17/09/2008

Visionnaires vs. pisse-vinaigre

Demain, le canton inaugure dans la liesse le métro M2. Parmi le concert (justifié) des louanges et des superlatifs, difficile de trouver une voix discordante. Même les opposants de naguère semblent être devenus des partisans convaincus (il faut dire qu'il y a de quoi s'enthousiasmer!). Et pourtant.

Souvenons-nous des débats qui précédèrent le vote des vaudoises et vaudois. Charles Favre, alors conseiller d'Etat responsable des finances, avait proposé posé cette condition, qui s'apparentait à une forme de chantage: "pas de M2 sans vente des actions de la BCV" ("24 heures" d'hier le rappelle dans le portrait de Philippe Biéler qui n'est pas disponible en ligne). Le grand argentier radical n'acceptait la réalisation d'un des chantiers majeurs du service public vaudois qu'à condition de privatiser la banque cantonale. Il se servait ainsi abusivement d'un projet nécessaire au développement du canton pour faire passer en force une idée néolibérale. Quelques années et trois votes populaires plus tard, Vaud inaugure son métro avec fierté (même si la voie unique entre gare et Grancy démontre à quel ridicule peut mener l'orthodoxie budgétaire), la banque cantonale est restée majoritairement en mains publiques suite à la victoire du référendum socialiste... et Charles Favre n'a pas été élu au conseil des Etats, entraînant la perte d'un siège que les radicaux considéraient pourtant comme leur.