12/03/2012

Quelques leçons du scrutin sur les résidences secondaires en prévision de celui sur «sauver Lavaux 3»

Il faut bien admettre que Franz Weber a, à nouveau, réussi un joli coup en gagnant devant le peuple les cantons avec son initiative sur les résidences secondaires (à laquelle j'ai finalement voté «non»). La carte des résultats est très parlante: les régions concernées par l’initiative ont voté «non», parfois massivement, et le «oui» est venu des autres régions. M. Weber a annoncé la couleur pour la suite: il compte gagner la votation sur son initiative «sauver Lavaux 3».Or, l’acceptation de cette initiative serait catastrophique pour Lavaux. En effet, elle empêcherait toute nouvelle construction, même d’utilité publique, même dans des zones qui, objectivement, ne méritent pas protection, comme par exemple la place de la gare à Cully, qui n’est actuellement qu’un terrain vague artisano-industriel auquel l’UNESCO ne pensait certainement pas au moment d’accorder son label à Lavaux. En outre, cette initiative serait inutile, car la loi sur la protection de Lavaux (LLavaux), protège déjà suffisamment la région en interdisant toute construction hors zone à bâtir et en exigeant que toute nouvelle construction soit en accord avec le site.

Malgré cela, les résultats de dimanche montrent que «sauver Lavaux 3» a de fortes chances d’être imposée à Lavaux par le reste du canton; les régions concernées par l’initiative ont voté «non» et la plupart des autres «oui». Cette nouvelle campagne étant imminente, il faut tirer rapidement les leçons de celle qui vient de s’achever.

1. Franz Weber a une importante crédibilité en matière de protection du paysage, malgré la radicalité et l’absence de ses propositions.

C’est un fait, M. Weber a un poids important, même lorsque ses propositions sont sans nuance. La campagne contre «sauver Lavaux 3» sera donc difficile, malgré la présence d’un contre-projet indirect (la LLavaux révisée). Qui part en campagne en étant sûr de gagner sera battu.

2. Ne pas mettre en avant les promoteurs immobiliers

La campagne des opposants à l’initiative des résidences secondaire a surtout mis en avant des représentants des milieux immobiliers valaisans. Cela a laissé chez bon nombre de citoyens l’impression que certains milieux cherchaient à défendre leur pré carré plutôt que l’intérêt général. Il faudra donc veiller à ce que ne ce soient pas les milieux immobiliers qui montent les premiers au front pour combattre l’initiative contre Lavaux

3. La propagande caricaturale, catastrophiste et mensongère ne fonctionne pas.

Nombreux sont ceux qui ont ricané en voyant les annonces avec Staline qui détruit une villa avec son marteau et sa faucille. Outre le fait que l’anticommunisme primaire ne fait plus recette depuis la quasi-disparition des intéressés, une telle caricature à la limite du mensonge (personne ne parlait de détruire de bâtiments existants) a plutôt pour effet de braquer les citoyens. Même si les initiants exagèrent (c’est le cas pour M. Weber au sujet de Lavaux), il faut leur répondre par des faits. Pas par des fadaises.

4. Les contre-projets indirects sont difficiles à expliquer

L’initiative sur les résidences secondaires était flanquée d’un contre-projet indirect. Donc, le peuple et les cantons n’avaient pas à se prononcer à son sujet. Il est donc difficile d’en faire un sujet de campagne, car il ne figure pas sur les bulletins. En ce qui concerne Lavaux, il n’y a pour l’instant qu’un contre-projet indirect (la LLavaux révisée). Même s’il répond aux principales craintes des initiants, peut-être faudrait-il envisager un contre-projet direct afin que la question posée au peuple soit claire.

5. Corollaire de 4: prétendre qu’on règle le problème n’est pas crédible si c’est évidemment faux.

Les adversaires de l’initiative doivent éviter à tout prix de prétendre que le problème évoqué est réglé. Car, si les citoyens ont l’impression que ce n’est pas le cas, ils voteront en faveur de l’initiative même si elle est trop radicale. En ce qui concerne Lavaux, cet écueil a par bonheur été évité, car le grand conseil a finalement renoncé à vider la LLavaux de sa substance (ce que proposaient les milieux immobiliers, voir 2).

6. Le risque que les régions non-concernées imposent une règle aux régions concernées est réel.

Il faudra convaincre hors de Lavaux. Expliquer au canton que Lavaux peut être raisonnablement protégé sans les contraintes de Franz Weber (c’est le cas avec la LLavaux). Que l’initiative n’est pas nécessaire au label UNESCO. Que la région a besoin d’infrastructures d’utilité publiques. Que les vaudois peuvent manifester leur attachement à Lavaux sans transformer la région en musée de Ballenberg ou en réserve d’indiens. Qu’on peut préserver la région sans la figer à tout jamais.

Il faudra surtout éviter le «ne vous mêlez pas de nos affaires». Parce qu’une votation cantonale, c’est toujours l’affaire de tous les vaudois.

19/02/2012

Oui au livre, c’est oui aux PME du livre. Et oui à l’emploi.

Il est frappant de constater à quel point «les PME» sont un argument de campagne utilisé à tort et à travers. Vous voulez couler un projet? Prétendez qu’il est «nuisible aux PME», même si tous les indicateurs économiques montrent que tel n’est pas le cas! Vous voulez au contraire faire accepter un projet, même si, comme c’était par exemple le cas de la «réforme de l’imposition des entreprises II», il privilégierait surtout les gros actionnaires des grandes entreprises? Arguez qu’il est «favorable aux PME», et le tour sera joué! D’ailleurs, peu importe ce qu’en pensent réellement «les PME». Cette définition correspond à tellement d’entreprises si différentes que, sur les 300'000 environ que compte notre pays (de 1 à… 249 employés!), il y en aura bien quelques-unes qui vous serviront à valider votre argumentation. Mais il arrive parfois que ceux qui se font les champions des PME, ceux qui pourtant rabâchent à longueur d’année qu’ils parlent en leur nom et ont pour but de les défendre, les négligent totalement, voire même s’engagent clairement contre leurs intérêts. Et contre les organisations représentatives des PME concernées.

Le débat sur le prix unique du livre est assez significatif de cette situation. Le prix unique du livre est clairement favorable aux intérêts des petites librairies. Qui sont des PME. Et dont les associations professionnelles, tant patronales (p. ex. l'association suisse des diffusuers, éditeurs et libraires ASDEL) que syndicales, s’engagent activement dans la campagne pour sauvegarder la branche contre les prédateurs de la grande distribution. Or, plusieurs des grandes associations nationales ou régionales qui se donnent pour missions de «défendre les PME» recommandent de voter non. Et ce contre l’avis des premières concernées, même si… elles sont membres de ces organisations! Ainsi, Payot se plaignait à juste titre la semaine passée de ne pas avoir été consultée par le centre patronal vaudois dont elle est pourtant membre. Le centre patronal a pris parti contre le prix unique du livre, donc contre les intérêts de plusieurs de ses membres et ce sans leur demander leur avis. Dans d’autres organisations, la méthode a été la même: on prétend défendre les PME, mais lorsque leurs intérêts sont en jeu, on les oublie, même si les règles de la démocratie interne à ces organisation voudraient qu’on leur donne au moins la possibilité de défendre leurs arguments. Dans ce contexte, il faut saluer par exemple la position de la Fédération des entreprises romandes (faîtière patronale genevoise), qui a prix position en faveur du prix unique du livre (voir l'extrait de la recommandation de vote). Voilà une organisation faîtière qui respecte ses membres, à plus forte raison lorsqu’ils sont directement concernés par une prise de position.

Si le syndicat Syndicom s’engage lui aussi activement dans cette campagne, c’est parce qu’il défend les intérêts de ses membres qui travaillent dans les librairies. Librairies dont le «libre marché» actuel menace l’existence tout en maintenant des prix trop élevés pour la plupart des livres. Concrètement, il s’agit de près de 4000 emplois dans 1000 PME (librairies et éditeur). En plus de défendre la diversité culturelle, le prix unique du livre protège aussi l’emploi.

Le 11 mars, oui au livre!

04/02/2012

Epargne-logement: cadeau (fiscal) empoisonné

Faciliter l’accession à la propriété, le thème est alléchant. Parfois trop alléchant d’ailleurs. Les Etats-Unis l’ont par exemple expérimenté à leur dépens (et l’économie mondiale avec eux): une politique qui vise à encourager l’accession à la propriété peut vite mener au surendettement des familles et à la faillite du système bancaire. Mais c’est un autre sujet. Quoique.

Cela dit, l’initiative sur l’épargne-logement n’est rien d’autre qu’un piège à nigaud, destinée, une fois de plus à faire croire à la classe moyenne que ses impôts baisseront et qu’elle pourra réaliser ses rêves immobiliers. Alors qu’en réalité, ce sont les gros contribuables qui en bénéficieront.

Malgré les promesses de l'initiative, les membres de la classe moyenne n’accèderont pas plus facilement à la propriété. En revanche, ceux qui, actuellement, en ont déjà les moyens, bénéficieront d’un cadeau fiscal aussi inutile qu’inespéré. Et la collectivité, une fois encore, manquera de moyens pour ses politiques en faveur de la classe moyenne. Par exemple en faveur du logement.

Ainsi, les déductions fiscales offertes par l’initiative profiteront surtout aux hauts revenus. Justement ceux qui ont déjà les moyens d’épargner beaucoup et d’accéder à la propriété. Les contribuables plus modestes ne pourront qu’épargner des montants réduits et ne feront pratiquement pas d’économie d’impôt. C’est un des effets de la progressivité de notre système fiscal: plus on a un revenu imposable élevé, plus la déduction permet de réduire la facture d’impôt. L’initiative est donc aussi injuste que mal ciblée, car elle aide beaucoup ceux qui n’en ont pas besoin, n’aide presque pas ceux qui en auraient besoin, et ce sont ces derniers qui subissent le plus les effets des pertes fiscales lorsque l’Etat doit réduire ses prestations.

En outre, cette initiative injuste coûterait très cher à la collectivité. Les pertes fiscales se monteraient à environ 100 millions de francs pour les cantons et 35 pour la Confédération. Finalement, l’initiative n’atteindrait pas son but et irait même à sens contraire, car de nombreuses études montrent que l’épargne-logement a pour effet d’augmenter la spéculation immobilière, donc le prix des terrains, ce qui… entrave l’accession à la propriété (sauf pour ceux qui en ont les moyens!). Alors qu’une bulle spéculative nous menace, accepter un tel projet serait déraisonnable.

Ce n’est donc pas pour rien que le peuple est les cantons ont donc, par deux fois (1999 et 2004), nettement rejeté des propositions similaires qui, sous le couvert du «soutien à l’accession de la propriété», visaient en fait à alléger la facture d’impôt des gros contribuables qui sont souvent… déjà propriétaires!

Ces dernières années, les inégalités se sont accrues: le revenu disponible des classes modestes et moyenne (les «99%») a stagné, voire régressé, alors que celui des 1% les plus aisés a nettement augmenté, notamment à cause d’une politique fiscale qui les a systématiquement avantagé. Voter non à l’initiative trompeuse sur l’«épargne-logement», c’est aussi dire non à l’accroissement des inégalités. C’est enfin montrer que c’est désormais au soutien des classes moyenne et modestes qu’il faut s’atteler.

Plus d'informations sur le site de campagne de l'ASLOCA.