16/06/2009

Moritz Leuenberger, conseiller fédéral assidu

Doyen de fonction du conseil fédéral, mon camarade Moritz Leuenberger semble plus que jamais vouloir s’accrocher à son mandat. C’est regrettable. D’autant plus qu’il commence à donner des signes de lassitude bien plus graves que quelques réflexions désabusées sur un blog: Il vient en effet d’avouer dans la presse dominicale alémanique que, parfois, il ne lit pas les documents des séances (du conseil fédéral) auxquelles il participe.
Bien entendu, ses adversaires politiques se sont empressés de condamner (dans le «Blick am Abend» d'hier (cf p. 2 du pdf) cette attitude désinvolte, inacceptable de la part d’un élu d’exécutif. La jeunesse socialiste les a à juste titre rejoint dans leur critique.
Pour Moritz Leuenberger, il est donc plus que temps de penser à démissionner. M. Couchepin, en fin stratège (pour une fois) a pensé à démissionner suffisamment de temps avant les élections fédérales pour que la personne qui lui succédera ait le temps de faire sa place et pour que ceux et celles qui auront postulé sans succès à son siège puissent se profiler et assurer leur réélection en 2011. Le PS aurait lui aussi bien besoin de sang neuf au sein du conseil fédéral. D’une part, parce qu’il dispose d’une relève compétente et d’autre part, parce qu’il aurait besoin du tremplin que représente un nouvel élu ou une nouvelle élue au gouvernement. Avec la récession qui prend de l’ampleur, la Suisse aura plus que jamais besoin d’un parti socialiste fort, car il n’y a que lui pour défendre efficacement les salariés, les retraités, les assurés. Or, le PS ne peut que souffrir d’un conseiller fédéral inactif (surtout s’il se ridiculise en avouant être inactif). A plus forte raison s’il détient un département permettant d’agir en matière d’écologie et ce alors que le PS a de la peine à rendre ses propositions en matière d’environnement visibles, notamment par rapport à celles –quasi similaires — des verts.

06/05/2009

Signez pour un rabais d'impôt contre la hausse des primes LAMAL!

 

bouton_1b_blackeyes.gifLe parti socialiste vaudois (PSV) avait soutenu une partie du paquet fiscal voté par le peuple vaudois en février dernier, pour engranger son succès obtenu devant le grand conseil: des baisses d'impôts plafonnées pour les familles de la classe moyenne. Mais il avait aussi promis qu'il lancerait une initiative "de rattrapage" pour annuler les cadeaux fiscaux inutiles faits aux gros actionnaires, que la majorité bourgeois du grand conseil avait lié aux mesures en faveur des familles, sachant très bien que la réforme de l'imposition des entreprises serait indéfendable seule devant le peuple.

La votation gagnée, le PSV a tenu parole et lancé une initiative pour limiter l'impact des primes d'assurance-maladie sur le budget des ménages. Il s'agit d'un rabais d'impôt pour tout contribuable dont les primes LAMAL (une fois les subventions déduites) dépassent 10% du revenu net. Cette mesure est un coup de pouce appréciable pour les familles de la classe moyenne, qui vont subir de plein fouet une augmentation massive (13-14%) de ses primes cet automne. Hausse que les assureurs-maladie sont au demeurant bien incapables de justifier, car ils doivent avant tout taire le fait qu'ils ont maintenu artificiellement les primes basses pour couler l'initiative "pour une caisse unique"...

Ce rabais d'impôt est en outre une mesure particulièrement sociale et ciblée sur la classe moyenne. En effet, un rabais d'impôt est plus équitable qu'une déduction, qui profite par nature plutôt aux revenus élevés. En outre, les personnes avec de bons revenus ont peu de chance d'avoir des primes LAMAL dépassant 10% de leur revenu net. Seront notamment gagnants les contribuables dont les revenus sont trop élevés pour bénéficier du plein subventionnement, mais dont les primes d'assurance-maladie grèvent tout de même lourdement le budget. Avec la crise, leur pouvoir d'achat des familles et des retraité-e-s risque de souffrir. L'initiative du PSV leur apportera un soutien bienvenu!

Cette initiative sera en partie financée par la suppression des cadeaux fiscaux injustes et inutiles faits aux gros actionnaires, dont les vaudoises et vaudois n'avaient à juste titre pas voulu lorsqu'on les leur a soumis sans les lier à des baisses d'impôts pour les familles pour faire mieux passer la pilule. Les actionnaires ont été assez choyés ces derniers temps (malgré leur responsabilité dans le déclanchement de la crise). C'est maintenant le tour des familles! Signez et faites signer l'initiative pour un rabais d'impot qui protège les assuré-e-s plutôt que les actionnaires!

ps_vd_initiative_01.png