même si s'en étaient, elles auraient de très grandes et belles épines.

Écrit par : Père Siffleur | 19/02/2015

Le Père siffleur, toujours prêt à tomber dans tous les pièges...
Si Firmenich est responsable de tous les maux de la planète, c'est parce qu'il est suisse. Comme Nestlé, coupable du crime épouvantable de mettre de l'eau en bouteilles.
Stefanini est du Brésil, donc tout lui est pardonné, puisque c'est le tiers-monde chéri de la gauche bobo la plus stupide de la planète...
A ce que l'on sait, Firmenich a engagé une boîte d'informatique pour un contrat quelconque. Que cette boîte sous-paie ses employés est scandaleux, mais c'est elle la responsable en premier lieu. Alors parlons d'elle en premier lieu aussi !

Écrit par : Géo | 19/02/2015

Les premiers à être tombés dans un piège, ce sont des employés roumains engagés par une firme brésilienne ayant un contrat avec une société suisse.

Selon Géo, DSK et Firmenich, même combat !
Le premier fait des «galipettes» sans savoir qu’il a affaire à un souteneur et à des esclaves sexuelles, le second économise des «pépettes» sans savoir qu'il à faire à un esclavagiste et à ses esclaves. Donc, ainsi que DSK, Firmenich doit être blanchi.
L'important n'est pas l'odeur qui se dégage de la seconde affaire… le fric n'en a pas. L'important est de sauver les apparences.

Et dans le domaine des apparences, Géo est un champion! Il commence par dire que je suis tombé dans le piège, donc que j’ai tout faut !
Mais, afin de ne pas paraître partial, il finit par dire que Firmenich est responsable également... Bon, Il le dit du «bout des lèvres», il ne l’écrit qu’entre les lignes. Il note que ce n’est pas Firmenich, mais un autre qui est responsable «en premier lieu»…
Attendez!... S'il existe un premier lieu, il devrait également en exister un second, forcément ! Sinon Géo aurait écrit «seul responsable»… Non ?... Mais, dès lors, qui est ce second responsable?... Personne ?
Mais qui est «Personne»? Un nouvel Ulysse? Ou, si ce n’est vraiment personne, Messire Géo -Grand défenseur des "Gros" et pourfendeur des "Petits"- aurait dit que, puisque l'argent n'a pas d'odeur, il n'est pas possible que Firmenich puisse avoir une quelconque responsabilité...
Pourtant, il ne l'a pas dit ! Ainsi que déjà mentionné : il fait attention aux apparences... Celles d'impartialité que pourtant il foule régulièrement aux pieds... En faisant très attention de ne pas garder par trop de boue aux godasses !

Écrit par : Père Siffleur | 19/02/2015

Vous mélangez l'inculture et le gâtisme au point de devenir aussi raciste que le journaliste du Matin Dimanche, PS. Ce n'est pas parce que ce sont des Brésiliens que ce sont des irresponsables juridiquement et commercialement parlant. De toute bonne foi, une entreprise suisse a confié un mandat à une entreprise pour gérer son informatique. Cette entreprise n'est pas une sous-traitante comme l'indiquait l'idiot du Matin, parce que Firmenich fait dans le parfum et non dans l'informatique. Cette entreprise n'a pas respecté les conditions-cadre de notre pays, cela a été révélé et elle sera sanctionnée. Firmenich n'a pas à être tenu responsable de son mauvais comportement. A moins d'être raciste...

Écrit par : Géo | 19/02/2015

Messire Géo,

Je ne mélange pas, j'additionne inculture et gâtisme! Dans le même temps vous divisez le monde en deux parties: les idiots et les autres.
Et, bientôt, à force d'en ajouter à votre liste, vous serez en mesure de dire que vous êtes seul à ne pas l'être.

Et à propos de racisme, je veux bien être raciste, si c'est vous qui le dites.
Il n'en reste pas moins que vous avez écrit "en premier lieu", donc qu'il existe un second lieu... Et que, de ce fait, vous admettez malgré tout, une certaine responsabilité de la firme Firmenich.
Vous n'êtes donc simplement qu'un chouia moins raciste que moi!... Ou alors, vous êtes vous-même l'idiot que vous n'imaginiez pas!

Écrit par : Père Siffleur | 19/02/2015

Ouais, c'est ça, continuez de barboter dans votre pataugeoire. Y a que les petits qui se mouillent, les gros sont bien à l'abri et toutes ces sortes de choses populistes...

Écrit par : Géo | 19/02/2015

Les commentaires sont fermés.