19/11/2015

Nouvelle loi sur le renseignement : le référendum malgré les attentats

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. » (Benjamin Franklin)

Les attentats de Paris, Beyrouth et Ankara ont déchaînés les partisans de la nouvelle loi sur le renseignement (LRens), censée donner aux services secrets helvétiques les moyens de lutter contre le terrorisme. Nombreux sont ceux qui jettent l’opprobre sur les référendaires, dont je m’honore de faire partie, les accusant pour les uns d’être des « bisounours qui bradent la sécurité », pour d’autres de « donner honteusement au droit à la sphère privée la priorité sur le droit à la sécurité », pour d’autres enfin d’être carrément des « traîtres qui font un affront aux victimes ». Et la première question des journalistes qui souhaitent m’interroger sur le sujet est presque toujours : « mais pourquoi ne renoncez-vous pas à ce référendum ? »… Et bien, à l’instar du comité référendaire, je persiste et signe : le référendum est justifié et il est nécessaire que le peuple se prononce sur une LRens qui n’améliorera en rien la sécurité, ni ne contribuera à lutter efficacement contre le terrorisme, mais constitue un grave danger pour les libertés démocratiques.

En effet, les terroristes gagnent lorsqu’ils parviennent à nous faire abandonner nos principes démocratiques au nom de la « lutte contre le terrorisme ». Cette « lutte » nous fait en effet jeter par dessus bord bon nombre des principes que nous croyions intangibles, mais sans guère de résultats… à part une augmentation de la peur du terrorisme. Une peur qui appelle souvent de nouvelles restrictions de nos libertés. Les USA sont-ils plus sûrs grâce au « patriot act » ? Il est permis d’en douter. Autre exemple, beaucoup plus actuel et plus frappant : la France, qui, quelques mois avant les attentats de Paris, a renforcé sa législation sur les services secrets et leur a donné des pouvoirs de surveillance très étendus, similaires à ceux prévus par la LRens. Avec le résultat que l’on connaît.

La LRens : mauvaise sur le principe, malgré quelques bons contenus

Indépendamment de son contenu et des cautèles qui ont pu y être inscrites (grâce à l’excellent travail parlementaire de la délégation PS à la commission de politique de sécurité, cf. ci-après), la LRens marque une étape supplémentaire vers cette dérive. La précédente base légale pour le renseignement civil en Suisse, la LMSI, ne parlait que de surveiller les sources accessibles au public. Avec la LRens, nous entrons dans l’ère de la surveillance préventive de la sphère privée, avec des moyens que la technique rend plus invasifs que jamais. A l’époque des débats sur la LMSI, le Conseiller fédéral Arnold Koller considérait qu’écouter des conversations privées (on ne parlait à l’époque que de conversations téléphoniques), était « une atteinte si grave contre la sphère privée que cela ne peut se dérouler que dans le cadre de l’activité de la police judiciaire ». En 2009, nous étions pourtant déjà après les attentats du 11 septembre et bien avant le scandale de la NSA, une nouvelle version de la LMSI, qui prévoyait une surveillance préventive des télécommunications, a été rejetée par le Parlement.

La surveillance préventive : dangereuse pour nos droits

La surveillance préventive est condamnable, car c’est une atteinte à la sphère privée sans le moindre soupçon. Il est admis qu’une procédure pénale est une atteinte importante aux droits fondamentaux, ne serait-ce qu’en raison de la présomption d’innocence. Il est donc nécessaire que cela se fasse sur la base de soupçons fondés d’un crime grave et sous contrôle judiciaire, et non pas sur la base de vagues intuitions, comme la participation à une manifestation, la consultation de pages internet ou une barbe un peu trop indisciplinée pour être celle d’un hispter. Pourtant, c’est bien là où nous mène la LRens. C’est le risque que chaque citoyens se fasse surveiller, non pas parce qu’il a quelque chose à se reprocher, mais parce qu’un espion croit que le citoyen en question devrait avoir quelque chose à se reprocher.

Le SRC, champion des couacs, pataquès et autres bourdes

En outre, il est difficile d’accorder la moindre confiance au service de renseignement. On peut bien vouloir surveiller le SRC comme cela est prévu dans la LRens, mais ses récents couacs (données égarées, directeurs qui s’expose en participant à une élection communale, agent qui arrondit ses fins de mois au service de fraudeurs du fisc, etc.) montrent qu’il n’est pas digne de la confiance qu’exigent les mesures de surveillance prévues. Il n’est par ailleurs pas sûr que le meilleur mécanisme de contrôle envisageable ait l’efficacité qu’on attend de lui. L’organe de surveillance de la NSA, censé éviter ses dérives, a failli en grandes longueurs. Pourtant, la surveillance du réseau câblé est justement un instrument totalement nouveau et aussi invasif que ce que fait la NSA. Enfin, le contrôle politique en matière de « lutte contre le terrorisme » n’est pratiquement pas possible, tant la pression sur les élus est forte : quel membre d’exécutif oserait refuser une surveillance au service de renseignement qui prétend qu’une « attaque terroriste » est possible, voire imminente ? Probablement aucun.

Et les djihadistes ?

La problématique des jeunes qui partent « faire le dijhad », p. ex. en rejoignant l’«Etat Islamique », est cruciale, même si elle est largement exagérée et instrumentalisée. Par exemple, il n’est, selon les services de renseignements suisses et allemands, pas avéré que des djihadistes se cacheraient parmi les réfugiés fuyant les conflits au Proche-Orient. Et les rumeurs qui parlaient de réfugiés au sein des terroristes parisiens se sont avérées infondées. Quoi qu’il en soit, la LRens n’apporte pas de solution. Au contraire, les personnes qui souhaitent participer à des entreprises terroristes peuvent déjà être poursuivies, et donc surveillées, efficacement grâce à la procédure pénale ordinaire. Le PS soutient d’ailleurs une précision de l’état de fait « organisation criminelle » et « organisation terroriste » dans le code pénal. Dans ce contexte, il faut veiller à ce que les autorités de poursuite pénale ordinaires disposent de suffisamment de moyens pour mener leurs tâches à bien. A cet égard la politique de la droite, qui n’a de cesse de vouloir faire des coupes budgétaires, priver l’Etat de recettes fiscales voire interdire l’engagement de nouveaux collaborateurs, est tout simplement irresponsables. Priver l’Etat des ressources, c’est mettre notre sécurité en jeu !

Quant aux jeunes « paumés » qui partent ou reviennent du djihad sans pour autant faire partie d’une organisation criminelle ou terroriste, le SRC a déjà les moyens de les surveiller efficacement (il publie d’ailleurs des statistiques éloquentes). En outre, ce genre de personnes n’a pas quasiment pas recours à des communications cryptées qui nécessiteraient l’utilisation de l’arsenal intrusif que permet la LRens (il est par ailleurs avéré que les terroristes de Paris n’ont pas utilisé de communications cryptées, mais de banals SMS). Et même si c’était le cas, le principe de proportionnalité commande qu’on n’espionne pas la sphère privée des citoyens s’ils n’ont pas l’intention de commettre un délit pénal et ne mettent pas en danger autrui.

Jeter aux orties le bon travail de la délégation PS aux chambres ?

Les deux délégations PS aux commissions de politique de sécurité ont fait un excellent travail parlementaire et obtenu d’importantes avancées, que bon nombre de membres du groupe, à commencer par l’auteur de ces lignes, ne pensaient tout simplement pas possible. Cet énorme travail doit être salué et leurs auteur-e-s remercié-e-s. Mais cet excellent travail parlementaire ne change rien aux questions de principe :

  • Veut-on qu’un service de renseignement, dont la vocation est d’agir parfois en marge de la légalité et dont les activités sont par nature difficiles à contrôler par les organes démocratiques, puisse, en dehors de toute procédure pénale et au mépris des libertés fondamentales, espionner la sphère privée des citoyens sur la base de vagues soupçons, pour ne pas dire d’intuitions ?
  • Veut-on qu’au nom d’une « lutte contre le terrorisme » dont les principaux résultats ont été de limiter les libertés fondamentales dans la plupart des Etats démocratiques, on dote le SRC d’un arsenal qui lui permette de surveiller la totalité des communications électroniques ?
  • Veut-on enfin rétablir une politique de surveillance étatique dont les principales victimes ont été jusqu’ici non pas les extrêmistes de droite ni les fondamentalistes religieux, mais la gauche, y compris modérée ? Ce sont en effet essentiellement des personnalités de gauche qui ont été fichées, y compris pour des bagatelles comme une participation ponctuelle à une manifestation pseudo-politique et non les têtes pensantes d’une l’extrême-droite qui glorifie la violence ou ceux vont chercher à genoux l’hostie que leur présente en latin un prélat d’Ecône homophobe et anti-avortement …

Personne ne conteste le danger du terrorisme et de l’« Etat islamique». Mais c’est aux autorités pénales ordinaires d’agir, dans le cadre de procédures pénales ordinaires. La loi actuelle et future leur en donne parfaitement les moyens, notamment la nouvelle loi sur la surveillance des télécommunications, que je soutiens. Quant au Service de renseignement, il peut déjà accomplir les tâches de surveillance nécessaires en dehors des procédures pénales, mais il n’est pas digne de la confiance qu’exigent les instruments invasifs que la LRens souhaite lui confier. Dans ces conditions, il convient de refuser la LRens et d’apporter son soutien au référendum.

09/12/2014

Petit rappel sur le droit de grève

Le succès de la grève des transports publics à Genève a réveillé de nombreux fantasmes. Que n’a-t-on pas entendu sur le risque d’une « situation à la française », d’une Suisse qui « tournerait le dos au partenariat social », quand il ne s’agit pas carrément de « frontaliers infiltrés qui poussent les salariés suisses à faire la grève comme en France » ( !). Quant aux conséquences de la grève, quelles salades n’a-t-on pas entendu, la dernière en date étant celle de mon collègue Christian Lüscher (PLR/GE), pourtant avocat, pourtant versé dans les arcanes du droit du travail, qui exigeait, dans le « Matin Dimanche » du 7.12 : « Il ne faut pas hésiter par exemple, à ne pas payer le salaire des grévistes, envoyer des avertissements pour abandon de poste (…) nous vivons dans un Etat de droit » ! D’autres, comme mon collègue Fathi Derder (PLR/VD), qui a l’excuse de ne pas être juriste, vont jusqu’à proposer d’interdire le droit de grève et les syndicats (supra RTS forum du 8.12.14). Il faut dire que, d’une manière générale, les médias n’ont pas manqué d’attiser la haine du public contre les grévistes, les taxant qui de « privilégiés » qui d’« irresponsables », comme si notre pays allait tout à coup sombrer par la faute d’une poignée de syndicalistes radicaux.

Un petit rappel s’impose donc sur le droit de grève en Suisse, sur ses conséquences et sa pratique, ainsi que sur les différences avec d’autres pays (en particulier la France que tous semblent redouter).

Le droit de grève, un droit fondamental garanti par les conventions internationales

Le droit de grève et la liberté syndicale (ou liberté de coalition) ne viennent pas de nulle part. Conquis de haute lutte par le mouvement ouvrier, ils ont donné aux travailleurs le poids de négocier d’égal à égal avec les employeurs. Par exemple, le Tribunal fédéral du travail allemand a déclaré que, sans droit de grève, le droit de négocier collectivement ses conditions de travail (donc de conclure des CCT), ne serait qu’un « droit de mendicité collective ». Sans le moyen de pression de dernier recours qu’est la grève, les salariés n’auraient souvent pas obtenu d’accord collectif. Sans cette menace, qui n’a en général pas besoin d’être mise à exécution, il serait souvent impossible d’amener les employeurs à la table des négociations. Le succès de la grève des TPG parle d’ailleurs pour lui : une grève ciblée, de courte durée a permis aux travailleurs de ramener les partenaires sociaux à la table des négociations et au final d’obtenir gain de cause sur toute la ligne. D’autres grèves récentes (Merck Serono, Novartis, secteur principal de la Construction en faveur de la retraite anticipée, ateliers CFF de Bellinzone, etc.) ont aussi donné des résultats spectaculaires… qui restent probablement dans la gorge des adversaires des travailleurs.

D’une manière générale, sans liberté syndicale, qui contient aussi le droit de négociation collective, il n’y aurait ni CCT, ni syndicat pour défendre les salariés. La loi sur le travail serait celle de la jungle, ou plutôt celle du « libre marché » comme aiment à l’appeler certains. Or, les mécanismes du « libre marché » ne sont que rarement favorables aux travailleurs. En se posant en adversaire de ce droit fondamental, la droite dure se range aux côtés des dictatures dont un des premiers soucis est, en général, de mettre les travailleurs au pas en muselant ou en interdisant les syndicats.

Droit de grève et liberté syndicale font donc logiquement partie des droits humains fondamentaux, et même l’OMC en admet le caractère universel et inaliénable. Ils sont avant tout codifiés dans les conventions fondamentales de l’OIT, organisation sise à Genève et qui fonctionne de manière tripartite : Etat, syndicats et organisations patronales ont toujours leur mot à dire lorsque cette importante organisation prend des décisions. N’en déplaise aux fanatiques anti-droit de grève, ce dernier a donc été élaboré avec la collaboration et l’assentiment… des organisations patronales !

La grève, un droit constitutionnel

Mais le droit de grève n’est pas qu’une obligation internationale de notre pays. C’est un droit ancré d’abord dans la jurisprudence du Tribunal fédéral, puis dans la Constitution fédérale (art. 28). Le droit de grève fait donc, en Suisse aussi, partie intégrante des règles de l’Etat de droit. Ce serait plutôt ne pas respecter le droit de grève et la liberté syndicale qui serait contraire aux principes de l’Etat de droit.

Mais le droit de grève n’est pas seulement ancré dans la Constitution, ses limites y sont aussi clairement posées. Ainsi, la grève n’est licite que si elle est organisée par un syndicat, porte sur les conditions de travail et est un moyen de dernier recours, quand toutes les tentatives de négociations et de conciliation ont échoué. Ces conditions sont importantes et font qu’une pratique de la grève « à la française » ne serait tout simplement pas licite en Suisse. Par ailleurs, le TF a rajouté une condition, même si le Constituant l’avait expressément rejetée : selon notre Haute Cour, une grève doit respecter le principe de la proportionnalité pour être licite. Là encore, c’est une condition qui empêche tant les grèves « sauvages » qu’une « culture de la grève permanente ».

Cela dit, même si une grève est licite, ce n’en demeure pas moins un acte difficile pour les salariés, qui perdent leur droit au salaire (ce que semblent ignorer ceux qui exigent à grands cris que « les grévistes ne soient pas payés »…). Par ailleurs, une grève licite n’est jamais un « abandon de poste » comme semble le croire Me Lüscher, étant donné que, de par la loi, la grève suspend l’obligation de travailler en même temps que le droit au salaire. Enfin, si le licenciement d’un travailleur qui participe à une grève licite est abusif, la trop faible sanction en cas de licenciement abusif n’a souvent aucun effet dissuasif sur les employeurs.

Les causes de l’augmentation des grèves

Il n’en demeure pas moins que, même avec des conditions aussi restrictives, les grèves sont en augmentation depuis une bonne quinzaine d’années en Suisse. Si on examine attentivement les causes de cette augmentation, on s’aperçoit rapidement qu’il ne s’agit pas vraiment des effets d’une néfaste influence française par ailleurs totalement chimérique. On constate plutôt que l’augmentation du nombre de grèves coïncide avec la montée en puissance du capitalisme financier et des nouveaux managers formés aux écoles ultralibérales. Pour ces dirigeants et ces actionnaires, pérenniser les places de travail passe souvent au second plan, seule compte la rentabilité à court terme. Face à un employeur qui n’a plus pour objectif de développer son entreprise pour la transmettre à ses héritiers, le partenariat social devient plus difficile, car employés et employeurs n’ont plus d’intérêts communs. En effet, comment négocier une amélioration des conditions de travail ou la sauvegarde des emplois quand le propriétaire de l’entreprise ne veut que valoriser les actifs et se fiche totalement des places de travail, de la motivation des salariés ou de leurs conditions de travail ?

Jours de grève 1911-2005

 Jours de grève pour 1000 salarié-e-s en CH 1911-2005. (Source : USS)

Vers une situation à la française ?

Dès qu’une menace de grève est évoquée, médias et partis bourgeois préviennent que notre pays ne va pas tarder à se « transformer en France » ! Mais tant les faits que le contenu du droit de grève montrent que cette prédiction relève du fantasme. En effet, le droit de grève français ne connaît pas la condition d’avoir un syndicat qui organise la grève, ni celle du respect de la proportionnalité. Or, la première de ces conditions a un influence déterminante sur la propension à faire grève : s’il suffit d’un seul autre collègue pour déclencher une grève, sans concertation, sans large soutien au sein de l’entreprise, sans décision démocratique des travailleurs concernés, on peut facilement se douter qu’il y aura plus souvent des grèves. En outre, si la condition du rapport aux conditions de travail existe formellement en droit français, elle n’est en pratique guère respectée, car la grève y est souvent utilisée à des fins politiques, par exemple pour faire pression sur le gouvernement. Mais surtout, les faits montrent qu’une comparaison avec la France n’est tout simplement pas sérieuse, tant le nombre de jours de grève reste faible de ce côté-ci du Jura (cf. le graphique ci-après).

Bref, la comparaison entre droit de grève en France et droit de grève en Suisse revient à comparer des poires et des pommes. Mais il y en a qui ne s’attardent pas à ce genre de détail! Streiktage im Vergleich

Jours de grève pour 1000 salarié-e-s (Source : OCDE, Mercer, tagesanzeiger.ch)

27/05/2014

La loi sur la surveillance des télécommunications (LSCPT) n'est pas le prélude à l'Etat founieur

Les quasi-totalité des jeunesses de partis ont annoncé leur intention de combattre «par tous les moyens» la révision de la Loi sur la surveillance des télécommunications (Loi sur la surveillance des communications par poste et télécommunication LSCPT; BÜPF en allemand). Elles craignent «un Etat fouineur» doté de moyens démesurés. Il faut dire que dans le contexte du scandale des révélations de M. Snowden à propos de la NSA, il y a de quoi s’alarmer. Lors de la consultation et au moment où le message du Conseil fédéral a été publié, j’étais plus ou moins du même avis. Mais je me suis penché en détails sur le dossier, que ma commission s’apprête à traiter, et suis parvenu à la conclusion que cette nouvelle loi n’est pas un premier pas vers une surveillance généralisée par l’Etat, ni le prélude à l’espionnage politique à grande échelle, détestable spécialité suisse connue depuis l’affaire «des fiches». Au contraire, cette nouvelle loi ne fait qu’adapter aux évolutions technologiques les instruments des autorités de poursuite pénale, tout en respectant strictement les droits fondamentaux et la protection des données. Il ne faut en outre pas confondre cette loi avec la révision de la loi sur le renseignement (LRens), qui, elle, vise à doter une poignée de barbouzes mal contrôlables et mal contrôlés de possibilités de surveillances trop étendues, utilisables en Suisse et à l’Etranger. J’enterai donc en matière sur la révision de la LSCPT et devrais en principe l’accepter en vote final.

Objectifs de la révision de la LSCPT

La loi sur la surveillance des télécommunications date de l’époque où celles-ci ne se faisaient que par poste ou par téléphone. Elle n’est donc pas adaptée aux nouvelle technologies, ni actuelles, ni futures. La révision a donc pour objectif de permettre la surveillance indépendamment de la technologie utilisée, tout en garantissant à chaque fois un respect optimal des droits de la défense ainsi que la protection des données.

La nouvelle LSCPT permet ainsi aux autorités de poursuite pénales d’avoir accès à certaines communications aujourd’hui cryptées, comme la téléphonie par internet de type skype. Les criminels savent qu’actuellement, ces communications ne peuvent être surveillées, et exploitent cette faille.

Mais il ne s’agit pas d’utiliser ces nouveaux instruments de surveillance pour n’importe quoi ni à n’importe quelle condition. L’art. 1er al. 1 du projet de nouvelle LSCPT est d’ailleurs clair et net:

La présente loi s'applique à la surveillance […] qui est ordonnée et mise en œuvre:
a. dans le cadre d'une procédure pénale;
b. lors de l'exécution d'une demande d'entraide judiciaire;
c. dans le cadre de la recherche de personnes disparues;
d. dans le cadre de la recherche de personnes condamnées à une peine privative de liberté ou qui font l'objet d'une mesure entraînant une privation de liberté.

On le constate, il n’est ici pas question de surveillance de masse ou de soupçons généralisés à l’encontre de la totalité de la population.

Droits fondamentaux et protection des données garantis

Le projet garantit que les droits de la défense soient respectés et que l’utilisation de méthodes de surveillance électronique invasives, actuellement utilisées sans base légale, comme les «chevaux de Troie» (GovWare) ou les dispositifs spéciaux de surveillance (IMSI-Catcher) ne se fassent qu’au cas où d’autres méthodes seraient inutiles ou n’auraient rien donné (respect du principe de la proportionnalité). Dans tous les cas, c’est un tribunal qui autorisera ou non le procureur à mener ce genre d’investigation. Il ne pourra le faire que pour une liste de délits graves bien définis (cf. art. 269, 269bis et 269ter P-CPP) et ce dans un but non préventif, mais bien répressif (l’infraction a été commise et il s’agit d’en découvrir l’auteur). Impossible donc de recourir à la surveillance électronique de masse pour des délits bénins, d’aller à la pêche aux informations sur des simples citoyens ou pour mener du profilage politique comme pour les fiches. Enfin, c’est important, une information qui n’aurait pas été obtenue dans les règles ne serait pas utilisable dans une procédure pénale. Ainsi, même s’il venait à l’idée d’un procureur de demander une surveillance non ciblée et sans nécessité impérieuse (et à un juge de l’autoriser), les informations obtenues ne pourraient être utilisées contre les victimes de la surveillance abusive, ni conservée, même en vue d’autres procédure (même non abusives). Les garanties minimales contre les abus de pouvoir que la loi doit, au sens de l’art. 8 CEDH (respect de la vie privée), prévoir sont les suivantes: la nature des infractions susceptibles de donner lieu à un mandat d’interception, la définition des catégories de personnes susceptibles d’être mises sur écoute, la fixation d’une limite à la durée de l’exécution de la mesure, la procédure à suivre pour l’examen, l’utilisation et la conservation des données recueillies, les précautions à prendre pour la communication des données à d’autres parties et les circonstances dans lesquelles peut ou doit s’opérer l’effacement ou la destruction des enregistrements (Cf. les arrêts de la CEDH Kopp c. Suisse du 25 mars 1998, § 64, Liberty et autres c. Royaume-Uni du 1er octobre 2008 cités en p. 2482 du message sur la LSCPT). Ces conditions sont satisfaites par la nouvelle LSCPT.

La protection des données serait en outre garantie tout au long de la procédure de surveillance; Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence, qui a assisté aux travaux de la commission des Etats n’a rien trouvé à redire au niveau de la protection des données, qui a été nettement améliorée depuis l’avant-projet de LSCPT, à juste titre très critiqué lors de la consultation.

En outre, le service en charge de la surveillance des télécommunications sera mieux encadré et contrôlé, et il sera possible de faire recours contre ses décisions. Le service aura d’ailleurs la possibilité d’examiner lui-même au plan matériel la validité des ordres de surveillance qui lui seront donnés.

Améliorations possibles

Mon soutien de principe à la nouvelle LSCPT ne signifie cependant pas le projet soit parfait. A mon avis, deux améliorations à la mouture acceptée par le Conseil des Etats sont nécessaires: 1. diminution de la durée de conservation des données dites secondaires (qui a contacté qui quand et comment) de 12 à 6 mois (notamment en lien avec cet arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne, commenté ici et ) et 2. report des frais (en tout cas en partie) sur les opérateurs de télécoms, afin d’éviter que les autorités de poursuite pénale doivent renoncer à des investigations pour cause de budget épuisé. Enfin, la version actuelle de la loi constitue un standard minimum en-dessous duquel je refuserai d’aller. Si le Conseil national affaiblit les droits de la défense et la protection des données, je passerai dans le camp du refus.

Ne pas se tromper de combat!

Cela dit, une vigilance face aux velléités ultra-sécuritaires et bigbrotheresques reste de mise. Le scandale de la NSA le rappelle. Cette vigilance est de mise en ce qui concerne la LSCPT, mais force est de constater que cette loi respecte les droits fondamentaux et ne conduit en aucun cas à une surveillance généralisée ni n’encourage un Etat founieur. C’est plutôt contre la LRens qu’il faut cristalliser la contestation. En effet, si les règles de la procédure pénale qui régissent une surveillance policière permettent en général d’éviter les abus, il est en revanche douteux, voire dangereux, de confier autant de pouvoir à un service de renseignement qu’on sait mal contrôlé et qui a pour vocation d’agir dans l’ombre, si ce n’est en dehors des procédures de l’Etat de droit.

 

 *   *   * 

Sur le même sujet, cet excellent billet de François Charlet.