18/05/2008

Privatisation des CFF: M. Leuenberger déraille.

Lorsque M. Blocher sévissait au conseil fédéral, M. Leuenberger, en place depuis 13 ans, justifiait sa présence au gouvernement pour faire contrepoids au tribun zurichois, qui lorgnait sur le département des transports. Où il n’aurait pas manqué de faire beaucoup de dégâts. En témoigne sa dernière prise de position en faveur d’une privatisation de CFF Cargo.
M. Blocher évincé, plus rien ne retient M. Leuenberger au Conseil fédéral. Il est en passe de se transformer en boulet pour son parti, défait aux dernières élections fédérales (faut-il rappeler que les sections cantonales du PS les plus proches de ses idées centristes sont celles qui ont subi les défaites les plus lourdes?). Sa gestion pour le moins approximative de la crise de CFF Cargo ne parle pas en sa faveur. On pouvait certes lui pardonner une position minoritaire au sein d’un collège de droite et lui concéder «qu’au moins, il tenait bon» face aux pressions des partis bourgeois (et encore).
Mais aujourd’hui dans la Sonntagszeitung, M. Leuenberger a dépassé les bornes en proposant rien de moins que l’entrée en bourse et la privatisation partielle des CFF. Une des revendications du «livre blanc» qu’une poignée de néolibéraux avait publié l’année de son élection au gouvernement. Non seulement il ne tient plus bon, mais il prend ouvertement le parti des fossoyeurs du service public, de la ruine des chemins de fer, et du bradage, au profit d’investisseurs privés, d’infrastructures patiemment bâties avec de l’argent public. Rarement un ministre socialiste n’aura fait pareillement allégeance au néolibéralisme. Rarement un ministre n’aura fait autant de tort à son parti et aux personnes qu’il défend.
Le plus navrant dans toute cette affaire, c’est que M. Leuenberger n’en tirera aucun bénéfice. S’il s’accroche et persiste dans son projet idiot, son propre parti lancera le référendum. Et le gagnera.