19/06/2009

Le droit de vote à 16 ans vaudois par là où on ne l'attendait pas

Quelle ne fut pas ma surprise à la lecture de cette initiative déposée par le groupe UDC au grand conseil vaudois: Oui, vous avez bien lu, c'est bien du droit de vote à 16 ans au niveau communal qu'il s'agit. Et l'UDC de justifier sa proposition avec un vocabulaire qu'on ne lui connaissait pas: "faire confiance aux jeunes", "équilibre entre les générations", "ils sont capables de discernement", "renforcer la démocratie", etc.

Là où ça devient franchement rigolo, c'est quand on compare cette initiative avec les positions antérieures de l'UDC, notamment des jeunes UDC...vaudois, qui sont sans exceptions opposées au droit de vote à 16 ans. Avec des arguments exactement inverses, par exemple: "tous les jeunes n'ont pas la maturité pour voter à 16 ans", "risque pour la démocratie" ou "nivellement par le bas de l'électorat". Des arguments que le groupe UDC au grand conseil réfute aujourd'hui catégoriquement, les traitant de "réducteurs" ou "d'excuses pour ne pas discuter la proposition". Les discussions internes entre "tenants d'un discours réducteur" et "partisans du nivellement par le bas" vont à n'en pas douter être passionnantes.

Mais alors, d'où vient cette proposition, contraire à toutes les précédentes? Ordre de Zurich? Profil médiatique avec un thème porteur? Provocation? Ou, tout simplement, changement d'avis? L'UDC vaudoise, qui a déjà changé plusieurs fois d'avis sur Harmos, n'en serait pas à son coup d'essai... A moins que le parti de M. Blocher n'ait regardé avec envie le fait que les jeunes autrichiens de 16 à 18 ans aient voté massivement pour l'extrême-droite.

En revanche, je doute que la vision qu'à l'UDC de la jeunesse n'ait beaucoup évolué. En 2007, son programme électoral parlait plus des jeunes "criminels", des jeunes "violents", des jeunes à l'aide sociale (qu'elle traite de "paresseux") que de politique en faveur des jeunes. Bref, aux yeux de l'UDC, les jeunes sont surtout considérés comme un, voir une accumulation de problèmes.

L'initiative sera développée normalement mardi en fin d'après-midi (à condition que le parlement tienne son horaire).