28/07/2019

Les cyberattaques russes contre les élections US montrent (à nouveau) les risques du vote électronique

La NZZ a récemment présenté un rapport de la commission des services secret du Sénat étatsunien sur les tentatives russes d’ingérence dans le processus électoral de 2016. S’il est clair que les enjeux géopolitiques dépassent largement ce qui se passe en Suisse, ce rapport n’en est pas moins fort intéressant dans un contexte où diverses organisations (notamment celle des Suisses de l’étranger) et administrations (certains cantons, dont FR et NE) veulent instaurer coûte que coûte le vote électronique. Il est aussi fort regrettable qu’aucun média romand n’en ait parlé. Il est vrai que ces derniers semblent être plutôt favorables au vote électronique.

Ce rapport est très inquiétant. Il montre en effet que des hackers ont mené tentatives de manipuler les résultats dans tous les états US. Certes, il n’y a pas de preuve qu’elles aient été couronnées de succès (ce qui n’est pas de nature à rassurer, car il est possible de manipuler un résultat de vote électronique de l’intérieur sans laisser de trace, contrairement à un vote « papier » – c’est en tout cas ce que démontre une analyse du système utilisé en Suisse). Mais, dans un cas au moins, des données provenant d’un registre des électeurs ont été volées. Un autre aspect qui doit nous inquiéter : la lutte contre ces fraudes est difficile en raison du fédéralisme, en particulier de la compétence qu’on les états de gérer le processus électoral, compétence sur laquelle ils veillent jalousement. Cette situation est comparable à ce qui se passe en Suisse, où l’on assiste à un positionnement ubuesque de certains cantons, qui en viennent à ne pas vouloir abandonner le vote électronique « parce que des montants importants y ont été investis » et menacent La Poste de dommage-intérêts parce que cette dernière abandonne son système au nom de la sécurité… après avoir tenté de tourner en ridicule les sceptiques qui osaient annoncer que cette histoire allait finir en coûteux fiasco.

Autre point qui devrait faire résonner les alarmes : la Russie semble faire beaucoup d’efforts pour investiguer le fonctionnement des systèmes de vote électronique (alors qu’en Suisse, La Poste a volontairement restreint le périmètre des tests !). L’ampleur et la nature de ces activités restent toutefois soumise à conjecture, car cette partie du rapport est caviardée (p. 28). Dernier point inquiétant relevé par la NZZ, certains (en l’espèce : les républicains) semblent avoir intérêt à minimiser ces menaces, pourtant bien réelles. On assiste à la même chose dans notre pays (même si c’est pour d’autres motifs) : tous les incidents touchant au vote électronique ont été systématiquement minimisés par les milieux favorables à son introduction. Qui ont de plus le culot de prétendre, sans la moindre preuve, que le vote sur papier serait moins fiable que le e-voting. Sans oublier leur propension à soustraire le vote électronique aux tests efficaces qui pourraient en révéler les failles.

Quoi qu’il en soit (et en comparant ce qui est comparable), il faut retenir de ce rapport que la numérisation du processus électoral ouvre de nouvelles possibilités de la manipuler. Et que certains, notamment des Etats, en ont tout à fait les moyens. Dans ce contexte, il est tout simplement irresponsable de forcer l’introduction du vote électronique, même en se cachant derrière le slogan « la sécurité avant la précipitation ». Car, à l’heure actuelle, il n’y a tout simplement pas de « sécurité » en la matière. Toute introduction du vote électronique, même sous forme de test, même limité à un public-cible restreint comme les Suisses de l’étranger doit donc être considérée comme de la précipitation.

Heureusement, en Suisse, il est encore possible d’éviter d’en arriver là, en signant l’initiative pour un moratoire sur le vote électronique.