21/09/2011

Le PS veut baisser les impôts, la droite refuse que le peuple vote

Dans l’esprit de bon nombre d’élus bourgeois, «un socialiste, ça ne fait qu’augmenter les impôts». Cette antienne, martelée à longueur d'année, est bien pratique pour tenter de détourner du PS une grande partie de l’électorat, qui craint de voir les impôts augmenter. Or, avec l’initiative «pour un rabais d’impôt qui protège les assurés au lieu des actionnaires», les socialistes vaudois s’apprêtent à balayer ce jugement préconçu. Car cette initiative prévoit de baisser de plusieurs dizaines de millions de francs la charge fiscale de la classe moyenne.

Alléger les charges de la classe moyenne. Et pas celles des classes aisées

Mais attention, cette initiative n’a pas les défauts des propositions fiscales habituelles de la droite, qui baissent un peu les impôts de la grande majorité des contribuables et beaucoup ceux des classes les plus aisées. C’est ce qui se passe par exemple en cas de baisse linéaire). Or, ne soutenir que les contribuables aisés est totalement inutile (sauf du point de vue des intéressés, bien sûr), car ils ne font qu’épargner les montants économisés et ne les réinjectent pas dans l’économie.

L’initiative socialiste baisse les impôts des contribuables dont les primes d’assurance-maladie (après subventions étatiques) dépassent les 10% du revenu imposable. C’est un rabais d’impôt qui diminue la facture finale et pas une déduction (qui diminuerait le revenu imposable et serait donc surtout profitable aux contribuables les plus aisés). C’est donc une mesure beaucoup plus sociale qu’une augmentation des déductions ou que des baisses linéaires du taux : avec un rabais d’impôt, moins on a de revenu, plus le rabais est proportionnellement grand, alors qu’avec les autres méthodes, plus le revenu est élevé, plus la baisse d’impôt est conséquente.

On empêche le peuple de se prononcer

Aux yeux de la droite, cette initiative a donc un double défaut. D’une part, elle baisse surtout les impôts des classes moyennes et pas de sa clientèle (et mécène!) aisée. Et, d’autre part, elle brise définitivement le mythe des «socialistes qui ne pensent qu’à augmenter les impôts». Et c’est probablement pour cette raison que PLR et UDC refusent (à l’issue du premier débat en tout cas) de valider l’initiative du PSV. Peu respectueux des droits populaires, ils refusent que le peuple se prononce sur cette baisse d’impôt, pour la seule et unique raison qu’elle a été proposée par les socialistes. Et, parallèlement, ils continuent à mettre en avant leurs vielles recettes en proposant des baisses linéaires dont profiteront surtout les contribuables aisés et dont la classe moyenne ne verra que peu ou pas la couleur. Elle n’aura d’ailleurs même pas eu le droit de voter pour la proposition qui lui convient le mieux.

06/05/2009

Signez pour un rabais d'impôt contre la hausse des primes LAMAL!

 

bouton_1b_blackeyes.gifLe parti socialiste vaudois (PSV) avait soutenu une partie du paquet fiscal voté par le peuple vaudois en février dernier, pour engranger son succès obtenu devant le grand conseil: des baisses d'impôts plafonnées pour les familles de la classe moyenne. Mais il avait aussi promis qu'il lancerait une initiative "de rattrapage" pour annuler les cadeaux fiscaux inutiles faits aux gros actionnaires, que la majorité bourgeois du grand conseil avait lié aux mesures en faveur des familles, sachant très bien que la réforme de l'imposition des entreprises serait indéfendable seule devant le peuple.

La votation gagnée, le PSV a tenu parole et lancé une initiative pour limiter l'impact des primes d'assurance-maladie sur le budget des ménages. Il s'agit d'un rabais d'impôt pour tout contribuable dont les primes LAMAL (une fois les subventions déduites) dépassent 10% du revenu net. Cette mesure est un coup de pouce appréciable pour les familles de la classe moyenne, qui vont subir de plein fouet une augmentation massive (13-14%) de ses primes cet automne. Hausse que les assureurs-maladie sont au demeurant bien incapables de justifier, car ils doivent avant tout taire le fait qu'ils ont maintenu artificiellement les primes basses pour couler l'initiative "pour une caisse unique"...

Ce rabais d'impôt est en outre une mesure particulièrement sociale et ciblée sur la classe moyenne. En effet, un rabais d'impôt est plus équitable qu'une déduction, qui profite par nature plutôt aux revenus élevés. En outre, les personnes avec de bons revenus ont peu de chance d'avoir des primes LAMAL dépassant 10% de leur revenu net. Seront notamment gagnants les contribuables dont les revenus sont trop élevés pour bénéficier du plein subventionnement, mais dont les primes d'assurance-maladie grèvent tout de même lourdement le budget. Avec la crise, leur pouvoir d'achat des familles et des retraité-e-s risque de souffrir. L'initiative du PSV leur apportera un soutien bienvenu!

Cette initiative sera en partie financée par la suppression des cadeaux fiscaux injustes et inutiles faits aux gros actionnaires, dont les vaudoises et vaudois n'avaient à juste titre pas voulu lorsqu'on les leur a soumis sans les lier à des baisses d'impôts pour les familles pour faire mieux passer la pilule. Les actionnaires ont été assez choyés ces derniers temps (malgré leur responsabilité dans le déclanchement de la crise). C'est maintenant le tour des familles! Signez et faites signer l'initiative pour un rabais d'impot qui protège les assuré-e-s plutôt que les actionnaires!

ps_vd_initiative_01.png