16/10/2011

Voter à droite = baisser les rentes AVS et augmenter l’âge de la retraite

Après une première tentative avortée il y a quelques mois à peine, la droite bourgeoise revient à la charge pour baisser les rentes AVS et augmenter l’âge de la retraite. La majorité UDC-PLR-PDC de la commission de la sécurité sociale du Conseil des Etats vient en effet de décider d’augmenter d’une année l’âge de la retraite des femmes. Cette augmentation n’est que le prélude d’une augmentation généralisée, dans la droite ligne des propositions Couchepin ou de l’Union Patronale (67 ans). Pour toutes les retraitées, il s’agira de travailler plus… pour gagner moins, car, parallèlement, cette même majorité souhaite diminuer l’indexation des rentes AVS, les rentes du 2ème pilier et donc le pouvoir d’achat de tous les rentiers.

Effets néfastes sur le pouvoir d’achat

Outre l’augmentation de l’âge de la retraite, deux autres propositions menacent directement le pouvoir d’achat des retraités. Une motion PDC souhaite en effet supprimer la compensation automatique du renchérissement pour les rentes AVS et le conseiller fédéral PLR Burkhalter propose quant à lui une baisse des rentes du 2ème pilier, lui qui a pourtant inauguré son mandat sur une défaite retentissante lors d’un vote populaire portant… sur le même sujet.

Cumulées, ces diverses mesures pourraient faire perdre jusqu’à 3900.—Fr. par an sur une rente de couple et 2700.—Fr. sur les rentes des femmes.

Déni de réalité

Ces décisions sont totalement à côté de la réalité. En effet, la situation financière de l’AVS est solide, elle fait du bénéfice et les prévisions des partis bourgeois à son sujet se sont systématiquement révélées fausses. En outre, les chances – presque inexistantes – des plus de 55 ans sur le marché du travail montrent qu’augmenter l’âge de la retraite ne ferait qu’augmenter le nombre de chômeurs et de bénéficiaires de l’aide sociale âgés. Ce ne serait donc qu’un report de coût sur d’autres assurances sociales ou sur les contribuables.

L’impact des élections fédérales

Ces décisions désastreuses pour le pouvoir d’achat des retraités n’ont pour l’instant été prises qu’en commission et ne seront soumise au plénum du Parlement qu’après les élections fédérales. Il est d’ailleurs intéressant de relever que l’UDC, qui prétend défendre la volonté populaire, soutient ces mesures, alors qu’elles sont contraires à tous les derniers votes du peuple (refus de la 11ème révision de l’AVS, refus de la baisse des rentes du 2ème pilier).

Une fois les élections passées, nul doute qu’UDC et consorts n’auront plus le moindre scrupule à s’attaquer aux retraités. Heureusement, un vote intelligent des citoyens permettra de redresser la situation.

Qui souhaite défendre le pouvoir d’achat de tous les retraités n’a qu’une seule chose à faire: voter socialiste d'ici au 23 octobre!

14/10/2011

Il faut des mesures pour diminuer le stress au travail

Le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) vient de publier une enquête sur l’évolution du stress au travail et sur ces causes (Le stress chez les personnes actives occupées en Suisse - Liens entre conditions de travail, caractéristiques personnelles, bien-être et santé, Berne 2010). Ses conclusions sont inquiétantes: on constate notamment la très nette augmentation de la part des salarié(e) s qui subissent du stress sur leur lieu de travail (de 27 % à 34 % entre 2000 et 2010) et du nombre important de salarié(e)s qui doivent prendre des substances soit dopantes, soit calmantes pour «tenir le coup» face aux cadences de travail difficiles et/ou «décompresser» le soir après le travail. Ainsi, 32% des salarié(e)s ont dû prendre des médicaments en lien avec leur travail. La moitié n’en prend qu’exceptionnellement. Un quart a une consommation occasionnelle et le dernier quart consomme régulièrement. Si la grande majorité des salarié(e)s concernés estiment pouvoir «parfaitement» maîtriser le stress au travail, cette part est en net recul depuis la dernière étude.


Ces chiffres confirment malheureusement les études précédentes et nos constats comme quoi le monde du travail devient de plus en plus difficile et ce malgré les taux élevés de satisfaction au travail constatés en Suisse. Ils s’inscrivent enfin dans un contexte où la vie professionnelle est le principal facteur de stress chez les personnes qui disent en souffrir.


La publication de cette étude est l’occasion pour l’USS de réitérer ses exigences de mesures pour limiter les conséquences du stress au travail, dont les coûts annuels ont précédemment été estimés à 10 milliards de francs par an par le SECO (étude «le coût du stress en Suisse», 2000), mais que l’étude dont il est ici question n’a pas réactualisés. Cette étude nous donne également d’excellents arguments dans le cadre de toutes les discussions actuellement en cours sur l’organisation du temps de travail (révision des règles sur le temps de travail dans la LTr, horaires d’ouverture des magasins, en particulier des échoppes de station-service, modèles d’organisation du temps de travail «basé sur la confiance», travail sur appel, etc.).


Nous souhaitons ainsi supprimer les modèles d’organisation du temps de travail qui génèrent du stress, par exemple le travail sur appel, le temps de travail «basé sur la confiance» ou la disponibilité permanente, en particulier grâce aux natels, aux smartphones et à la multiplication des heures de piquet. Notre engagement contre la précarisation des rapports de travail et les bas salaires, eux aussi facteurs de stress, voit également sa pertinence renforcée par cette étude.


D’une manière générale, l’étude confirme la pertinence de notre engagement en faveur d’une baisse du temps de travail par une augmentation du droit aux vacances et une baisse générale de la durée hebdomadaire du travail. L’étude du SECO a en effet souligné qu’un temps de travail trop élevé, en particulier quotidien, est un facteur important de stress. Elle confirme également que les entreprises qui augmentent le temps de travail à cause du cours de l’euro font fausse route aussi du point de vue de la santé des salarié(e)s. La possibilité de prendre des pauses en fonction des besoins est également un facteur propre à diminuer le stress.


L’USS demande enfin une amélioration des droits de participation des salarié(e)s, car l’étude du SECO a montré qu’être impliqué dans les décisions est un des facteurs qui permet de diminuer le stress.

09/10/2011

Managed care: contrainte et rationnement pour les assurés, liberté totale pour les assureurs

Récemment adopté par la majorité de droite du Parlement fédéral, soutenue par la majorité du groupe des verts, les réseaux de soins intégrés (managed care) sont vantés par beaucoup comme étant LA mesure qui va faire baisser les coûts de la santé. Or, c’est un piège qui restreindra drastiquement la liberté des assurés (en particulier le libre choix du médecin) tout en favorisant le rationnement des soins. Pour le plus grand bénéfice des caisses-maladies, lesquelles continueront à jouir d’une liberté quasi-totale.

A la base, le principe des réseaux de soin est bon. L’USS préconise par exemple l’introduction d’un interlocuteur personnel de santé, soignant de premier recours (généraliste, pédiatre, infirmier spécialisé) à qui les assurés devraient s’adresser en premier, afin d’éviter le recours inutile à un spécialiste coûteux. Les réseaux de soins partent sur la même base, mais l’interprétation qu’en ont fait les chambres fédérales est désastreuse. Et entièrement à l’avantage des caisses-maladie (qui ne stipendient pas autant de parlementaires bourgeois pour rien…).

Contrainte pour les assurés

A coup d’augmentation de la quote-part (de 700 à 1000.—Fr. par an, de 10 à 15% par prestation) pour ceux qui ne rejoignent pas de réseau, les assurés seront fortement incités à rejoindre un réseau (pour autant qu’il y en ait un près de chez eux, voir plus bas). Et la facture pour les «récalcitrants» risque de s’alourdir bien vite, car ces plafonds pourront être augmentés facilement par le Conseil fédéral, sans passer par le parlement.

Qui rejoint un réseau y sera lié jusqu’à 3 ans, à des conditions que fixeront les caisses-maladie. Il ne sera possible d’en sortir que si les conditions d’assurance ont changé ou si les primes ont augmenté plus que la moyenne cantonale. En l’absence de ces conditions, quitter un réseau ne sera possible qu’en payant une prime de sortie. Le Parlement a même biffé la condition comme quoi quitter un réseau serait possible si la qualité des prestations venait à se dégrader. Bref, les assurés seront pieds et poings liés. Une fois pris dans les mailles du filet d’un réseau, ils y resteront prisonniers. Et, une fois dans le réseau, il perdent le libre choix de leur médecin.

Vers le rationnement des soins?

La «coresponsabilité budgétaire» (négociation entre réseau et caisse) introduite par le managed care est un instrument qui, à terme pourrait entraîner un rationnement des soins. En effet, s’il y a un bénéfice ou un déficit, il sera partagé entre le réseau… et la caisse-maladie! Bref, les acteurs auront donc tout intérêt à ce que les prestations coûtent moins cher que prévu. Ils seront donc tentés d’inciter leurs patients, en particulier les malades chroniques, à moins consommer de soins. C’est une grande nouveauté: alors qu’elles n’ont actuellement pas le droit de faire des bénéfices avec l’assurance de base (en théorie du moins), les caisses-maladie pourront désormais en faire… à condition que leurs assurés consomment moins. Par exemple en renonçant à des prestations.

Les assureurs libres comme l’air

Alors que les assurés seront accablés de contraintes, les assureurs, eux, n’en auront aucune. Ils pourront librement décider s’ils contractent avec les réseaux ou pas. Les assurés n’ont plus le libre choix du médecin, alors que les caisses-maladie, peuvent, elles, décider avec qui elles travaillent. Et choisir d’exclure les réseaux qui coûtent plus cher que la moyenne, par exemples parce qu’ils comptent parmi leurs patients de nombreux malades chroniques ou âgés. La sélection des «bons risques» va donc s’aggraver, aux dépens de la couverture générale en soins de base.

Les caisses ne seront en outre pas obligées de proposer des réseaux dans toutes les régions. Les assurés seront presque obligés de rejoindre un réseau (à moins d’avoir les moyens de payer une quote-part plus élevée), mais ne seront pas sûr que tous les assureurs leur en proposeront un près de chez eux. Certains pourraient être obligés de faire de longs trajets pour éviter de voir leur quote-part augmenter drastiquement. Ou alors conserver des soins de proximité, mais les payer beaucoup plus cher. Certes, la loi donne au Conseil fédéral la possibilité d’imposer aux caisses de proposer des réseaux dans toutes les régions, mais il ne s’agit que d’une possibilité, valable en cas de grave déficit de couverture, pas d’une obligation. Les régions périphériques ou celles dont la structure démographique laisse entendre que les coûts de la santé y seront plus élevés (p. ex. à cause de la pyramide des âges), seront prétéritées et risquent fort de n’intéresser aucune caisse-maladie, qui se concentreront sur les régions plus lucratives.

Signez le référendum!

Le managed care n’est au fond rien d’autre qu’une prise de pouvoir supplémentaire des caisses-maladie sur notre système de santé, même si ce cadeau empoisonné a été bien emballé dans un concept à la mode. Or, les caisses n’ont qu’un seul intérêt: que la palette de prestations à rembourser soit la plus petite possible et pousse le plus possible d’assurés vers les complémentaires, sur lesquelles elles peuvent faire du bénéfice, sélectionner les assurés rentables et donc elles peuvent exclure les «mauvais risques».

Les syndicats soutiennent le référendum lancé par les organisations de médecins, de patients et de retraités. Signons-le pour éviter une dégradation supplémentaire du droit à la santé! Et, pour se libérer enfin de la mainmise coûteuse des caisses sur notre système de santé, passons au plus vite à la caisse unique et publique!

Le site de soutien au référendum (la version finale de la loi n’ayant pas encore été publiée, les feuilles de signatures ne seront disponibles que dans quelques jours).