19/08/2013

Personne ne veut d’une libéralisation totale des horaires, promis!

Pauvres partisans du travail 24h/24! A peine leur reproche-t-on de ne pas vouloir se limiter à quelques «shops», qu’ils jurent leurs grands dieux que jamais au grand jamais ils n’accepteraient une libéralisation totale des horaires de travail. D’ailleurs, selon ces grands défenseurs de consommateurs brimés, le vote du 22 septembre ne porte que sur quelques saucisses à rôtir dans une poignée de shops et n’est donc pas «une libéralisation des heures d’ouverture». Et toute la bande de se confondre en promesses que leur proposition ne vise qu’à satisfaire un besoin ponctuel des consommateurs ou à introduire un «minimum de souplesse», mais que, promis-juré-craché, pas question d’aller plus loin. Une rapide analyse des faits ne tarde pas à lever le voile sur ces larmes de crocodile.

Ainsi, tous les promoteurs d’une «petite», «pragmatique», voire «insignifiante» extension des horaires qui arguent que leur proposition n’est que «ponctuelle» ou ne vise qu’à satisfaire un besoin «particulier»… soutiennent aussi les autres propositions du même acabit. Lesquelles, mises bout à bout, nous amènent gentiment mais sûrement vers le 24h/24, comme le démontre cette liste. Il ne s’agit donc pas de satisfaire des «besoins ponctuels et particuliers», ni de faire preuve de «souplesse», car sinon, tous ces «pragmatiques» refuseraient systématiquement toute autre proposition visant à étendre les horaires de travail.

Par exemple, mon collègue Christian Lüscher (PLR/GE), auteur de la proposition pour le travail 24h/24 dans les shops, a cosigné la motion Christian Wasserfallen (PLR/BE) pour prolonger tous les horaires dans tous les cantons et introduire deux dimanches de travail supplémentaires. Il a aussi appelé de ses vœux une libéralisation totale à la tribune du Conseil national (le 3 mai 2012, cf. BO CN 2012 647). Mais à part ça, il ose prétendre que sa proposition «ne mènera pas à une libéralisation complète des horaires». Et le même de pleurnicher («24 heures» du 13 août 2013): «Mon texte a été prise en otage!» Comme il a intitulé sa proposition «libéralisation des heures d’ouverture», il aurait dû s’attendre à ce que les opposants aux libéralisations des heures d’ouverture protestent.

Une libéralisation des heures d’ouverture qui en est bien une

C’est d’ailleurs le titre même de la proposition de M. Lüscher qui démontre quelles sont les vraies intentions de ses partisans: Elle est, cela a été dit, intitulée «libéralisation des heures d’ouvertures des shops de station-service». Il est donc peu crédible, voire même carrément gonflé, de prétendre qu’une proposition dont le titre est: «libéralisation des heures d’ouverture» n’est pas… une libéralisation des heures d’ouverture. Mais il n’y a pas que le titre, le contenu a lui aussi pour effet d’étendre les horaires de travail. Cette initiative vise à autoriser le travail 24h/24 dans la partie «magasin» des shops. Partie qui doit être fermée entre 1h et 5h du matin, car il n’est pas possible d’y employer du personnel. La rendre accessible n’importe quand, c’est donc bien en libéraliser les heures d’ouverture.

Cette proposition n’a ni été «mal comprise», ni «prise en otage». Elle doit donc être combattue pour ce qu’elle est réellement: une étape vers la libéralisation de tous les horaires de travail.

12/08/2013

Shops de stations-service: Voilà ce que nous empêcherons en votant «non»

Le 22 septembre, nous nous prononçons sur l’ouverture 24h/24 des échoppes («shops») de stations-service situés le long de certains axes routiers. Cette flexibilisation des horaires de travail, uniquement destinée à satisfaire les besoins de quelques consommateurs impatients, est déjà suffisamment néfaste pour les conditions de travail du personnel concerné (souvent précaire et sans convention collective) que pour la survie des petits commerces (dont les associations s’opposent aussi à la libéralisation des horaires). Mais c’est aussi un vote de principe. Un vote qui permettra de stopper, probablement pour un bout de temps, la vague dérégulatrice initiée par une poignée d’ultralibéraux, qui tente de saborder petit à petit le droit du travail en commençant par les horaires d’ouverture des magasins, ce qui force, par ricochet, d’autres branches à prolonger leurs horaires (nettoyage, sécurité, transports, livraisons, services financiers, etc.).

La liste de ces très nombreuses tentatives de prolonger les horaires de travail pour instaurer le 24h/24 par petites tranches au cours de ces 8 dernières années est éloquente:

  1. Ouvertures dominicales dans les grandes gares. En vigueur.
  2. Travail dominical et nocturne pour les apprentis dès 18 ans au lieu de 20. En vigueur.
  3. Motion Kurt Wasserfallen, pour autoriser les cantons à fixer jusqu’à 4 ouvertures dominicales supplémentaires par an. En vigueur.
  4. Motion Buttet, pour forcer les ouvertures dominicales dans les «petits commerces» des «régions périphériques». Pendante devant le Conseil national. Serait condamnée par un «non» le 22 septembre.
  5. Motion Christian Wasserfallen, pour harmoniser les horaires d’ouverture à la hausse dans tous les cantons et instaurer deux ouvertures dominicales supplémentaires (retirée au profit de la suivante)
  6. Motion Lombardi pour prolonger les horaires d’ouverture à la hausse dans tous les cantons. Pendante devant le Conseil fédéral. Serait condamnée par un «non» le 22 septembre.
  7. Motion Abate, pour étendre les «zones touristiques», donc les ouvertures dominicales, sans possibilité aucune de référendum (mais à part ça, les partisans du 24h/24 dans les shops prétendent sans rire qu’il est possible de s’opposer dans les urnes à toutes les autres tentatives de déréguler les horaires de travail). Si c’est «non» le 22 septembre, le Conseil fédéral n’aura pas d’autre choix que de mettre cette proposition aux oubliettes.
  8. Motion du groupe vert libéral pour libéraliser les horaires de travail dans tous les magasins de moins 120m2. Pendante devant le Conseil national. Serait condamnée par un «non» le 22 septembre.

Il faut noter qu’il ne s’agit que des objets traités au niveau fédéral. Dans les cantons, les attaques contre les temps de repos sont tout aussi nombreuses, voire plus radicales encore, en témoignent les initiatives du PLR pour libéraliser totalement (vous avez bien lu: totalement), les horaires d’ouverture à Zurich et à Lucerne. Fort heureusement, le peuple a mis clairement le holà à ces délires dérégulateurs.

Il faut enfin relever que certaines de ces propositions, par exemple la motion Buttet ou celle des verts libéraux, font expressément référence à la libéralisation des heures d’ouvertures des «shops», bien que celle-ci n’ait pas encore été votée, arguant qu’elle créerait de la concurrence déloyale en défaveur des petits commerces (ce qui est tout à fait vrai). C’est bien la preuve que chaque petite tranche de salami en appelle une suivante et que chaque nouvelle libéralisation partielle s’appuie sur les précédentes.

Bref, un «non» sec et cinglant au travail 24h/24 cet automne devrait calmer cette frénésie. Et rappeler que le peuple sait faire la part des choses entre intérêts des travailleurs et des petits commerces d’une part et envie de consommer d’autre part.

20/07/2013

Les touchantes inquiétudes des adversaires de «1 à 12»… et de l’AVS

Les milieux patronaux, décontenancés par leur déculottée lors du vote sur l’initiative «contre les rémunérations abusives» et probablement en train de perdre les pédales face au fort soutien de la population à «1 à 12» et aux exemples d’abus salariaux qui continuent à faire la une, prétendent avoir trouvé le talon d’Achille l’initiative des jeunes socialistes: Comme «1 à 12» fera baisser les salaires des grands patrons, l’AVS aurait moins de rentrées. De quoi inquiéter cette équipe de grands anxieux qui répètent depuis plus de 10 ans que l’AVS est ruinée, bien que la plus solide de nos assurances sociales affiche, année après année (et contrairement à leurs prédictions farfelues), un bénéfice conséquent.

Il est vrai que baisser les salaires abusifs aura un impact sur les cotisations AVS. En effet, qui gagne moins, cotise moins. Sauf qu’il ne faut pas considérer ces salaires isolément: Ce qui compte c’est la masse salariale totale. Or, il y a peu de risque de voir celle-ci baisser en cas d’acceptation de «1 à 12». Elle sera juste répartie différemment.

Quoi qu’il en soit, les craintes des adversaires de l’initiative pour plafonner les salaires abusifs ne sont que larmes de crocodiles. D’une part parce que, quand ça les arrange, ils ne se soucient guère de la santé de l’AVS. Et d’autre part, parce qu’ils font tout, feront tout et ont tout fait pour affaiblir le premier pilier.

 Où étaient ces fringants défenseurs de l’AVS lors des votes qui allaient lui coûter cher?

Il était par exemple avéré que la «réforme de l’imposition des entreprises II», qui n’a été accepté par le peuple que suite à une tromperie dénoncée, mais malheureusement pas annulée, par le Tribunal fédéral, coûte chaque année plusieurs dizaines de millions de francs à l’AVS (selon le Conseiller fédéral Merz: 150 millions), car elle incite les entreprises à verser des dividendes plutôt que des salaires. Lors de la campagne, le PS et les syndicats avaient tiré la sonnette d’alarme. Mais les partisans de ces cadeaux fiscaux dont on n’a pas encore vu l’utilité n’ont pas bronché, passant l’AVS par pertes et profis. Or, ils se trouvent être aussi les adversaires de «1 à 12». Leurs jérémiades apitoyées sur le sort de l’AVS ne sont donc que pur opportunisme, vu le peu d’empressement qu’ils ont à défendre l’AVS lorsqu’elle est vraiment privée de moyens.

Une stratégie d’affaiblissement systématique de l’AVS

Cette posture n’est finalement guère étonnante. Car, ces dernières années, les adversaires de «1 à 12» ont aussi déployé d’innombrables efforts pour affaiblir l’AVS: limitation de l’indexation des rentes, hausse de l’âge de la retraite, «frein à l’endettement» pour baisser les rentes sans recours au peuple, refus explicite des mesures qui permettraient à l’AVS de remplir son mandat constitutionnel de couvrir les besoins vitaux, campagnes paniquées prétendant que la ruine menace, etc. Fort heureusement, le peuple ne s’est jusqu’à présent pas laisser berner. Mais ils reviendront. Non pas qu’ils aient à cœur de défendre les retraites. Mais plutôt parce que, dans l’intérêt de leurs mécènes de l’assurance-vie, il faut que le premier pilier, qui échappe bêtement à la course au profit d’entreprises privées, soit le plus faible possible, histoire d’inciter les travailleurs inquiets pour leur pension à cotiser au 3ème pilier, avec en perspective des bénéfices intéressants.

Les craintes pour l’AVS en cas d’acceptation de «1 à 12» sont donc aussi peu crédibles que ceux qui les émettent. C’est donc sans arrière-pensée que l’on pourra, le 24 novembre prochain, voter un «oui» décidé à une mesure efficace contre les abus salariaux.