08/03/2015

Et maintenant, si on aidait VRAIMENT les familles ?

Le peuple a tranché. Il ne veut pas de l’initiative du PDC qui aurait coûté très cher et n’aurait profité qu’à une minorité de familles aisées. Il faut s’en réjouir. Mais cela ne veut pas dire que les familles n’ont pas besoin de soutien. Au contraire, soutenir les familles est plus que jamais nécessaire. Mais attention, pas n’importe lesquelles et pas n’importe comment. Il s’agit d’aider les familles qui ont réellement besoin de soutien, c’est-à-dire les familles des classes moyenne et modeste. Mais il s’agit aussi des les aider efficacement, par des mesures ciblées et non pas par l’arrosoir des baisses fiscales, au sujet desquelles le peuple vient de confirmer qu’elles profitent surtout au hauts revenus, en plus de leur coût prohibitif.

Voici donc quelques pistes pour soutenir les familles :

 

  • Augmenter les subsides pour les primes LAMAL : Les primes d’assurance-maladie grèvent chaque année plus durement les budgets. Comme ce sont des primes par tête, elles ne tiennent pas compte de la capacité financière des assurés et frappent donc plus durement les classes moyenne et modeste. Il convient donc de renforcer les subsides et de mettre un terme aux programmes d’austérités qui les diminuent ou les suppriment (p. ex. en Valais).
  • Augmenter les allocations familiales : Un moyen efficace de renforcer le pouvoir d’achat des familles est d’augmenter les allocations. Comme celle-ci restent imposées grâce au refus de l’initiative du PDC, pareille augmentation bénéficierait d’avantage aux familles des classes moyenne et modestes, qui paient peu d’impôts directs. Ma collègue Rebecca Ruiz a déposé une initiative parlementaire.
  • Harmoniser et augmenter les bourses d’étude : Avoir des enfants en formation coûte cher et beaucoup de jeunes doivent renoncer à se former parce que le porte-monnaie de leurs parents n’est pas assez bien garni. Par ailleurs, il existe de nombreuses et injustifiables disparités entre les cantons. Il convient donc d’augmenter les bourses d’étude, y compris pour la formation professionnelle et de les harmoniser comme le demande l’initiative de l’UNES, au programme de la prochaine votation fédérale de juin.
  • Aide au logement : Avec la surchauffe du marché immobilier, les loyers pèsent de plus en plus sur le budget des familles. L’Etat peut (et doit !) intervenir en favorisant la construction de logements à prix modérés et en renforçant l’aide individuelle au logement.
  • Augmenter le nombre de places dans les crèches : Un autre moyen de renforcer le pouvoir d’achat des familles et de leur permettre d’augmenter leur temps de travail. Pour cela, il faut des places en accueil extra-familial. Si l’Etat investit dans les structures d’accueil, c’est très rentable (1 franc investit en rapport environ 6), car cela augmente la productivité, le revenu du travail et donc la croissance, les rentrées fiscales et les recettes des assurances sociales. En outre, les mesures volontaristes de soutien à la création de crèche portent leurs fruits ; il convient donc de les maintenir, voire de les intensifier. Le succès de la politique volontariste vaudoise parle en faveur de cette proposition.
  • Le travail doit en valoir la peine ! Le canton de Vaud fait partie des cantons précurseurs en matière de « prestations complémentaires pour les familles », qui permettent aux familles de travailleurs pauvres d’améliorer leur revenu lorsque les parents travaillent et supprime certaines « incitations » à rester à l’aide sociale sans travailler. C’est donc un encouragement à (re)trouver une activité rémunérée et à ne plus dépendre de l’assistance publique. Espérons que d’autres cantons sauront s’inspirer de ce succès vaudois !
  • Renforcer l’égalité salariale : Un moyen efficace de renforcer le pouvoir d’achat des familles et de respecter le mandat constitutionnel d’égalité salariale et donc de faire en sorte que les femmes soient correctement payées et ne subissent plus de discriminations salariales. Il faut donc saluer et soutenir les mesures volontaristesprônées par la Présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga ! 

15/06/2011

Un des succès du 14 juin: l'égalité est à nouveau incontournable!

Ce matin, dans les médias, c’était à qui crierait le plus fort que la mobilisation du 14 juin en faveur de l’égalité femmes-hommes «a été un échec». Que les 100'000 participant-e-s escomptés «n’avaient pas été atteints»(même si ce nombre a été atteint). Qu’en «comparaison avec la grève de 1991, c’était misérable». Etc. Et pourtant, quel que soit le nombre de participant (pour autant qu’on puisse les compter) cette mobilisation a été un succès retentissant. Notamment parce que le thème de l’égalité est désormais (à nouveau) incontournable.More...
Le terreau est pourtant plutôt défavorable. Car, avec la montée en puissance de l’UDC, on peut s’attendre à de nombreux reculs en matière d’égalité. Ce parti soutient en effet la vision traditionnaliste et patriarcale de la femme qui ne travaille pas, reste à la maison et s’occupe de ses enfants, pendant que monsieur finance le ménage. Quand il s’agit de créer des crèches, d’instaurer un congé parental ou paternité et d’améliorer les conditions de travail des familles, l’UDC dit toujours non. Pis, elle soutien tous les projet propres à déréguler les horaires de travail, en particulier dans la vente. Son conseiller fédéral et ancien président Ueli Maurer avait il n’y a pas si longtemps dit en public que, selon lui, «la place de la femme est à la cuisine». Et ses élues sont priées de montrer l’exemple: la jeune conseillère nationale saint-galloise Jasmin Hutter avait ainsi promptement démissionné et mis un terme à sa carrière politique en prévision de sa prochaine maternité. Et ce n’est pas tout: L’UDC défend aussi l’initiative qui souhaite faire de l’interruption volontaire de grosses un privilège réservé aux riches et en a lancé une autre pour encourager fiscalement les femmes qui ne travaillent pas pour élever leur enfants. Enfin, l'obscure président de la section renanaise du parti blochérien fait un vibrant plaidoyer pour les inégalités salariales...
Dans ces conditions difficiles, c’est donc un succès majeur que d’avoir remis sur le devant de la scène les discriminations flagrantes dont les femmes sont victimes. Face à l’évidence des chiffres, plus personne ne conteste l’existence et l’ampleur de la discrimination salariale. Hier et aujourd’hui, tous les patrons interrogés par les médias ont assuré que «oui, bien sûr, [ils sont] en faveur d’un salaire égal pour un travail égal». Il s'agira maintenant de les prendre au pied de la lettre et de veiller à une meilleure application de la loi sur l'égalité, en particulier pour mettre un terme à la discrimination salariale.
Celles et ceux qui ont participé aux manifestations du 14 juin ont aussi pu constater avec bonheur la forte présence de jeunes femmes, de tous milieux. Alors qu’on pouvait croire que, pour beaucoup de jeunes, le combat pour l’égalité n’avait plus de sens parce qu’elle était considérée (à tort) comme acquise, on a pu constater que les jeunes sont toujours prêts à se mobiliser en sa faveur. Et ça, ça donne une bonne dose d’optimisme.

Les photos des certaines actions d'hier

13/06/2011

L'égalité? Encore?

flyerImgF-217x300.jpg

Lorsqu’on parle d’égalité des sexes, on nous rabâche souvent que «l’égalité femmes-hommes est atteinte», que «c’est entré dans les mœurs», que «pour les jeunes générations, ça va de soi», que «le féminisme, c’est ringard», que «les victimes d’inégalités, aujourd’hui, ce sont surtout les hommes (âge de la retraite plus tardif, service militaire, garde des enfants en cas de divorce etc.)», qu’«on a un article constitutionnel, une loi, le droit de vote et que ça suffit comme ça», qu’il y a «d’autres enjeux plus importants», etc., etc.
Voici quelques chiffres pour nous rappeler que le combat pour l’égalité est loin d’être terminé et à quel point la mobilisation pour le 14 juin (c’est demain) est nécessaire.
• Les femmes gagnent 19,8% de moins que les hommes (comparaison du salaire médian). 9,4%, soit près de la moitié de cet écart n’est pas explicable par des différences de formation ou d’expérience. C’est donc de la discrimination salariale pure et simple. Qui a en outre tendance à augmenter (+0,3% entre 2006 et 2008)
• Les femmes sont surreprésentées dans les emplois mal rémunérés et précaires. Elles sont notamment sous-représentées au sein de élus, des conseils d’administration des grandes entreprises, de leurs organes dirigeants, dans le monde académique…
• Les femmes sont surreprésentées dans les emplois à temps partiels. ¾ de travailleurs à moins de 90% sont des travailleuses. Cette discrimination a des effets à long terme sur la couverture par les assurances sociales: 77% des travailleurs dont le salaire se situe en-dessous du minimum pour cotiser au 2ème pilier sont des femmes.
• Les femmes font deux fois plus de tâches domestiques (non-rémunérées) que les hommes.
• Il manque 50'000 places d’accueil pour les enfants dans tout le pays. Et un congé-paternité ou parental sérieux ne semble pas être pour demain, du moins si l’on en croit les programmes de la majorité UDC-PLR.

Voici donc autant de bonnes raisons de participer à la mobilisation du 14 juin. Le programme des actions vaudoises est ici.