30/06/2015

Saisie du temps de travail: pourquoi est-ce important?

Le contrat de travail, c’est du temps contre de l’argent. Et c’est aussi l’obligation de l’employeur de protéger la santé de ses employés. Or, une prolongation chronique de la durée du temps de travail (p. ex. le fait de passer régulièrement 10h et plus au travail par jour) entraîne des atteintes, parfois irréversibles, à la santé. Il est donc capital que les salariés 1. sachent précisément combien d’heures ils ont passé au service de leur employeur (ne serait-ce que pour savoir combien il leur doit) et 2. qu’ils sachent si les limites maximales prévues par la législation sur le travail sont respectées (et donc si leur travail ne fait pas courir de trop grands risques à leur santé). Enfin, un employeur qui gère correctement son entreprise doit pouvoir savoir avec précision combien lui coûte le travail de ses employés, ne serait-ce que pour pouvoir facturer correctement ses prestations à ses clients. Pour toutes ces raisons, il est nécessaire de saisir de le temps de travail, ce à quoi tous les employeurs qui emploient du personnel soumis à la LTr sont actuellement obligés (art. 73 OLT 1).

Or, cette obligation n’est pas respectée depuis plusieurs années dans de nombreuses branches, parfois avec la complicité des autorités cantonales. Ainsi, dans le canton de Zurich, les inspecteurs du travail ont eu l’interdiction de contrôler la saisie du temps de travail, malgré l’obligation faite aux cantons de faire appliquer la LTr à la lettre. Inutile de dire que sans saisie des heures, il est très ardu, pour ne pas dire impossible de savoir si les limites maximales de la durée du travail sont respectées, alors qu’elles sont censées protéger la santé des travailleurs. Par ailleurs, un projet pilote d’allègement de la saisie du temps de travail mené par les partenaires sociaux dans le secteur bancaire a montré que, si les salariés sont plutôt globalement satisfait d’un allègement de la saisie du temps de travail « fondée sur la confiance », ce système les pousse à accumuler les heures supplémentaires jamais compensées ni payées. Nous sommes donc en présence de travail gratuit, ce qui n’est certainement pas dans l’intérêt des salariés, tant au niveau financier que de leur santé. On sait qu’en effet, le stress au travail, qui coûte au bas mot 10 milliards de francs chaque année à l’économie, est en augmentation constante, en particulier dans les branches qui, comme les banques, ont abandonné la saisie du temps de travail. Dans ce contexte, les deux motions, une du PDC au Conseil des Etats et une autre de l’UDC au conseil national, qui visent à supprimer la saisie du temps de travail, apparaissent comme particulièrement déraisonnables.

Certes, pour certains salariés qui disposent d’une autonomie réelle en matière d’organisation de leur journée de travail, un allègement de la saisie serait justifiable (à condition que l’on puisse tout de même vérifier que cette autonomie n’est pas un alibi et que les durées légales du travail sont respectées). Il convient donc de saluer d’une part la volonté du SECO de réintroduire un contrôle strict de l'enregistrement du temps de travail et d’autre part de permettre un allègement pour les salariés précédemment évoqués, pour autant que les partenaires sociaux se mettent d’accords sur les conditions. Dans le secteur bancaire, les partenaires sociaux ont déjà fait leur travail et ont récemment conclu un accord prêt à être appliqué dès l’entrée en vigueur de la modification de l’ordonnance envisagée. Il est d’ailleurs piquant de constater dans ce contexte que bon nombre de ceux qui prônaient « un renforcement du partenariat social » lors de diverses campagnes de votations s’opposent aujourd’hui à un projet qui renforce les compétences desdits partenaires sociaux…

Commentaires

" Or, une prolongation chronique de la durée du temps de travail (p. ex. le fait de passer régulièrement 10h et plus au travail par jour) entraîne des atteintes, parfois irréversibles, à la santé. "

On reconnais bien là les socialistes. Ils décrètent qu'à partir de x temps de travail cela est mauvais pour la santé du travailleur. Peut-importe qu'un travailleur dit à un socialiste que travailler plus de 10 heurs par jour c'est mon problème, j'aime bien le faire ça me rapporte plus d'argent et que ma santé ne regarde que moi. Mais le socialiste qui sait mieux que le travailleur sur ce qui et on ou mauvais pour lui ira jusqu'à lui interdire de travailler plus de x heurs de travail par jour en se foutant bien de son avis. Cela s'appel de la dictature.

Bref syndicaliste socialiste vous feriez mieux d'utiliser vote énergie pour faire respecter un accord contractuelle non respecté comme vos exemples de travail supp. non rémunéré. Mais arrêtez de vouloir prétendre savoir mieux que les travailleurs ce qui est bon ou mauvais pour eux surtout quand certains travailleurs vous diront que ça leur pose aucun problème de travailler le dimanche, à minuit ou à noël.

D.J

Écrit par : D.J | 30/06/2015

Le temps de travail d'un ancien collègue de travail.

1. 06:00 - 08:30, nettoyeur de bureaux
2. 08:30 - 17:30, magasinier dans un dépôt
3. 18:00 - 20:00, nettoyeur société multinationale

TOTAL = 16 heures par jour en dehors du domicile, pour les trajets entre les divers emplois, etc.

Emploi du revenu :

1. villa dans pays natal,
2. deux leasings pour des voitures allemandes ( 1 4x4 + 1 coupé sport),
3. loyer + assurances maladies pour famille composée de 4 personnes,
4. évidemment ... alimentation, cigarettes, etc.

Si quiconque désire copier la loi Aubry (35 heures), il est libre d'aller vivre en France, merci à la libre circulation UE.
Les migrants, ne désirent pas seulement une protection (cas de guerre), mais aussi des revenus (peu importe la manière : deal de drogue, emploi légal), pour faire vivre la famille au pays.

Il est légitime de vouloir bien gagner sa vie et vous le savez bien.
Si vous connaissez des personnes qui ne veulent pas gagner au delà d'un certain montant, faites le moi savoir.

Ceux qui jouent aux loteries, s'en moquent de savoir qu'il y a un jackpot de 10, 20 ou même 100 millions (€/CHF), ce qu'ils visent tous, c'est le gain.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 01/07/2015

DJ, je ne décrète rien du tout. Ce sont de nombreuses études médicales qui attestent que travailler trop longtemps est dangereux pour la santé. Et ce sont les assurés/contribuables qui doivent assumer ces coûts. Si vous êtes d'accord de les voir augmenter et de payer, grand bien vous fasse.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 01/07/2015

"Et ce sont les assurés/contribuables qui doivent assumer ces coûts." Ouh, ouh, réveillez-vous, M.Schwaab. Nous vivons dans un monde qui non seulement permet mais favorise la pratique du foot, du ski et autres sports dangereux. Vous avez vu le nombre d'accidents ? Et fumer, ils ont encore le droit de fumer les travailleurs ? Les tribunaux (maintenant que la plupart des juges sont d'extrême gauche) sont là pour interdire aux employeurs de contrôler leur taux d'alcoolémie...

La santé est un marché comme les autres et les Suisses savent le gérer, en favorisant le luxe comme dans l'horlogerie, en faisant semblant de former des médecins mais en réalité en important ceux des pays plus pauvres qui ne peuvent les garder. Les banquiers suisses ont compris qu'il était légèrement gonflé de vouloir à tout prix baiser le fisc américain - je dis ça, mais je n'en suis pas sûr du tout - mais la pharma pense qu'on ne voit pas que Lucentis et Avastin sont constitués de la même molécule. Il y a un petit côté naïf chez les Suisses. Curieux que Voltaire, à l'esprit si brillant, n'ait pas vu que si un banquier suisse saute par la fenêtre, il y a de fortes chances qu'il se casse la gueule en bas...

Écrit par : Géo | 02/07/2015

Géo, vous parlez justement d'une addiction au tabac, comme fumer ...
Lisez donc l'article ci-joint ...

http://www.rts.ch/info/suisse/6908997-l-assurance-maladie-doit-assumer-les-couts-des-comas-ethyliques.html?rts_source=rss_t

Moi je fume et bien je vais demander à mon assurance maladie de me remplacer les poumons, quand ils seront abimés.

Et je vais arrêter de faire l'Amour avec une capote et si jamais je choppe le SIDA, je vais demander la trithérapie.

Merci les Socialistes de me permettre de devenir complétement irresponsable !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 02/07/2015

Et dire que les Socialistes réfléchissent à accorder le droit de vote dès l'âge de 16 ans ... à des poivrots ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 02/07/2015

Les commentaires sont fermés.