25/09/2015

LAMAL : comment la droite prépare la suppression du libre choix du médecin

Lors du vote sur la caisse publique, nous avons assisté à un magnifique bal des hypocrites. De nombreux élus de droite ont prétendus, à tort, que la caisse publique « supprimerait le libre choix du médecin ». On sait en effet que les Suisses sont, à juste titre, attachés à cette liberté, fondamentale pour entretenir une relation de confiance. Mais, presque en même temps, toute la droite et tout le centre ont voté une motion qui demande justement… la suppression du libre choix du médecin. Seuls le PS et les verts s’y sont opposés. En ce qui concerne les élus vaudois, même tableau : seuls les socialistes et les verts ont voté non (résultat du vote).

La « liberté de contracter », c’est la fin du libre choix du médecin.

Cette motion, déposée par le deuxième vice-président du Conseil UDC et stipendié de santésuisse Jürg Stahl, cache bien ses intentions. Comme exiger la suppression du libre choix du médecin ne serait sans aucun doute pas très populaire, elle demande la perfide « liberté de contracter » pour les assureurs-maladie. Cette « liberté » est en fait celle de choisir les médecins qui seront remboursés par les assurances. C’est donc la suppression du libre choix du médecin, car, si le vôtre n’est pas remboursé par votre caisse-maladie, soit vous le payez de votre poche, soit vous en changez. Vous pouvez aussi changer de caisse-maladie, en espérant que la nouvelle continue à rembourser votre médecin, ce qui n’est pas sûr, car elle aussi a la « liberté de contracter » avec lui.

 

Hausse des primes pour les personnes âgées et les malades chroniques

Cela pourrait avoir des conséquences dramatiques pour les malades graves ou chroniques, les patients âgés et autres « mauvais risques ». Comme, même s’ils ne peuvent absolument rien à leur état de santé, ils « coûtent » plus cher, un médecin qui en a beaucoup dans sa patientèle « coûtera » aussi plus cher que celui qui a plus de patients jeunes ou moins souvent malades. Le premier aura de fortes chances d’être exclu du remboursement, car de nombreux assureurs-maladie feront usage de leur « liberté » de ne pas « contracter » avec lui. Et les assureurs qui feront tout de même le choix de contracter avec ces médecins auront des primes plus élevées, car elles auront plus de « mauvais risques ». Pour les personnes âgées ou celles qui souffrent de maladies chroniques, cela signifiera une hausse des primes… ou la fin du libre choix du médecin, car, pour rester dans une caisse « bon marché », on se fera attribuer un médecin, qui pourra changer chaque année. Et tant pi si on ne parvient pas à établir une relation de confiance avec lui…

Il y a fort à parier que le centre et la droite vont profiter du choc de la hausse des primes annoncée hier pour faire avancer leur proposition de supprimer le libre choix du médecin. Il faut dire que ce n’est pas leur première tentative : un contre-projet à une initiative l’UDC a déjà été coulé par le peuple en 2008. Isabelle Moret (PLR/VD) déclare aujourd'hui dans "Le Matin": "Certaines prestations doivent être revues à la baisse. C'est la priorité du PLR". Voilà qui est clair!

Le premier acte de résistance contre ces plans est de voter socialiste le 18 octobre.

Commentaires

Tout d'abord, permettez-moi de vous féliciter pour votre déclaration - parue ce jour dans Le Matin - face aux "aînés": il est vrai que nous passons pour des personnes pratiquement inutiles, coûtant très chères, sauf pour celles qui gardent leurs petits-enfants car elles deviennent- bizarrement - utiles à la société !!!

Ceci dit, je suis tout à fait d'accord avec vous en ce qui concerne la "liberté de contracter ou pas" ... je suis dégoûtée de l'attitude de certains politiciens pour qui tout est cher sauf ... eux !

Je vous souhaite un excellent dimanche !

Écrit par : Marie | 27/09/2015

Merci pour votre commentaire, Marie. Je vous souhaite aussi un très beau dimanche!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 27/09/2015

Je me pose la question de savoir si vous êtes contre cette fin du libre choix du médecin ne viendrait tout simplement pas que cette idée n'est pas une idées des socialistes? Car si on dresse la liste de tout ce que les socialistes veulent restreindre en matière du droit du libre choix en général on en remplirait un dictionnaire de 1000 pages.

D.J

Écrit par : D.J | 28/09/2015

La suppression du libre choix du médecin, les affiliés ont, dans leur intérêt, le devoir de la refuser.

Il ne s'agit plus de médecine, "art touchant au sacré", mais d'éhontée entreprise commerciale "pas forcément prévue" par Madame Dreifuss et ses amis autrefois mais par eux imposée alors qu'à son départ, chérie par l'ensemble des assurés, ne "devant causer aucune difficulté" quant au montant des primes et... "facultative".

Le rapport médecin et désormais "client" alors qu'il s'agissait d'être "patient", le contact qui s'établit pas forcément étranger au contact psy et analysant est indispensable et joue un rôle parfaitement connu en ce qui concerne le déroulement du processus de guérison.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28/09/2015

Hélas pour vous, DJ, au vote, seuls le PS et les verts ont soutenu le maintien du libre choix du médecin. Je comprends que vous soyez fâchés avec vos amis du PLR ou de l'UDC. Cette histoire va peut-être vous permettre de réviser vos clichés...

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 29/09/2015

Plutôt que de vous en prendre à la droite vous devrier vous souvenir que la LaMal est l'oeuvre de Dreifuss et du PS. Lors de la votation pour cette fameuse LaMal, Dreifuss affirmait à la TV que, grâce à cette LaMal, les primes n'augmenteraient plus et que, même, certaines baisseraient ! Je constate donc que les élus du PS sont des menteurs !

Écrit par : Gedeon Teusmany | 01/10/2015

Auriez-vous la source exacte de la déclaration de Mme Dreifuss? Et pourquoi ne pas blâmer la population, qui a accepté la LAMAL en votation?
Et n'oubliez pas que l'assurance-maladie obligatoire est un immense progrès: fini les drames où des gens perdaient tout parce qu'ils tombaient gravement malades...
Cela dit, cela fait plusieurs années que le PS tente de corriger les défauts de la LAMAL, notamment les dépenses inutiles de publicité des caisses et l'absence de compensation des risques. Le but est de modérer les primes sans diminuer les prestations. Les autres partis, qui veulent diminuer les prestations, ne peuvent pas en dire autant!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 02/10/2015

La seule solution c'est de réduire tout cela à une assurance d'hospitalisation! Pour le reste, facultatif! C'est pas normal de ne pas avoir le choix.
Tout le monde ne croit pas à ce système actuelle de surconsommation médicamenteuse pour soi-disant soigné un corps humain.
Que ceux qui veulent se gaver de produits chimiques et se faire embobiner par des médecins qui ne pensent qu'à leur tiroir caisse, paient tout seul!

Oui c'est bien à mme dreyfuss (celle qui embrassait arafat, comme sommaruga juncker) que l'on doit "ce massacre financier" des classes les plus pauvres. Tout cela pour que les gros nucards se fassent soigner à l'œil et sur le dos des autres!

Écrit par : Corélande | 03/10/2015

Vous pouvez voir le Temps Présent du 2 octobre 1997 sur internet, ce sera déjà une première possibilité mais je suppose que la TSR doit avoir en archive les déclarations dythiranbiques de cette mauvaise conseillère fédérale qui a réussi à mettre la majorité des citoyens dans la m..de !

Écrit par : Gedeon Teusmany | 03/10/2015

Les commentaires sont fermés.